FANDOM


Symbolegold
Cet article a été désigné comme un Article de Qualité Gold !
Liste des Articles de Qualité Gold
En savoir plus



Fairy Tail : X986
Image Auteur Rating Statut Nombre de Chapitres Note Commentaires
Tempesta
Pomon60
T Rating
en cours
41
Cliquez ici

L'histoire que vous allez lire est une adaptation de l'histoire d'un Forum RPG nommé Fairy Tail Rebellion, le Background est la création de la Fondatrice : Ryuu.

Chapitre 1 : Départ

Au sud de Crocus, capitale du pays de Fiore, est situé l'orphelinat de Florage. Ce dernier était en ce moment très calme, car c'était l'heure des histoires. Assise sur une chaise, une jeune femme aux cheveux châtain attachés en une longue tresse avait dans les mains un livre qu'elle s'apprêtait à conter à son auditoire juvénile.


- Autrefois, il existait un mage noir du nom de Zeleph. Grâce à ses grands pouvoirs, il s'était crée une armée de démons et il voulait conquérir le monde avec. Cependant, un groupe de mage héroïque parvint à arrêter l'Armée Noire. A travers tout le pays, les femmes et les hommes, menés par les mages de Fairy Tail sont parvenus à battre les démons, au prix de beaucoup des leurs. Il ne restait finalement que leur maître, Zeleph le mage noir. Pour le combattre, les mages envoyèrent le plus puissant d'entre eux l'affronter. C'était son propre frère, Natsu, le chasseur de dragon de feu qui se présenta donc devant Zeleph.


Un jeune garçon aux yeux aussi noirs que ses cheveux hérissés s'était levé et jeté sur la jeune femme, manquant de lui faire tomber le livre des mains.


- Dit. Natsu il le bat à la fin ?


Le corps tordu afin d'essayer de lire la fin de l'histoire, le jeune garçon tentait de s'emparer du livre, luttant contre la conteuse pour sa possession. Handicapé par sa petite taille, le jeune garçon fut vite remis à sa place par la femme à la tresse.


- Tu le sauras si tu écoutes la suite Falcon.


L'heure de la sortie mit cependant fin aux histoires, ce qui n'était pas du goût de Falcon. S'emparant d'un manteau rouge qui traînait par là, il se hissa sur une chaise et déclara avec ferveur.


- Je suis Natsu, et je suis le plus fort des mages. Rend toi Zeleph.


Il avait prit pour cible un de ses camarades. Habillé de noir, il était naturel que ce soit lui qui joue le rôle du méchant. Sous le regard souriant de leur gardienne, les jeunes garçons faisaient semblant de se battre et de se lancer des sorts. Rapidement, ils se montrèrent de plus en plus doués à singer un combat, jusqu'à faire douter les spectateurs de la réalité de l'altercation. La jeune femme se rua entre les deux et, tant bien que mal, parvint à les séparer, au prix de sa coiffure.


Les larmes aux yeux alors qu'elle remettait ses cheveux en place, la jeune femme avait puni les deux garnements, ne sachant pas lequel avait envenimé les choses. Ce qui ne satisfaisait aucun des deux garçons.


- Mais Livitha, on n'a rien fait.


- On jouait.


Insensible à la négociation des deux pensionnaires, Livitha les laissait à l'intérieur pendant qu'elle surveillait les autres qui jouaient dehors. Elle avait conté à de nombreuses reprises des histoires similaires, et à chaque fois, c'était Falcon qui montrait le plus d'entrain. Parfois même trop. Après avoir écouté les fables des guildes d'antan, il se prenait toujours pour un mage et répandait le chaos. Il effrayait ainsi les enfants, Livitha, et de potentiels parents.


Jours, semaines, puis mois passaient avec à chaque fois le même dénouement, Falcon restait à l'orphelinat, séparé de ses anciens camarades. Il ne semblait pas en être affecté puisqu'il avait toujours la même joie lorsque venait le temps des contes. Il apprit ainsi l'histoire de Fiore, transformée en récit de légende par Livitha, car c'était là le seul moyen qu'elle avait trouvé pour leur donner des cours. Certainement que malgré elle, la jeune femme avait été vague dans ses récits, car Falcon en était venu à la questionner de plus en plus.


- Dit, pourquoi les guildes de mages ont été interdites si c'est elles qui ont chassé les démons ?


- Parce qu'au départ, c'est avec la magie que Zeleph a crée les démons. Alors il a été décidé que c'était trop dangereux de laisser à tous le loisir d'utiliser la magie.


- Mais les gens comme Zeleph, ça arrive pas souvent. Et si y a des mages pour l'arrêter, ça ira.


Un sourire tendre au coin des lèvres, Livitha pencha la tête sur le côté.


- C'est un autre point de vue.


- Oui bah c'est nul.


Livitha ébouriffa les cheveux du jeune homme pour l'empêcher de faire la moue.


- Tu n'as vraiment pas de chance.


Les yeux grands ouverts, Falcon fixait sa gardienne.


- Qu'est-ce que tu veux dire ?


- Rien, ce n'est rien.


Sans y réfléchir davantage, Falcon quitta la compagnie de la jeune femme qui le regardait partir. Le seul moyen pour lui d'être comme les héros qu'il admire serait de rejoindre le Conseil ou le Dark Chess. Ces deux options n'avaient que peu en commun avec ce que Falcon avait en tête quand il parlait de guilde.


Heureusement pour Falcon, il n'eut pas à choisir, car apparemment, il n'avait aucune prédisposition à la magie. Il avait pourtant essayé plusieurs fois de créer des cercles, mais, sans formation ou motivation préalable, la magie restait impossible.


Sans fantaisie, Falcon demeura donc à l'orphelinat, passant de trop agité à trop grincheux, puis à trop vieux pour intéresser une famille. Il devint rapidement plus qu'un pensionnaire, mais un assistant de Livitha pour encadrer les nouveaux arrivants.


Au cours de sa dix-septième année, c'est Falcon qui restait pendant que Livitha partait faire des achats. En l'absence de cette dernière, de potentiels parents visitaient l'institut sous l'œil de Siward, le vieux propriétaire du bâtiment. Un vieil homme au crâne dégarni mais coiffé d'une couronne de cheveux blancs ainsi que d'une forte odeur de papier neuf et d'encre métallique qui semblait le suivre partout où il allait.


Pendant que certains semblaient avoir fait leur choix et attendaient de remplir certains papiers, un homme d'âge mûr dont la nuque-longue grisonnante s'agitait au gré du vent entra silencieusement dans l'orphelinat. Du coin de l'œil, le propriétaire remarqua le nouveau venu et commençant alors à se triturer les ongles en regardant autour de lui. Portant un uniforme militaire blanc orné d'une bandoulière de cuir, il n'y avait aucun doute sur le fait qu'il provenait du Conseil Magique. L'arrivant s'approcha de Siward et lui murmura quelques mots à l'oreille, de manière à ne pas être entendu.


- C'est bientôt la Cérémonie de Sothakal, combien en avez-vous cette année ?


Le regard de Siward hésita quelques instants en passant sur les jeunes garçon présents dans la salle, y compris Falcon, qui comprenait que quelque chose clochait, que cet homme n'apportait pas de bonnes nouvelles et la ceinture ornée d'un poignard du militaire ne faisait rien pour le rassurer.


- Cela fait déjà sept ans ? Ils ne sont que trois à avoir plus de dix ans, dont Falcon, le jeune homme là-bas, qui est né en neuf cent soixante-cinq.


La volte-face de l'inconnu ne faisait rien pour rassurer Falcon qui se dirigea alors vers les deux adultes, les poings serrés pour calmer ses mains tremblantes. Son regard défiait celui de l'inconnu qui n'avait cependant rien de malicieux, mais simplement l'ennui de quelqu'un qui faisait son travail. Observé sous toutes les coutures par le vieil homme qui semblait perdu dans ses réflexions, Falcon commençait à perdre patience.


- Vous regardez quoi là ?


Surpris par l'attitude du jeune garçon, le vieil homme leva la tête et gardant ses yeux dans ceux du jeune garçon, donnant à ce dernier la désagréable sensation d'être jugé. Il secoua ensuite la tête et reprit un faciès neutre avant d'entamer la conversation.


- Pardonne mes manières jeune homme. Je me nomme Athelstan, je suis envoyé par l'empire pour recruter les déshérités pour l'armée impériale. Alors je me demandais si…


- Les déshérités ? Vous parlez de qui là ?


- Et bien, les gens comme toi, les orphelins, les abandonnés, ceux qui ne manqueront à personne si jamais leur carrière militaire était tragiquement… écourtée. Tu comprendras donc que les orphelins sont des recrues de choix pour nous.


Les articulations blanches à cause de ses poings serrés, Falcon se retenait de ne pas sauter à la gorge d'Athelstan afin de ne pas attirer de problèmes à l'institut. Mais la manière qu'avait cet homme de les considérer comme de la chair à canon semblait avoir allumé une flamme dans le coeur de Falcon.


- Mais le plus vieux après moi ici à onze ans, il n'a aucune envie de s'enrôler dans l'armée.


- Ce n'est pas un enrôlement jeune homme, c'est une conscription. Je ne vous demande pas votre avis, l'Empire vous recrute dans son armée, vous devrez être prêt d'ici la fin de la semaine.


Athelstan fit alors demi-tour en se raclant bruyamment la gorge. Le regard noir qu'il jeta sur Siward lui fit bien comprendre que ce dernier serait tenu pour responsable si tout ne se passait pas comme prévu et que lui et l'orphelinat aurait à en subir les conséquences.


Une fois le militaire disparu derrière les portes, Falcon se retourna vers Siward qui affichait un sourire gêné et compatissant.


- C'est nécessaire pour que l'orphelinat continue d'exister mon garçon. Nous ne sommes pas les seuls à laisser ainsi partir…


- Vous ne les laissez pas partir, vous les vendez comme des objets.


Les yeux clos, le vieil homme tenta de poser sa main sur l'épaule du garçon aux cheveux hérissés, mais ce dernier le repoussa d'un mouvement de torse. Son regard tourné vers le sol, Siward laissa partir Falcon et continua, d'une voix monocorde.


- Tu es jeune, tu comprendras que rien n'est gratuit et que nous avons tous quelque chose à nous reprocher.


Sans prêter attention aux derniers mots de Siward, Falcon regagna son poste, continuant de surveiller les jeunes alors que les potentiels parents reprenaient une activité normale après avoir tourné leur attention vers Falcon et Athelstan.


De longues minutes plus tard, Livitha était de retour. Immédiatement assaillie par Falcon, ce dernier lui fit un compte rendu de ce qu'il s'était passé pendant son absence et lui demandait si elle était au courant.


- Falcon, si nous refusons de faire cela, l'orphelinat ne pourra plus exister. Est-ce que tu sais combien d'enfant nous aidons chaque année, alors qu'une infime partie se retrouve enrôlée dans l'armée ?


Bouche bée, Falcon ne comprenait pas comment il pouvait être le seul à trouver cette situation anormale, comment l'on pouvait envoyer à la mort ainsi des enfants sous prétexte d'en sauver davantage.


Ses inamovibles idéaux en tête, Falcon erra dans les environs de l'orphelinat le restant de la journée, cherchant de lui-même une solution à cette aberration tout en se demandant comment ils avaient pu en arriver là.


Bien plus vite que le jeune homme ne l'aurait voulu, Athelstan était de retour, et les jeunes garçons supposés partant étaient prêts, sauf Falcon. Afin d'éviter tout problème, Siward envoya Livitha à la recherche du jeune homme qui demeura malgré tout introuvable. Agacé et se mordant les lèvres, Athelstan semblait rendre responsable Siward de l'absence de Falcon.


- Je n'ai pas toute la journée vieil homme, où est-il ?


La sueur s'écoulant abondamment de son front, le propriétaire était démuni, incapable d'en faire plus pour retrouver le disparu. Sur le point de quitter les lieux, Athelstan tomba alors sur le garçon tant recherché qui se tenait sur le pas de la porte, Livitha à bout de souffle derrière lui. Les yeux fixés sur ceux du militaire, Falcon semblait tendu, ses bras étaient raides et ses poings serrés.


- Ils ne partiront pas avec vous.


La main d'Athelstan recouvrit alors son visage puis se referma jusqu'à ne plus finir que par lui pincer l'arête du nez. Il regarda ensuite vers le plafond tout en serrant le poing qui s'était formé devant lui.


- Soit tu viens avec nous, soit je t'arrête pour entrave à la fonction d'un agent de l'Empire. C'est ta dernière chance jeune homme.


Falcon sentit alors une main se poser sur son épaule, Livitha, au teint pâle, s'approcha alors de lui pour chuchoter.


- S'il te plaît Falcon, ne fait pas d'histoire, tu vas t'attirer des ennuis.


D'un mouvement d'épaule, le brun se dégagea de ce qui devenait une étreinte et s'avança vers l'envoyé impérial. Avant d'avoir pû faire quoi que ce soit, Falcon fut propulsé en arrière par un violent coup de pied du militaire. Les dents serrées, Athelstan s'avança, bien décidé à en finir avec ce dissident. Il rencontra Livitha sur le chemin, cette dernière recouvrant Falcon de son corps pour le protéger.


- S'il vous plaît, ce n'est qu'un enfant. Ne lui faites pas de mal.


- Écarte-toi femme.


Sans attendre la moindre réponse, Athelstan agrippa la longue tresse de Livitha et l'obligea à lâcher Falcon, en vain. Le serrant contre elle, le militaire ne pouvant atteindre le jeune homme sans passer par sa protectrice.


Soudainement soulagé de sa douleur au crâne, Livitha s'aperçut alors que l'envoyé de l'Empire l'avait lâché afin de prendre son arme à sa ceinture. Falcon, les yeux enfin ouverts, vit qu'un couteau quittait peu à peu son fourreau, et fut soudain prit d'une peur panique et parcouru d'un frisson, lui interdisant tout mouvement. Sa stratégie n'étant plus viable, Livitha se releva, écarta les bras et fit obstacle à Athelstan. Ce dernier portait son poignard pointe vers le haut et s'avançait lentement vers les deux jeunes personnes. Il agrippa le poignet de la protectrice et la tira en arrière, hors d'atteinte de Falcon auquel Athelstan tournait maintenant le dos.


Le sang glacé et transi de peur, Falcon ne parvint à bouger que lorsque la vie de Livitha fut menacée. Le militaire avait totalement oublié la raison de sa venue et souhaitant maintenant simplement se débarrasser des gêneurs, pour ce faire, il s'approchait de Livitha, le poignard à la main, prêt à frapper. La jeune femme désarmée ne put que lever le bras pour se protéger en attendant la sentence. Cette dernière ne vint cependant jamais, Falcon ayant attrapé Athelstan à la taille et le tirant en arrière. La gorge serrée et les larmes aux coins des yeux, Falcon se sentait responsable de la situation et ne voulait surtout pas que d'autres souffrent à cause de lui. Il voulait simplement que l'orphelinat soit libre de ce militaire, mais maintenant, son seul souhait était de sauver ceux qu'il avait mit en mauvaise posture en agissant de manière irréfléchie, et ce, à tout prix.


Dans un hurlement à arracher les tympans, Falcon usa de toutes ses forces pour empêcher Athlestan d'agir, mais sa frêle stature ne lui donnait pas la force nécessaire pour cela. Maudissant son impuissance, Falcon s'entêta malgré tout, suppliant tous les dieux de bien vouloir faire tout s'arrêter. Sa prière ne fut pas exaucée, du moins pas de la manière souhaitée. Sans le savoir, Falcon fit apparaître sous ses pieds un cercle magique de la couleur d'un ciel orageux. Ce dernier, exhalant une constante rafale de vent, fit se briser les vitres, s'éclater les portes contre les murs, et renversa tout ce qui pouvait l'être dans la pièce, fut-ce des meubles ou des personnes, à l'exception de Falcon et Athelstan. Le vent se mit alors à tournoyer, emportant tout ceux qui n'avaient pas réussi à s'agripper à quelque chose dans sa furie.


Soulevant Falcon et Athelstan du sol, les deux personnes entrèrent dans une vrille alors que Livitha les regardait s'élever dans une tornade qui prenait peu à peu une couleur noire, parcourue d'étincelles électriques. Falcon se refusait à lâcher son compagnon d'infortune, pensant que ce dernier avait plus de chance d'en réchapper. En se heurtant au plafond, la tornade avait atteint sa taille maximale et commençait maintenant à se tordre, comme un animal souhaitant passer par un trou trop petit, les éclairs se faisaient également plus présents, et menaçaient d'incendier le bâtiment de bois.


A bout de force, Falcon ne put s'empêcher de lâcher Athelstan, et, à sa grande surprise, ce dernier fut propulsé hors de la tornade, à travers les portes défoncées plus tôt par la rafale, il alla s'écraser dans le mur d'en face, creusant un cratère où il resta encastré. La tête de Falcon s'éclaircissant enfin, la tornade en fit de même et déposa en douceur son seul occupant. Falcon était bien la seule chose restée intacte dans le carnage, peu de meubles demeuraient entier, et tous étaient allongés, sinon assis.


Personne ne comprenait vraiment ce qu'il venait de se passer, et celle qui avait l'esprit le plus clair était Livitha, qui se précipita vers le jeune garçon regardant hébété autour de lui. Il appréhendait difficilement ce qu'il venait de réaliser, et surtout il ignorait comment cela était possible, car rien n'avait laissé présager qu'il était capable de magie. Il fut sorti de sa torpeur par la jeune femme qui posa ses mains sur ses épaules et lui dit avec une voix bien trop douce pour la situation.


- Falcon. Falcon ! Il faut vite que tu ailles préparer quelques affaires, il faut que tu partes.


Étrangement fatigué, le jeune garçon peinait à soutenir le regard de son interlocutrice et peinait à comprendre ce qu'elle disait. Elle jeta ensuite un rapide coup d'oeil pour s'assurer de l'état du militaire et, voyant qu'il était encore groggy mais se relevait doucement, elle secoua de nouveau Falcon pour qu'il suive ses ordres.


Des bourdonnements dans la tête et le souffle court, Athelstan ne s'était pas encore aperçu de son était en pensait toujours être dans la tornade. Alors qu'il attendait quelques instants que sa vue redevienne nette, il aperçut la silhouette de la jeune femme s'avancer lentement vers lui, droite et menaçante. Sans doute que c'était elle qui l'avait mit dans cet état lorsqu'il voulait s'en prendre au jeune garçon. Ou bien était-ce justement le jeune homme qui avait créé la tornade ? Lui aussi était prit dans le tourbillon, donc soit il ne contrôlait pas sa magie, soit il n'en était pas l'auteur.


Livitha ne laissait pas au militaire le loisir de la réflexion, arrivée à son niveau, elle le regarda de haut, une expression de dégoût sur le visage. Elle leva ensuite sa main vers lui, ce qui, parmi ceux connaissant la magie, était la menace d'un sort imminent.


- Partez maintenant. Vous êtes allés trop loin cette fois.


Ainsi c'était la jeune femme la mage, et le jeune garçon n'était qu'une victime collatérale ? Les instincts du soldat lui hurlaient le contraire mais il ne pouvait se permettre dans son état de mettre au défi la jeune femme d'exécuter sa menace. Le mur dans lequel il s'était écrasé lui apportait un profond soutien pour l'aider à se lever. Son dos lui faisait souffrir le martyre, mais il tentait de ne rien en faire paraître et reprit une posture fière.


- Vous avez choisi une vie où vous serez traquée et où la fuite sera votre quotidien. Pour sauver un seul garçon, vous avez compromis la sécurité de votre établissement.


- Cet orphelinat n'a rien à voir avec mes idéaux, j'ai travaillé ici pour sauver des vies, pas pour en faire perdre. Et si je ne peux plus le faire, alors autant partir.


Le visage impassible, Livitha prenait encore de haut Athelstan malgré sa taille modeste. Ce dernier ferma alors les yeux et quitta les lieux, bien décidé à revenir avec des renforts. Livitha ne lâchait pas le soldat des yeux, du moins jusqu'à ce qu'il soit hors de vue. Elle se rua alors vers l'orphelinat où Falcon avait enfin entendu l'injonction de la jeune femme et était parti rassembler ses quelques affaires. Elle en profita pour rassurer les enfants présents qui venaient de voir un homme attenter à la vie de leur gardienne et accessoirement pour la première fois une démonstration de magie de leurs propres yeux.


L'arrivée de Falcon marqua la fin du travail de Livitha, elle s'en alla ensuite voir Siward, un sourire gêné aux lèvres.


- Monsieur, je démissionne.


Un rire étouffé parvint à s'échapper des lèvres du vieil homme, mais ce dernier n'avait rien à dire de plus, et acquiesça en hochant la tête.


Le départ était précipité, aussi les au revoirs furent courts, la plupart des pensionnaires étaient dans l'incapacité de comprendre ce qui était en train de se passer et pensait que les Livitha et Falcon allaient vite revenir. Ils passeraient les prochaines semaines à comprendre que sans doute plus jamais ils ne reverraient les deux partants. Ces derniers quant à eux, prirent la direction opposée à celle d'Athelstan afin d'éviter de croiser les supposés renforts.


Après s'être assuré d'avoir laissé l'orphelinat loin derrière elle, Livitha attrapa la main de Falcon et l'obligea à s'arrêter. Le jeune homme se retourna, souhaitant connaître la raison de cette pause dans leur fuite. La tête baissée, Livitha ne pouvait se résoudre à affronter le regard de Falcon.


- Il va falloir qu'on se sépare maintenant.


Un sourire de façade était tout ce que pouvait proposer l'ancienne gardienne, mais des larmes s'ajoutèrent bientôt à son visage lorsqu'elle vit Falcon faire non de la tête en ayant lui aussi la tristesse au coin des yeux.


- Tu prendras la route du sud, par là il n'y a que des petits villages. Moi j'irais au nord vers Crocus, je me ferai voir là bas pour que les recherches se concentrent vers cette zone.


La voix tremblante de Livitha ne rassurait pas vraiment le jeune homme et il refusait de se séparer de sa gardienne. Se sentant de plus en plus responsable de la situation, il ne voulait pas que le destin de la jeune femme soit différent du sien, quoi qu'il arrive. Il sentit alors une forte pression sur ses épaules et le regard sûr de lui de Livitha.


- Tu te rappelle des histoires que je vous racontais ?


Opinant du chef, les larmes de Falcon semblaient disparaître peu à peu, suivant l'exemple de la jeune femme.


- Tu as des pouvoirs Falcon, et de nos jours, tu n'as pas beaucoup de choix. Soit tu rejoins le Dark Chess ou le Conseil et travaille pour eux, soit tu te laisses capturer. Ou bien, tu deviens le héros de ta propre histoire, et tu fuis. Trouve des gens comme toi avec qui tu te sentiras accepté, avec qui vous vous protégerez mutuellement.


En un ultime sourire, Livitha dissipa les doutes de Falcon et, avant qu'il ne s'en rende compte, le jeune homme était seul, son sac par dessus l'épaule. Surplombant une ville d'à peine quelques centaines de tête, il s'y traîna lentement, se demandant déjà ce qu'il advenait de Livitha alors que leur séparation remontait à quelques heures à peine.


Malgré l'enquête menée par le Dark Chess, aucune trace de Falcon n'a été trouvée puisque personne ne le connaissait en dehors de l'orphelinat. De son côté, Livitha avait été vue à Crocus quelques jours après les évènements mais restait introuvable. Les recherches pour Falcon furent abandonnées peu après, tandis que Livitha devenait un Mage Renégat de plus à retrouver. Libre de faire ce qu'il voulait, Falcon ne souhaitant cependant pas prendre de risque, il vivait comme un ermite à l'écart de toute grande ville.


La vie de Falcon fut ainsi celle d'un paria, il survivait comme il pouvait grâce aux larcins et parfois à la bonne volonté des villageois. Le jeune homme ne restait cependant jamais très longtemps au même endroit, car, par curiosité, il testait souvent ce que sa magie lui permettait, et cela s'était longtemps limité à la création de rafales et d'un couvert nuageux. Cependant, ces phénomènes suspects attirèrent rapidement l'attention et des membres de la Section de Traque du Conseil, ce qui forçait Falcon à fuir.


Cinq ans durant, le quotidien de Falcon était ainsi, il parcourait Fiore de long en large, et pas une fois il n'avait croisé un mage même solitaire. Tous ceux qu'il avait pu rencontrer étaient ceux du Dark Chess ou du Conseil. Les alliés introuvables et les années d'errance eurent vite fait de réduire à néant la foi que le jeune homme avait dans les histoires de Livitha. Les mages sont des hors la loi, ils ne se réunissent pas en formant des sociétés secrètes. Les guildes de mages n'existent plus, pas plus que Fairy Tail.

Chapitre 2 : La main dans le sac

Dans un village de Fiore, en plein été, des dizaines de personnes couraient se mettre à l'abri. Un orage avait subitement fait irruption au-dessus de leur tête et avait mit un terme à leurs activités estivales. Tous étaient habillés légèrement pour les grandes chaleurs, si bien que pour la plupart d'entre eux, la pluie était un soulagement, mais aussi une douche dont ils se seraient bien passés. S'écoulant sur la terre chaude, l'eau soulevait une odeur pétrichor qui arrivait rapidement aux narines des observateurs, bien à l'abris dans leur maison de pierre.


- C'est bizarre, ça fait cinq jours de suite qu'il pleut comme ça d'un coup.


- Tu penses qu'on devrait avertir le Dark Chess, au cas où ce serait magique ?


- Oui, je vais les prévenir.


A l'insu de tous, un seul homme bravait la pluie alors que tous couraient se cacher. Étrangement vêtu d'un long manteau encapuché, ce jeune homme devait haïr la chaleur et bénir cette pluie qui lui donnait raison d'avoir choisi un tel accoutrement. Alors que les marchands luttaient pour ranger leurs étals et protéger leurs fruits et autres de la tempête, le jeune homme se hâtait de dérober certaines denrées sans se faire repérer. Prenant autant que les poches de son manteau pouvaient le permettre, le jeune homme tenta ensuite de déguerpir au plus vite. Il fut cependant surpris par une rafale qui lui retira son couvre-chef et un éclair qui révéla Falcon à la vue de tous, y compris du commerçant victime de son larcin.


- Repose ça ici.


Le jeune garçon aux cheveux noirs, dont les épis ornant d'ordinaire sa tête avaient été en partie tassés par la pluie, prit alors ses jambes à son cou en laissant échapper une partie de son butin.


- Au voleur !


La plupart des habitants ayant regagné leur foyer, personne ne répondit à l'appel du maraîcher et le jeune garçon put quitter les lieux sans être inquiété. Sans se retourner, le jeune homme quitta le village et s'enfonça dans la forêt qui l'entourait. Sous le couvert du bosquet, le jeune homme jeta quelques regards furtifs derrière lui, s'assurant de ne pas être suivi. Une fois cela fait, sa course devint marche pendant qu'il prenait le chemin de son abri.


La bâtisse délabrée avait toutes les peines du monde à retenir l'eau et l'empêcher d'inonder l'intérieur. Fort heureusement pour le jeune homme, l'orage passait peu à peu, chassé par le ciel du crépuscule, ainsi, aussi vite qu'elle était venue, la pluie cessa. Disposant la nourriture sur la seul table ornant l'unique pièce, le voleur déposa ensuite son manteau sur son lit avant de se mettre à table. Falcon s'ébouriffa ensuite les cheveux pour leur faire retrouver un tant soit peu leur état sec. Son repas frugale ne combla qu'en partie la faim du jeune brun, lui indiquant qu'il aurait à ressortir pour ne pas finir la journée à saliver sur son oreiller.


Une pomme roulant sur la table fit regretter à Falcon que la tempête qu'il avait lui-même invoqué ait échappé à son contrôle et l'ait ainsi fait repérer. A n'en pas doûter, si tout s'était passé comme prévu, Falcon aurait gagné sa journée. Allongé sur son lit, il préparait son prochain départ. Retourner dans le même village était impossible, mais les autres cibles étaient à de longues minutes de marche.


Allongé sur son lit, les yeux fixés au plafond, Falcon tentait de faire taire son appétit avant de partir. Il se laissa alors envahir par ses pensées et sombra dans le sommeil. Il se vit alors dans son ancienne vie, entouré de ses jeunes amis dont il avait oublié jusqu'au nom et qui n'étaient maintenant que des visages lisses aux cheveux colorés. Il se remémorait à quel point il était naïf et adorait les fables des mages. Il aurait tout donné pour en devenir un, mais maintenant que le marché avait été rempli et qu'il avait tout perdu, il regrettait sa vie passée.


C'est avec cette pensée que Falcon se leva, de même que le jour. La faim continuant à le tirailler, le garçon aux cheveux noirs fut obligé de quitter son lit et de prendre la direction du village. Les yeux encore embrumés, Falcon mit un certain temps avant d'arriver à destination, si bien que les premiers commerçants étaient déjà à l'oeuvre depuis près d'une heure.


L'heure précoce et la température encore fraîche donnèrent l'idée à Falcon de faire se lever un épais brouillard. Il n'y aurait ainsi pas de vent pour le découvrir, ni d'éclair pour le révéler. Son plan était sans faille, à ceci près que dans le brouillard, Falcon était aussi aveugle que la victime de son larcin. Il avançait donc à tâtons, les bras en avant, et plissait les yeux le plus possible pour distinguer murs et passants. La levée soudaine d'une brume si épaisse n'avait pas laissé le temps aux habitants de prendre les mesures qui s'imposaient. Certains attendaient que le brouillard ne se dissipe, d'autres étaient déjà en train de faire du rangement, pestant contre le temps et ses caprices.


Après un rapide temps d'adaptation, le jeune mage brun parvenait à distinguer les sacs portés par les villageois et, protégé par le brouillard, s'approchait sans difficulté de ces derniers. Cependant, il était difficile pour le jeune garçon de choisir ce qu'il prenait, si bien que la plupart du temps il s'emparait de ce qui ressemblait, au toucher, de près ou de loin à des légumes ou des fruits.


Les premières personnes arrivés pour faire leurs courses se sentaient alors de plus en plus légères à mesure que Falcon s'emparait de leurs achats. Ce qui ne manqua pas de soulever un léger vent de panique alors qu'il traçait sa route entre les gens. Sur le point de partir, il fit un léger détour pour un dernier vol. Alors que sa main n'était qu'à quelques centimètres de sa prise, son poignet fut enserré par une main semblant être celle d'une femme.

Réprimant un cri de surprise, Falcon s'accrocha à ce qu'il avait déjà volé et parvint à se dégager rapidement de la poigne de la jeune femme. Il détala en s'éloignant du village, évitant d'être suivi grâce au couvert de la brume. Certain de n'avoir personne derrière lui, Falcon rentra chez lui au pas afin d'y déposer le fruit de sa journée de travail, et si possible de se mettre rapidement à table, la faim ne s'étant pas faite plus discrète.


- On t'a jamais dit qu'on ne volait pas le sac d'une femme ?


La surprise avait figé sur place Falcon, impossible qu'il ait été suivi avec le brouillard et les précautions qu'il avait prises sur le chemin du retour. Les intentions de l'intruse, que Falcon se doutait être la même jeune femme qu'il avait tenté de chaparder quelques instants plus tôt, étaient inconnues. Aussi l'habitant des lieux se tenait prêt, s'il le fallait, à fuir ou attaquer. Du coin de l'oeil, Falcon jugeait de la posture et des gestes de son invitée pendant qu'il se tournait vers elle.


Ses chaussures blanches avaient toujours accrochée sur elles des feuilles humides à cause du brouillard du Falcon. Les gouttelettes accumulées sur l'étroit pantalon de la jeune femme lui donnait l'air de scintiller à mesure qu'elle tentait d'enlever les disgracieux hôtes de ses semelles. Une fois cela fait, elle remit en place son manteau noir de manière à ce que les coutures roses soient en effet sur ses épaules et ses flancs, et surtout que l'ouverture de la fermeture soit alignée avec le col en v de son maillot blanc.


Rien ne semblait hostile dans le comportement de la jeune femme, aussi Falcon se décida enfin à la regarder dans les yeux. Bien qu'assez négligé, le visage de la brune était loin d'être désagréable, dans la vingtaine, elle était coiffée d'une simple queue de cheval s'emparant de sa totalité de ses cheveux et ne laissant échapper qu'une mèche ondulant le long de sa joue.


Des souvenirs remontèrent alors dans l'esprit de Falcon, cette jeune femme, totalement inconnue, avait cependant un faciès des plus familier. La couleur des cheveux n'était pas la même, mais la silhouette et les traits du visage firent s'avancer le garçon vers la nouvelle venue prêt à l'enlacer.


- Livitha ?


Ramené à la réalité par la douleur sur sa joue, le jeune homme ouvrit les yeux pour voir que la jeune femme avait fait de nombreux pas en arrière, et était même sortie de la maison. Ses bras devant elle pour se défendre, elle avait les yeux écarquillés et la bouche entrouverte.


- Désolé pour la gifle, mais je m'appelle pas Livitha.


La raison revenant au jeune garçon, il eut un mouvement de recul, réalisant enfin son erreur.


- Je… Pardon, c'est juste que tu…


- Ressemble à quelqu'un que tu connais j'ai cru comprendre.


L'ombre d'un sourire passa alors sur le visage de la jeune femme, rassurant légèrement Falcon quant à son humeur. Il déchanta rapidement quand elle lui lança un regard froid.


- Les gens que tu voles travaillent dur pour acheter ce qu'ils ont. Tu ne devrais pas vivre comme ça.


Ce sermon, il l'avait entendu à de nombreuses reprises, du moins à chaque fois qu'il se faisait prendre par quelqu'un souhaitant le remettre sur le droit chemin. Ce qui était une motivation supplémentaire pour passer inaperçu. La répétition des mêmes reproches ne fit que tirer un soupir et tourner le nez de Falcon.


Déçue sans être vexée, la jeune femme tordit ses lèvres en un demi-sourire.


- Le brouillard c'est toi ?


Ne sachant que répondre, Falcon se contenta de fixer la jeune femme du regard avec les lèvres légèrement écartées.


- Et la pluie les jours d'avant aussi ?


Falcon baissa alors la tête, comme un enfant accusé d'avoir fait une bêtise.


- Je passe souvent faire les courses ici, et à chaque fois que tout le monde court pour rentrer chez lui, je vois une personne à contre-courant, qui semble aller partout. Si je suis venu, c'est pour te prévenir que le Dark Chess va certainement venir ici pour enquêter, alors il vaudrait mieux que tu fasses profil bas, au moins pour un moment.


- Au point ou j'en suis, je me demande s'il ne vaudrait pas mieux que je me rende. Au moins à travailler pour eux, j'aurai un foyer et de quoi manger tous les jours.


Si la jeune femme n'était pas en colère auparavant, elle l'était maintenant. Fronçant les sourcils, son sourire disparut rapidement alors qu'elle serrait les poings.


- Tu as la moindre idée de ce qu'ils font tous les jours ? Ce qu'ils te demanderont de faire ?


Harassé, ennuyé et voulant juste qu'elle s'en aille, Falcon cherchait à lui dire ce qu'elle voulait entendre pour la satisfaire et qu'elle le laisse en paix.


- Je sais qu'ils arrêtent les mages, j'ai pas dit que j'approuvais ce qu'ils faisaient, mais c'est le seul avenir pour les mages.


Dans un mélange de déception et de tristesse, la jeune femme commença à faire demi-tour, sentant que la cause était perdue.


- Soit tu travailles pour eux, soit ils te tuent. Si c'est tout ce que tu vois, pas étonnant que tu te retrouve seul.


- Et tu veux que je fasse quoi ? Que je fasse comme dans les histoires pour gamin ? Que je me retrouve dans une guilde et que je batte l'Empereur ?


- Et pourquoi pas ? Tu croirais pas que se débarrasser du mec qui a mis en place notre exclusion arrangerait les choses ?


- Oui, et après on s'occupera des membres du Conseil et du reste du Dark Chess et tout ira mieux.


L'ironie de Falcon ne plaisait pas vraiment à la jeune femme qui commençait à respirer de plus en plus vite, laissant se dessiner une veine sur le coin de son front. Falcon lui, plissait les yeux, comme s'il cherchait un détail sur le visage de la jeune femme.


- Notre exclusion ?


Jetant un regard noir à Falcon, la jeune brune tentait de prendre le même ton que son interlocuteur, bien que ses mots ne soient pas empreints de la même malice.


- Bah oui, tu n'es pas seul, pas autant que tu le crois. Si tu arrêtais de te regarder le nombril, tu le verrais.


- J'ai essayé, pendant plus de trois ans, et je n'ai jamais trouvé d'aide. Alors si c'est ça, je me débrouillerais tout seul. S'il y a des mages contre le Dark Chess, ils sont comme moi, parce que les guildes de mages n'existent plus.


Les épaules de la brune s'effondrèrent sous les mots de Falcon. Elle regardait le jeune homme, sans comprendre ce qui l'avait mené à penser ainsi.


- C'est avec ce genre de réflexion que les guildes ont disparues.


Avant d'entendre la réponse de Falcon, la jeune femme quitta les lieux et reprit la direction du village, laissant le jeune homme seul avec son butin du jour. Son sac à la main, la jeune femme continua tout droit pendant de longues minutes, jusqu'à parvenir une pied d'une paroi rocheuse, elle la longea donc, cherchant l'escalier qui devait lui permettre d'arriver jusqu'à sa destination.


Prenant la forme d'une arche de roche suivie d'une porte en bois, la jeune femme s'approcha de cette dernière. Elle posa ensuite son sac au sol et s'empara du heurtoir des deux mains pour signaler sa présence, sans succès, s'y reprenant à plusieurs fois, l'intérieur demeura silencieux, et la jeune femme dehors. Un léger grondement lui fit comprendre que l'on venait enfin à son aide, mais aussi qu'elle devrait elle aussi y mettre du sien pour entrer.


Une fois l'ouverture suffisante, elle s'empara de ses sacs et mit un pied à l'intérieur, le parquet de bois grinçant sous ses pas. La personne l'ayant aidé était un jeune homme, à peine plus grand qu'elle et aux yeux aussi noirs que ses cheveux, aussi hérissés que ceux de Falcon, à ceci près que ceux du jeune portier partaient en arrière. Habillé d'un polo noir et d'un pantalon bleu, le jeune homme avait encore le sommeil dans les yeux, signe d'un réveil encore tout jeune.


- Merci Haze.


Remarquant le ton froid de sa camarade d'ordinaire si enjouée, Haze se doutait que quelque chose n'allait pas.


- Ca va Evan ?


- Ca va très bien, j'ai juste croisé un pauvre type en ville.


- C'est bizarre, pourtant Shaporo est resté ici.


La modeste salle formait la plus grande partie du bâtiment qu'Evan venait de pénétrer. Carrée, elle ne comptait que deux tables, et une petite dizaine de chaise, la plupart étant empilée dans un coin de la pièce. Seul un comptoir de bar, bien que vide, brisait la monotonie de l'endroit.


Au centre se trouvait un jeune homme blond au teint hâlé. Assis sur une chaise, il avait posé ses pieds sur la table et semblait dormir avec un casque sur les oreilles pour écouter sa musique. Habillé d'un maillot noir aux bords du col rouge, il avait autour du torse une sorte de besace blanche qui de loin ressemblait à une écharpe porté en bandoulière. Ses jambes croisées sur la table étaient ornées d'un pantalon trop grand pour elles, forçant le dénommé Shaporo à user d'une large ceinture blanche, qui n'était en fait qu'une corde serrée autour de sa taille.


Un léger souffle comme seule réaction, Evan alla elle aussi s'asseoir, laissant Haze se démener pour refermer la porte. Evan posa ensuite les courses sur la table, ce qui ne fut pas suffisant pour réveiller Shaporo, avant de s'effondrer sur une chaise et d'enfouir sa tête dans ses bras. Durant de longues minutes, Evan se remémora les évènements de la journée, et en particulier sa rencontre avec Falcon, bercée par la musique étouffée du casque de Shaporo. Toujours "de garde" dans les bras de Morphée, il ne montrait aucun signe de réveil pendant qu'il était dévisagé par Evan, laissée par Haze qui était reparti se coucher.


Ne supportant pas le silence et de ne pouvoir se confier à personne, elle quitta la pièce et se dirigea vers l'unique porte n'étant pas celle qui menait à l'extérieur. A l'intérieur se trouvait un couloir, grossièrement taillé dans la roche et éclairé uniquement par la lueur de la grande salle qu'Evan venait de quitter. . En ces lieux se trouvaient six portes, et c'est vers la plus éloignée que progressait la jeune femme. Arrivée à son niveau, Evan leva la main pour toquer sur ce qui n'était qu'un planche de bois bouchant un trou dans la pierre. Elle ne rencontra cependant que le vide, la porte s'étant ouverte au même moment, révélant l'habitant de la chambre.


D'un gabarit ridiculisant celui d'Evan, le vieil homme la toisait de plusieurs dizaines de centimètres, tout en arborant un regard plein de compassion, comme s'il connaissant le moment et la raison de la venue de la brune. Habillé sommairement, il ne revêtait qu'un simple habit de lin n'ayant même pas le bon goût de lui former des manches et d'un pantalon du même acabit.


- Tu as l'air tourmentée Evan.


D'un sourire en coin, perdu entre sa barbe et sa moustache d'argent, il fit comprendre à la jeune femme qu'elle était la bienvenue. L'intérieur de la chambre n'était nullement décoré, comportant simplement un lit et un tapis sur lequel le vieil homme s'était placé en tailleur, laissant à Evan le loisir de s'asseoir sur le lit.


- Dit moi tout Evan.


- Monsieur, j'ai rencontré un jeune homme en ville…


- Qu'a-t-il dit bien pu te dire pour te troubler tant ?


- C'est un mage, mais il a l'intention de travailler pour le Dark Chess, car cela fait des années qu'il est seul et il ne supporte plus d'avoir à voler pour vivre.


- Il est perdu, il erre en cherchant comment agir, et quoi faire. Peut être lui faut il simplement un guide pour lui montrer le chemin.


- Maître, je pense que si on lui montrait comment nous vivons, il…


- Evan. Je ne connais pas ce garçon, il peut très bien nous suivre comme nous rejeter, et si c'est le cas, il pourrait nous mettre en péril. Je comprends que tu souhaite l'aider, mais tu dois te faire à l'idée que nous ne pouvons nous permettre d'accueillir tous les mages dans le désarroi de Fiore.


Le regard s'abaissant sur ses jambes, Evan ne trouvait quoi répondre mais elle avait eu la réponse à sa question, même si elle regrettait de ne rien pouvoir faire de plus.


- Merci de m'avoir écoutée Maître.


Elle se leva donc pour quitter la pièce et posa sa main sur le morceau de fer froid et tordu qui servait de poignée.


- Ceci étant dit.


Evan se retourna alors, attentive aux prochaines paroles du vieil homme.


- Je ne pourrai accepter qu'on laisse ainsi un jeune homme dans le besoin.


Un sourire embellit alors le visage d'Evan, chassant sa morosité et sa déception.


- Je passerai en ville dans la journée pour en savoir plus. Décrit moi ce garçon s'il te plaît Evan.


- Merci Maître.


Se ruant sur le lit, Evan commençant donc son récit, tentant du mieux possible de ne rien oublier, que ce soit l'apparence, le comportement, le lieu de vie, où même les pouvoirs de Falcon, bientôt le vieil homme en savait autant qu'Evan à son sujet, et était prêt à le préparant pour le départ, le Maître s'habilla de manière à moins attirer l'attention. Il se recouvrait donc de ce qui ressemblait à un manteau de pluie, cachant ses bras nus ainsi que la tatouage bleu marine qu'il avait sur l'épaule, représentant le profil d'un oiseau ou une autre créature ailée dont la queue pointue rejoignait les ailes.

Chapitre 3 : Au bout du chemin

Comme à son habitude, Falcon avait englouti en quelques heures ce qui était supposé le faire tenir pendant au moins une journée. Il devait donc se résoudre à retourner chercher de quoi se nourrir, malgré les avertissements d'Evan qui trottaient encore dans son crâne. Il décida de les ignorer et repris la route du même village, une toute dernière fois avant de partir d'ici. Falcon prépara donc ses affaires, les emballant toutes avec ce qui lui servait de couverture. Une fois ceci fait, il prit la direction de la ville afin de faire des provisions pour le voyage.


Bien qu'il l'ait ignoré, l'avertissement d'Evan était vivace dans sa mémoire, aussi Falcon prenait bien plus de précautions qu'il n'en avait l'habitude. Cela commençait par ne pas lever une purée de pois inextricable afin de parvenir à se diriger en toutes circonstances. Dans sa réflexion, Falcon ne s'était pas aperçu être déjà arrivé au village, mais il vit cependant que celui-ci était investi de personnes en uniformes noirs et blancs, indiquant qu'ils étaient du Dark Chess.


- Ils sont pas sérieux. Déjà ?


Tous avaient une pièce d'échec, un pion, plus ou moins visible sur leur corps. De ce qu'en savait Falcon, ce n'était donc que des mages de troisième zone, mais sans doute plus que suffisant pour lui poser problème, surtout avec un tel surnombre.


Aussi se faufila-t-il, tout en gardant une certaine distance entre lui et les Pions sans pour autant avoir l'air d'un individu suspect. Il renonça bien vite à faire se lever le vent, car le faire reviendrait à annoncer qu'il était là. Pour effectuer son larcin, il devrait donc s'en remettre uniquement à ses capacités de larron. Cependant, Falcon déchanta bien vite lorsqu'il vit que la plupart des marchands avait déjà rentré leur étal afin d'être interrogé par le Dark Chess. Le nombre de cible s'était donc largement réduit pour le jeune homme, contrairement aux risques qu'il devait prendre.


Pendant qu'il se déplaçait dans des ruelles annexes, de façon à repérer les lieux et l'emplacement des mages du Dark Chess, Falcon fut interpellé par une voix derrière lui.


- Hé toi là !


Surpris, le mage des tempêtes se retourna immédiatement. Heureusement pour lui, le mage du Dark Chess était suffisamment près pour que son interjection n'attire pas l'attention. Immobile, Falcon leva les mains pour montrer qu'il n'avait ni armes, ni mauvaises intentions. Ne se sentant donc pas menacé, le Pion s'avança sereinement vers Falcon pour l'interroger.


- Tous les habitants doivent rester chez eux jusqu'à nouvel ordre, alors rentre chez toi mon garçon. Indique-moi ta maison, je vais t'y ramener.


Faisant mine de chercher autour de lui, Falcon indiqua une direction au hasard.


- C'est par là, mais c'est bon, je peux y aller seul.


- Non, je veux m'assurer que tu n'es plus dehors.


Le Pion s'approcha alors du jeune homme, la main tendu, cherchant à le prendre par le bras. Il fut cependant attrapé au col par Falcon qui frappa du pied au sol, générant un cercle magique. Il se tourna ensuite, emportant le Pion dans le mouvement. Aidé par une rafale de vent les entourant tous deux, le mage des tempêtes faucha son adversaire avec sa jambe et l'envoya au loin, tournoyant dans les airs avant de s'écraser dans la forêt entourant le village.


Le fracas des branches ne manqua pas d'attirer l'attention du reste des Pions. Ils accoururent vers l'origine du bruit, laissant le temps à Falcon de s'enfuir et se cacher. À l'orée des bois, le Pion gémissait et se tordait de douleur sur le sol. Alerté par le bruit d'un corps chutant à ses côtés, il n'eut pas le temps de voir de qui il s'agissait qu'il sentit une forte pression sous sa mâchoire et à sa carotide. Il ferma alors les yeux et cessa toute plainte.


Haze, le jeune ami aux cheveux noirs d'Evan retira ses mains du cou du Pion.


- On devrait pas être là.


Rejoint par Shaporo, Haze était accroupi près de l'endormi et observait de loin l'agitation causée par Falcon. Le jeune blond semblait heureux d'être là, enfin dehors, à voir autre chose que l'intérieur du bâtiment où ils vivaient.


- Tu rigoles, le Maître sort et tu veux pas savoir pourquoi ?


- Pas quand il nous dit de rester à la Guilde, non.


- En effet, je vous ai dit de rester là-bas.


Frappés de stupeur, Haze et Shaporo se retournèrent doucement pour voir leur Maître se tenir derrière eux.


- M-Maître Hattaya...


Tremblant de peur, les deux garçons ne connaissaient que trop l'intransigeance du vieil homme lorsque l'on mettait le secret de la guilde en péril. Cependant, cette fois semblait différente. Aucune colère n'était visible sur le visage du vieil homme, il semblait calme, presque souriant.


- Puisque vous êtes là, rendez vous utiles. Les Pions n'étaient pas prévus si tôt.


- Que voulez-vous qu'on fasse ?


Plus pour se racheter que par envie d'aider, Shaporo s'approcha du Maître pour que ce dernier n'ait pas à élever la voix davantage.


- Shaporo, tu devras juste attirer et éloigner les mages du Dark Chess pendant un temps. Jusqu'à ce qu'Haze ne te donne le signal.


- Hein ? Quel signal ?


Confus, le jeune brun semblait tout juste avoir rejoint la conversation et avait peur d'en avoir manqué un point important lorsque son nom fut mentionné. Le vieil homme montra alors le Pion comateux à Haze et articula quelques mots qui rendirent le jeune homme blafard.


- C'est hors de question.


Malgré ses protestations, Haze fut contraint de déshabiller le Pion et d'enfiler son uniforme. Après quelques ajustements, dus à la petite taille du jeune garçon, il fut prêt et équipé, comme un mage du Dark Chess. Voyant du coin de l'œil que Shaporo s'étouffait de rire, Haze tenta une pirouette pour éviter la tâche ingrate.


- Et s'il faut juste courir, pourquoi c'est pas Shaporo qui le fait ?


- Parce que même moi, je suis incapable de voir quand tu mens ou non.


Un sourire au coin des lèvres, Hattaya se remémora le nombre de fois où le jeune homme l'avait fait tourner en bourrique. Puis, alors que la liste s'agrandissait, le sourire laissa la place à une moue de déception et à un regard dédaigneux envers Haze qui ne comprenait pas ce changement. Il n'était pas plus enthousiaste, mais acceptait néanmoins que ce soit lui qui doivent jouer les imposteurs, il poussa donc un soupir avant d'acquiescer.


- Bon d'accord.


Shaporo se rendit donc à l'autre bout du village, faisant un large détour pour rester caché par les arbres. Pendant ce temps, Hattaya s'enfonça dans la ville, suivi par Haze qui se tenait le plus loin possible de lui pour ne pas éveiller les soupçons.


Derrière lui, Falcon entendait des ordres être criés et surtout, des pas qui se rapprochaient inexorablement de lui, car toute la troupe de Pion était en branle, et le jeune brun était donc encerclé. Peu importe où il courrait, il ne rencontrait que des uniformes blancs au détour de chaque rue, ce qui l'obligeait à changer de plan. Seul et pris de panique, le souffle et les idées de Falcon vinrent vite à manquer. Celle de créer une tornade lui vint cependant à l'esprit, un tel sort créerait certainement le chaos, ce qui permettrait au jeune garçon de s'enfuir, mais, à en croire le Pion, tous les habitants étaient chez eux. La tornade était donc exclue, sans quoi de nombreuses victimes seraient à déplorer.


Un brouhaha se fit alors entendre au loin, semant le désordre dans les rangs des Pions. Bien à l'abri, Falcon les entendait se disperser et s'éloigner de plus en plus de sa zone pour prendre la direction de Shaporo. Ce dernier avait assommé l'un des Pions, bien visiblement, de manière à ce que les autres lui donnent la chasse.


Falcon pensa en profiter pour s'échapper par la voie des airs. Il ne pourrait sans doute pas voler longtemps, mais il était certain de pouvoir couvrir suffisamment de distance pour pouvoir s'enfuir. Le cercle magique au sol s'éclaira, laissant déferler la magie qui prit la forme d'une rafale de vent, propulsant Falcon vers le ciel.


Une main lui agrippa alors la cheville et le ramena au sol violemment, suffisamment pour qu'il s'effondre sur le dos, mais avec trop de douceur pour que cela soit un acte hostile. Alors qu'il s'apprêtait à instiguer à son agresseur de le lâcher, Falcon fut réduit une silence par une main s'abattant sur sa bouche.


Le vieil homme envoyé par Evan maintenait sa prise, malgré la vaine résistance du jeune garçon. L'index devant les lèvres, le grisonnant faisait signe à Falcon de se taire et de le suivre. Libre, le jeune homme se frotta les joues quelques instants, craignant que l'étreinte de l'ancien ne laisse des hématomes.


- Vous êtes qui ?


- Je te dirais tout en temps voulu. Mais pour l'instant, met toi en tête que je ne suis pas ton ennemi.


Un sourire sur le visage, le vieil homme tentait de rassurer un Falcon réticent à l'idée de suivre l'inconnu qui s'en allait déjà. Le suivre semblait plus sûr que de s'enfuir seul, d'autant que les habits du vieillard lui faisaient penser qu'il n'avait rien à voir avec le Dark Chess ou le Conseil, accélérant la prise de décision du jeune homme.


- Attendez.


Dans un mélange de cri et de chuchotement douloureux pour la gorge, Falcon accéléra le pas afin de rattraper le Maître. Ce dernier se tenait à un coin de maison et agita le bras dans la rue. Sans que Falcon le sache, Haze se faufila, jusqu'à trouver Shaporo, toujours en train de courir. Du coin de l'œil, le blond vit son compagnon lui faire de grands signes de mains, lui indiquant qu'il était temps de se cacher et de laisser Haze jouer son rôle. Ce qu'il fit promptement dès lors qu'il fut hors de vue des Pions.


Le groupe de mage poursuivant Shaporo se retrouva alors confus, incapable de trouver sa cible. Ils durent attendre un allié providentiel qui, depuis les toits, avait de nouveau repéré le fuyard. Ils suivirent donc, sans douter, la direction indiquée par le Pion sur les toits, cette dernière les éloignant autant de Shaporo que de Hattaya et Falcon. Menant un temps la charge, Haze ralentit peu à peu, de manière à laisser les autres mages passer devant lui. Il descendit ensuite des toits et alla chercher Shaporo. Cherchant à l'endroit où il l'avait perdu de vue, il l'appela doucement après s'être assuré d'être loin de tout mages du Dark Chess. Le blond se traîna alors hors d'un trou s'étant formé sous une maison, sa bandoulière blanche s'étant tâchée de terre.


- La prochaine fois je te laisserai ma place, ça sent le rat mort là dessous.


- Ça devait te rappeler ta chambre alors.


Avant que Shaporo n'ai pu l'étrangler, Haze s'était déjà précipité vers la forêt, espérant atteindre Hattaya et éviter les représailles du blond.


Toujours habillé en Pion, Haze fut vite aperçut par le Maître et Falcon. Ce dernier qui, en voyant l'imposteur ralentir, pensait qu'il allait faire demi-tour pour alerter ses collègues. Il se jeta donc également vers lui, le poing en arrière. Un cercle magique apparut soudain, entourant le bras de Falcon d'une tornade noire. Instinctivement, Haze fit un pas en arrière, ce qui lui laissa le temps d'essayer de se défendre. Il frappa ainsi l'intérieur du coude de l'assaillant et, de la main opposée, tenta de rabattre le poing de son adversaire pour le déséquilibrer. Cependant, la magie entourant le bras de Falcon empêcha Haze d'arriver à ses fins, aussi ses coups eurent moins d'impact que prévu et il ne put empêcher Falcon de l'atteindre.


Bien que la puissance du coup ait été réduite, elle n'en resta pas moins suffisante pour propulser Haze en arrière en le décollant du sol. Ce n'est que grâce à Shaporo qu'Haze ne s'écrasa pas au sol. Le jeune homme blond ayant vu son camarade s'envoler, il put le rattraper au vol, de manière à le porter comme une mariée.


- Alors toi, je te jure que je vais te tuer.


Écrasant Falcon de son regard, Haze se frottait la joue et se débattait pour que Shaporo ne le lâche. Le mage des tempêtes ne savait plus comment agir, Hattaya l'avait rattrapé et le tenait maintenant à l'épaule. Il pensa un instant avoir été dupé et piégé par le Dark Chess en voyant qu'il était le seul à paniquer alors qu'ils étaient en présence d'un Pion.


- Tu peux te changer Haze. Nous partirons ensuite avant qu'ils ne s'aperçoivent de la supercherie.


Pendant que Falcon se demandait toujours ce qu'il se passait, Hattaya passa devant lui afin de lui parler.


- Tu n'as pas à t'inquiéter, nous ne te voulons aucun mal, et ce jeune homme n'est pas plus du Dark Chess que toi.


Rassuré de ne pas être dans des mains ennemies, le brun ne savait cependant toujours pas à qui il s'adressait, si ce n'est à des sauveurs. Une fois Haze prêt, le groupe se remit en route vers la base où était restée Evan. En chemin, Falcon se décida à comprendre les motivations qui animaient le groupe de trois.


- Pourquoi m'avoir aidé ?


- Faut-il vraiment une raison pour aider quelqu'un à échapper au Dark Chess ?


- Vous vous êtes mis en danger pour moi, et je ne vous connais pas.


- Oh si. Je crois bien que tu as fait la rencontre d'Evan, une des nôtres.


Bien que le nom d'Evan n'éveille aucun souvenir chez le jeune garçon, l'image de la jeune femme ayant fait irruption dans sa cachette lui vint quand même à l'esprit.


- Il semble que tu ne lui as pas vraiment fait bonne impression.


Pendant que Falcon accusait un air coupable, ne prenant même pas la peine de se défendre, Haze lui passa le bras autour du cou, l'étreinte trop serrée pour être confortable.


- Alors c'est toi le "pauvre type" qui a prit la tête d'Evan ? Bah félicitations, sur trois personnes qui t'ont parlé, t'en as deux qui t'aiment pas.


Repoussant Haze des deux mains, Falcon claqua sa langue pour montrer son mécontentement.


- Mais je m'en fous, je sais même pas qui vous êtes.


Écartant Haze afin de faire retomber la tension, Hattaya se plaça de nouveau à côté de Falcon, le regard grave et autoritaire.


- Ta colère déplacée pourrait être un problème plus tard.


- Peut-être, mais ça ne vous regarde pas ce que je ferai plus tard.


Falcon pensait que, si être sauvé par ces mages signifiaient subir autant de reproche, il aurait sans doute mieux fait de s'en sortir seul. Dans un silence gênant, Falcon continuait la route aux côtés de Hattaya, pendant que Haze et Shaporo discutaient de frivolités à l'arrière, ayant visiblement déjà oublié leur escapade.


- Depuis combien de temps sais-tu que tu es mage ?


- Environ cinq ans, depuis que je vis seul.


- Hum, et as tu été formé par un autre mage durant ces cinq années ?


Ne comprenant pas le but de ces questions, Falcon acceptait pour le moment d'y répondre, mais sa mauvaise humeur persistante avait déjà réduit sa patience à peau de chagrin.


- Vous êtes les premiers mages que je croise qui ne sont pas du Dark Chess, donc non.


- Ce que tu es capable de faire est assez exceptionnel dans ce cas.


Par inadvertance, le vieil homme venait de réaliser l'une des seules actions permettant de s'attirer les bonnes grâces de Falcon : flatter son ego. Le jeune homme fut ensuite bien plus enclin à la discussion, sentant en Hattaya quelqu'un enfin capable de reconnaître ses qualités indiscutables. Ne cessant de poser des questions, Hattaya savait bientôt tout ce qui l'intéressait de Falcon, en particulier ses connaissances déficientes en magie, rendant d'autant plus impressionnantes ses facultés.


Le réservoir de sujet s'épuisa cependant rapidement, aussi Falcon recommença à s'ennuyer lorsque Hattaya cessa de lui poser des questions.


- Vous m'amener chez vous là ?


- En effet, mais auparavant, je vais devoir m'assurer d'une chose.


Le visage dénué d'expression de Hattaya alimentait l'anxiété en Falcon, née du fait de n'être entouré que d'inconnus et de ne pas réellement connaître leurs intentions.


- Et qu'est ce que c'est ?


- Tu verras bien.


Une grimace dubitative déforma alors la bouche et les yeux de Falcon, le jeune homme se demandant bien ce qui pouvait l'attendre au bout du chemin.

Chapitre 4 : Nouveaux camarades

Au centre d'une clairière dans la forêt, Hattaya s'était assis en tailleur face à Falcon, aucun des deux ne parlait, seul le bruissement de l'herbe et des feuilles agitées par le vent se faisait entendre. Les troubles du village étaient déjà loin, même si Shaporo s'occupait de surveiller les alentours pour s'en assurer. Concernant Haze, ce dernier tenait le poignet de Falcon dans sa main, deux doigts sur l'intérieur du bras, comme pour prendre son pouls. Le vieil homme avait les bras croisés pendant que Falcon balançait son regard entre Haze, qui demeurait impassible, et le vieil homme qui le fixait droit dans les yeux.


- Bien, nous allons pouvoir commencer. Haze, tu es prêt ?


D'un hochement de tête, le jeune brun lui fait comprendre que oui, pendant que Falcon hésitait de plus en plus entre demander à Haze de le lâcher pour s'enfuir et rester, attendre de voir ce qu'il allait se passer.


Décroisant les bras pour les poser sur ses genoux, Hattaya gonfla ses poumons, se redressant et le faisant paraître d'autant plus grand. La légère brise, jusque là rafraîchissante, fit alors courir un frisson dans le dos du mage des tempêtes. Ce dernier se préparait à tout ce que son imagination pouvait inventer, du rituel de magie noir à la chanson paillarde en passant par la séance de spiritisme. Il ne savait donc pas s'il devait s'inquiéter ou juste se préparer à passer un moment gênant.


- Tu t'appelles bien Falcon, c'est cela ?


Surpris d'une telle question, Falcon hésita quelques instants avant de répondre, pour s'assurer de l'avoir bien comprise et ne pas répondre à côté.


- Euh… oui.


- Tu as découvert que tu étais mage lorsque tu avais seize ans ?


- Mais oui, je vous l'ai dit y'a dix minutes.


Alors qu'il s'interrogeait à la fois sur la santé mentale du vieille homme et au but des questions apparemment anodine, Falcon sentit l'atmosphère changer lorsqu'Haze hocha la tête en direction d'Hattaya. Ce dernier prit alors une expression grave, contrastant avec le faciès neutre qui ornait son visage jusqu'alors.


- Que sais-tu de la prise de pouvoir de l'Empereur ?


- Rien, juste que c'est arrivé avant ma naissance. En neuf-cent… cinquante ? Qu'il démantelé l'Inquisition et assassiné les mages du Conseil pour y mettre les siens.


Hattaya acquiesça alors d'un léger mouvement de tête.


- C'est depuis cette époque que le Conseil et le Dark Chess chassent les mages en faisant croire qu'ils sont simplement arrêtés.


Le silence s'installant alors entre les deux hommes fit bien comprendre à Falcon le poids des mots du vieil homme, ainsi que le destin desdits mages arrêtés.


- Lorsque tu as rencontré Evan, tu lui as dit vouloir travailler pour le Dark Chess. Si c'est le cas, nos routes se sépareront ici.


La tête lourde de culpabilité, Falcon comprenait enfin à quel point les propos qu'il a tenu ont pu blesser la jeune femme. Il nia de la tête en levant les yeux vers Hattaya.


- J'ai dit ça parce que c'était la seule solution que j'avais jusqu'à maintenant.


- Un choix ne doit jamais se faire par défaut mon garçon.


Sentant qu'il avait vexé le vieil homme, Falcon se mit sur la défensive.


- Non, je sais bien. Si j'ai la possibilité d'éviter le Dark Chess, je le ferai.


D'un rapide regard, Hattaya interrogea Haze sur son ressenti. Le jeune brun lâcha le poignet de Falcon avant de se relever.


- C'est tout bon pour moi.


De nouveau un sourire sur le visage, Hattaya se redressa également et tendait maintenant la main vers le jeune garçon. Visiblement, son questionnaire était terminé et, s'aidant du vieil homme, Falcon se mit sur ses deux pieds. Dès lors que ce fut fait, il sentit le poids des mains d'Hattaya et de son regard.


- Je te propose de venir vivre avec nous. Qu'est-ce que tu en dis ?


Reculant d'un pas, Falcon laissa tomber les mains du vieil homme et baissa les yeux vers le sol.


- J'ai vécu seul longtemps, je n'ai pas besoin de vous. Merci pour votre aide.


Après un rapide mouvement de tête pour montrer sa reconnaissance, Falcon tourna les talons.


- Toi qui étais si sûr que les guildes de mages n'existaient plus, qui les a même cherchés, tu ne montres pas beaucoup d'intérêt lorsqu'une se présente à ta porte.


Arrêté net par les mots du vieil homme, Falcon regarda vers le ciel, sans se retourner vers son interlocuteur. Il claqua sa langue et se retenait de jurer, harassé d'avoir à s'expliquer de nouveau.


- Je l'ai déjà dit à Evan. J'ai cherché trop longtemps, j'ai espéré trop longtemps. Même si vous vous prenez être une guilde, vous êtes aussi seuls que moi.


- Tu nous crois seul. Nous ne le sommes pas et ne l'avons jamais été. Tu penses être comme nous, mais un groupe vaudra toujours plus qu'un individu seul.


Tournant les talons, Falcon s'avança vers Hattaya. Arrivé à sa hauteur et bien que dominé de plusieurs centimètres, il le regardait de haut, sûr de lui.


- Et vous êtes qui ? C'est quoi le nom de votre guilde ?


Les épaules basses, Hattaya cessa de soutenir le regard du jeune garçon. Il commença alors un demi-tour, de manière à ce que son épaule droite se trouve face à Falcon. Il laissa ensuite tomber ce qui lui servait de manteau et lui recouvrait les bras. Décontenancé, Falcon ne trouvait quoi répondre lorsqu'il vit le tatouage sur l'épaule d'Hattaya.


- Nous sommes Fairy Tail.


Des histoires qu'il avait entendu il y a des années, celle qui lui restait le plus en tête narrait les aventures de mages délurés, n'obéissant qu'à leurs propres règles. Résonnant comme un idéal dans l'esprit du jeune homme, la vie des mages de cette guilde lui faisait maudire d'être né à cette période obscure. Cependant, l'histoire racontée par Livitha n'avait pas de fin heureuse. Fairy Tail, comme les autres guildes de mage, était interdite. Comment pouvait alors se tenir devant Falcon un mage appartenant à cette guilde ?


- C'est impossible, ca fait des années que personne n'entend plus parler de vous.


- C'est ce qui arrive quand nous sommes traqués de toutes parts. Nous nous cachons, en attendant des temps plus propices.


Quelques années auparavant, il est certains que Falcon aurait eu la larme à l'œil en rencontrant des mages de Fairy Tail. Il n'en était pas moins heureux, le signifiant par un large sourire.


- J'ai cru que vous aviez disparus.


- Nous devions disparaître, pour un temps. Fairy Tail reste le seul nom capable de fédérer contre l'Empereur et le Conseil.


- Mais si personne ne sait que vous existez, à quoi bon ?


Un léger sourire s'afficha alors sur le visage d'Hattaya, comme celui d'un homme voyant ses plans se dérouler sans accrocs.


- Cela rendra notre retour d'autant plus retentissant. Ce sera une lueur d'espoir pour tous ceux qui se sentent seul, et autant d'épines dans le pied de l'Empereur. Nous devons cependant également être une force, capable de porter de puissants coups aux hommes de l'Empereur. Si nous ne sommes qu'un nom, la répression sera rapide et sanglante, comme ce fut le cas autrefois.


Hattaya fit alors un pas vers Falcon, lui offrant une main tendue ne demandant qu'à être serrée.


- C'est pour cela que nous avons besoin d'alliés. Qu'en dis-tu ?


La réflexion était inutile au jeune homme, qui accepta l'offre du Maître de Fairy Tail en lui serrant frénétiquement la main. Oubliant la totalité de ce qu'il s'était passé auparavant, il n'était maintenant qu'un enfant rencontrant les héros de ces histoires.


- Bien, si tu veux rejoindre Fairy Tail, suis-nous.


Mené par Hattaya, Haze et Shaporo, Falcon fermait la marche, seul. Hattaya n'avait plus de question à lui poser et donc plus de raison de lui parler avant l'arrivée à la guilde. Après ce qui semblait de longues minutes à Falcon, il fut rejoint par Haze et Shaporo, les deux voulant briser la solitude de leur nouveau compagnon. Le jeune homme aux cheveux blonds fut le premier à s'adresser à Falcon.


- Dit, excuse Haze pour tout à l'heure, il est juste un peu énervé le matin quand il a pas assez de sucre dans le sang.


S'interposant entre les deux Haze fit taire Shaporo d'une main devant la bouche et attira l'attention de Falcon d'une main sur son épaule.


- Il voulait dire, "bienvenue parmi nous, je m'appelle Shaporo et lui c'est Haze". Et il est très content qu'il y ait un nouveau, parce que ça veut dire que les tâches seront réparties et que nous, on en aura moins à faire.


- C'est tout ce qui vous intéresse ? Vous la couler douce ?


Les yeux grands ouverts, Haze fixa Falcon quelques instants dans le plus grand silence.


- Bah oui. On n'a pas grand chose à faire de plus.


Après un discours aussi grave que celui du Maître, Falcon était désorienté d'entendre à quel point les deux autres mages semblait inconscient de leur situation. Peut-être était-ce simplement leur moyen de se détendre, car Evan semblait, comme le vieil homme, prendre sérieusement la menace de l'Empire.


Evan lui étant revenue à l'esprit, Falcon appréhendait déjà de la revoir et, en prévision, tentait de mettre au point des excuses ou au moins une réplique qui lui permettrai de ne pas s'attirer les foudres de la jeune femme à son arrivée. Il ignorait qu'Hattaya était venu à la suite de la demande d'Evan, et pensait ainsi qu'elle n'accepterait pas son inclusion dans la guilde.


Interrompu dans sa réflexion par Shaporo, Falcon n'avait pas remarqué la distance qu'ils avaient déjà parcourue.


- On est bientôt arrivés, mais le Maître veut qu'on vérifie qu'on n'a pas été suivi, alors il va falloir que tu passes par le col là-bas. Tu trouveras des escaliers, et au bout, la guilde. Evan est à l'intérieur


Le jeune brun n'avait maintenant plus rien pour le protéger de la jeune femme. Il allait se retrouver seul avec elle pendant quelques instants sans le Maître où les deux camarades d'Evan pour faire tampon ou éviter certains sujet de conversation.


Comme dernier obstacle, Falcon se heurta à la porte de bois de la guilde. Il allait l'ouvrir doucement. Balayer l'intérieur d'un regard, afin de s'assurer qu'Evan ne l'ait pas entendu arriver. Puis s'installer et attendre patiemment le retour d'Hattaya et des autres, sans se confronter à Evan. Cependant, la porte résistait à Falcon et le força bien vite à abandonner toute idée d'une entrée discrète. Raclant sur le sol comme des ongles sur un tableau, la porte céda soudainement et laissa Falcon se faire emporter par son élan, le forçant, pour ne pas s'étaler sur le sol, à une pirouette peu gracieuse.


Comble de l'échec, c'est Evan elle même qui l'avait aidé à ouvrir la porte et le regardait se rattraper comme il pouvait. Réprimant un rire avec difficulté, la brune salua le nouvel arrivant d'un geste de la main.


- Rebonjour.


Désarçonné par le sourire de la jeune femme, Falcon se redressa et chercha les mots qu'il avait si soigneusement préparés sur la route, en vain. Le brun ne parvenait qu'à articuler quelques syllabes ne faisant aucun sens dans les oreilles de la mage de Fairy Tail.


- Calme-toi, je ne comprends rien à ce que tu dis.


Les poings serrés, le mage ferma les yeux avant de prendre une profonde inspiration.


- Je te demande pardon pour ce que je t'ai dit tout à l'heure.


Un sourire gêné sur le visage, Evan hocha la tête de droite à gauche avant de s'en aller vers les tables au centre de la pièce.


- C'est pas grave. Si tu es là, c'est que le Maître veut bien de toi, tant que tu ne poses pas de problèmes, tout ira bien.


Sentant qu'il était en sursis pour le moment, Falcon resta silencieux et alla s'asseoir en face de la jeune femme. Mis à part quelques regards rapides, les deux jeunes mages n'échangèrent pas, l'un par manque de courage, l'autre par manque d'envie.


Ainsi, c'est le retour des autres membres de Fairy Tail qui fit disparaître l'étrange silence régnant en ces lieux. Haze et Shaporo firent leur entrée tandis qu'Hattaya fermait la marche et la porte. Après s'être posé quelques instants et repris des forces autour d'un verre, le vieil homme se leva et s'adressa à Falcon.


- Je vais aller chercher Ryuu, j'aimerai que tout le monde soit là avant de t'intégrer à Fairy Tail.


Sans un mot de plus, le Maître quitta les lieux après avoir préparé un paquetage léger. Il laissa ainsi seules les quatre jeunes personnes.


- C'est qui Ryuu ?


Mis à l'aise par le fait de ne plus être en face à face avec Evan, Falcon avait retrouvé de la voix. Shaporo étant en train de manger une glace et Haze semblant somnoler, c'est malgré tout Evan qui lui donna la réponse.


- C'est une mage aussi. Elle s'entraîne avec un vieil ami du Maître depuis quelques mois et elle revient de temps en temps.


Regardant intensément sa main, Falcon bougea successivement les doigts avant de lever les yeux vers Evan.


- Donc en tout, on est que six ?


- Tu t'attendais à une armée ?


Réveillé par la discussion, Haze s'immisça dans la conversation.


- Parce que ça doit être un des effets secondaires de la chasse à l'homme qu'il n'y ait pas beaucoup de monde comme nous.


- Vous voulez dire que vous ne connaissez pas de mages en dehors de Fairy Tail ?


Evan reprit alors la parole.


- Il y a des gens qui sont capables de magie, et qui n'acceptent pas l'Empereur. Simplement, ils sont isolés à travers le pays, comme tu l'étais. Et à chaque fois que le Dark Chess ou le Conseil découvre une guilde, ça paraît toujours dans les journaux, pour dissuader les autres de se rassembler.


Les yeux baissés, Evan jouait avec son verre, regardant le vide avec une mine triste.


- Et pourquoi vous n'allez pas les chercher, comme moi ?


- Sauf qu'on t'a pas cherché, on est tombé sur toi. On n'a aucun moyen de trouver les autres mages. Et ceux sur le marché noir sont la plupart du temps des mercenaires qui ne défendent que leur cause.


Ponctué par un soupir de fin de repas de Shaporo, le sujet s'était épuisé. Ce dernier quitta alors sa chaise et fit signe à Falcon de le suivre.


- Viens, je vais te montrer ta chambre.


Dans les pas de Shaporo, le brun découvrit le couloir froid et les portes le parsemant. Il lui indiqua l'une d'entre elle avant de l'ouvrir de révéler la chambre qui s'y trouvait. Peu meublé, on pouvait y voir plusieurs matelas empilés dans un coin ainsi qu'une armoire et des sommiers adossés contre un mur. Dans une stagnante odeur d'humidité, Shaporo entra dans la pièce suivi de son futur occupant.


- Voilà, y'a un peu de rangement à faire et c'est pas grand chose, mais c'est ta chambre.


Débarrassé des quelques affaires qu'il avait, Falcon parcourait du regard la petite pièce. Elle n'était pas bien grande, mais largement suffisante pour un homme qui vivait la plupart du temps en plein air ou dans des bâtiments abandonnés.


- Les bains sont au fond du couloir si tu veux. Met toi à l'aise, le Maître ne reviendra pas avant demain matin.


Après l'avoir aidé à mettre un peu d'ordre dans sa nouvelle chambre et aidé à faire son lit, Shaporo partit rejoindre les autres. Il prit cependant le temps d'emporter avec lui une petite boîte en bois, cabossée et usée aux coins, elle était recouverte de poussière, à tel point que l'on pouvait à peine distinguer le symbole de Fairy Tail sur le couvercle.


Revenant d'une douche salutaire, Falcon s'allongea quelques instants dans son lit. La journée s'écoulant à nouveau dans sa tête, il ne put s'empêcher de sourire. Il allait faire partie de la guilde de mage la plus célèbre ayant jamais existé, ou du moins ce qu'il en restait. Alors qu'il pensait aux histoires qu'on écrirait plus tard sur le grand Falcon de Fairy Tail, il fut interrompu par Evan qui venait le chercher pour dîner.


Frugal s'il en est, le repas n'en restait pas moins l'un des plus agréables de ces derniers mois pour Falcon, car enfin, il ne mangeait pas seul. Il en vint finalement à engager la conversation avec les autres personnes autour de la table.


- Comment vous êtes arrivés à Fairy Tail ?


Se regardant l'un l'autre, les trois membres de Fairy Tail se laissait la politesse de commencer, c'est ainsi Shaporo qui se lança.


- Quand j'étais petit je vivais avec ma mère, c'était une fermière du coup je l'aidais à travailler. C'est là qu'on a croisé le Maître, il a travaillé avec nous quelques temps pour gagner à manger, c'est à ce moment là que le Maître à vu que j'avais un don pour la magie. Puis un jour, ma mère est tombée gravement malade, et le Maître est resté avec nous pour nous aider. Quand elle est partie, je n'avais plus rien qui me retenait alors j'ai décidé de rejoindre la Guilde.


- Et ton père ? Il lui est arrivé quoi ?


Haussant les épaules, Shaporo niait de la tête en haussant un coin de lèvre.


- Sûrement mort. La ville où habitaient mes parents quand ma mère était enceinte a été attaqué par des bandits, on a réussi à s'enfuir mais mes parents ont été séparés. Et on n'a jamais revu mon père.


Bien qu'ayant entendu cette histoire auparavant, Evan ne put retenir un sourire compatissant en direction de Shaporo. Ce dernier avait déjà fait le deuil depuis bien longtemps, aussi sa tristesse ne se ressentait que par le ton monotone de sa voix.


Pendant que tous peinaient à supporter l'atmosphère alourdie par l'histoire de Shaporo, Haze tapotait des doigts sur la table puis la main d'Evan.


- A ton tour.


Après avoir cherché ses mots quelques instants, Evan se tourna vers Falcon.


-Moi mes parents ont découvert que j'étais mage quand j'ai eu seize ans. Pour ne pas qu'ils aient de problèmes, j'ai fugué.


Les yeux exorbités, après un mouvement de recul, Falcon ne s'attendait pas à une telle réponse de la part de la jeune femme. Il savait qu'elle prenait très au sérieux la menace du Dark Chess et qu'elle craignait sans doute que ses parents ne soient mis en danger.


- Tu ne leur a rien dit ?


- Je leur envoie des lettres de temps en temps pour qu'ils aient des nouvelles. Mais moi je n'en reçois pas.


Rapprochant les bras de son torse, Evan cessa de parler et regardait maintenant vers. Seul Haze ne fit pas de même. Son regard passait successivement sur les trois personnes autour de lui et ses soupirs étaient audibles de tous, bien que ignorés.


- Et moi si ça t'intéresse, j'ai fait croire à des membres du Dark Chess qu'Evan était ma sœur pour ne pas qu'elle se fasse interroger.


Les yeux de la jeune femme se posèrent alors sur Haze, comme si elle attendait la suite. Cette dernière ne venant pas, Evan continua le récit.


- Oui, enfin il leur a surtout fait croire que j'étais sa sœur attardée et que je savais pas ce que je faisais.


Haze feignait l'indifférence en haussant les épaules avec les yeux clos.


- J'ai fait ce que j'ai pu, et au moins, ils m'ont cru. Du coup le Maître m'a recruté parce que "cela serait utile d'avoir quelqu'un avec tes capacités parmi nous".


- Un menteur ?


Haze plaça la main sur son cœur et entrouvrit la bouche, prenant un air faussement outré face à la remarque de Falcon.


- Je t'en prie, tu me vexes là. Je sais faire autre chose aussi, même si ça se voit pas.


Alors qu'il voulait simplement en apprendre plus sur ses camarades et discuter en mangeant, Falcon regrettait de l'avoir fait, car l'ambiance s'était considérablement détériorée et il n'y était pas étranger. Il se décida donc à rester silencieux, de peur de déprimer l'assemblée davantage.


Après une nuit enfin confortable, Falcon découvrit dans la grande salle qu'Hattaya et la dénommée Ryuu étaient déjà arrivés. Une belle jeune femme aux longs cheveux roses se tenait maintenant devant Falcon et lui offrit de lui serrer la main en guise de bonjour. Face au visage strict de Ryuu, Falcon n'avait d'autre choix que d'accepter en fixant les yeux d'un bleu profond de la jeune femme.


Rassemblés autour du petit-déjeuner, chacun des mages demeurait silencieux, attendant qu'Hattaya ne s'exprime.


- Falcon, es-tu toujours certain de vouloir rejoindre Fairy Tail ?


- Oui.


Hochant frénétiquement la tête, Falcon ne voulait pas laisser croire qu'il pouvait hésiter. Suite à sa réponse, Hattaya chercha dans le regard des autres un quelconque signe de désapprobation. Même chez Haze, on ne trouvait rien pour s'opposer à l'arrivée de Falcon.


- Dans ce cas, si personne n'a rien à dire.


Le vieil homme plaça alors la boîte de bois sur la table et l'ouvrit avec délicatesse. Il en sortit un tampon portant le symbole de Fairy Tail.


- Dis-moi juste la couleur et l'endroit.


D'une simple pression, Falcon put admirer le symbole noir de sa nouvelle guilde orner fièrement son cœur.


Pendant qu'il recevait les félicitations de Shaporo, Evan et Haze, Falcon regardait Ryuu et le Maître rester à l'écart après avoir terminé de manger.


- Maître, pourquoi m'avoir fait venir simplement pour un nouveau venu ? Vous auriez très bien pu venir me le dire plus tard, pourquoi avoir risqué de contrarier Bajadra ?


Un court rire grave s'échappa de la bouche d'Hattaya, laissant Ryuu dubitative.


- Il est bien trop vieux, il ne se vexera pas pour si peu. Ensuite, je veux que tu saches tout ce qui se passe à la guilde, même lorsque tu t'entraînes. Je commence également à faire mon âge, et avant que tu ne prennes la relève, je ne voudrai pas que tu t'éloignes des membres de ta guilde.


Les yeux plissés, Ryuu passa son regard sur chaque personne présente dans la salle.


- Mais pourquoi moi ?


- Haze et Shaporo auront bien plus de chance de t'écouter qu'Evan, ils te respectent, et peut être même qu'ils ont peur de toi. Personne ne remettra ton autorité en question, tu l'as dans le sang.


La tête et les épaules basses, Ryuu soupira inconsciemment, ce qui n'avait pas échappé à Hattaya.


- Quelque chose ne va pas ?


Derrière un sourire factice, Ryuu espérait éviter davantage de question.


- Non, tout va bien Maître.


Conscient du mensonge, le vieil homme se mura dans un silence complaisant. De nombreuses fois déjà, il avait rappelé à Ryuu le devoir qu'était celui de ses parents et qui serait bientôt le sien. Comme s'il était possible que la jeune femme l'oublie.


- J'ai tout arrangé avec Bajadra, tu vas rester ici quelques jours, et ensuite je te ramènerai là-bas.


- C'est d'accord. D'un hochement de tête, Ryuu acquiesça. Elle prit ensuite congé du vieil homme et s'en alla rejoindre son nouveau camarade, puisque visiblement, c'était pour apprendre à le connaître qu'elle était là.

Chapitre 5 : Un Invité

En pénétrant ce bâtiment, l’odeur de bois nous attaque les narines, l’intérieur étant assez bien entretenu si l’on le compare avec la façade et les murs externes. Dans la salle se trouvaient quelques tables, entourées de tabourets et de chaises avec au fond le bar, à moitié rempli d’alcool et de boissons en tout genre. Les seuls âmes présentes dans la guilde étaient 3 jeunes personnes. La première, une jeune femme d’à peine 20 ans. Aux longs cheveux noirs et aux yeux marron, elle portait un pantalon en jean et un haut blanc à manches longues, se tenait derrière le bar et jouait avec des bouteilles en les faisant tourner sur ses doigts. Les deux autres étaient des jeunes garçons.


L’un arborait des cheveux blonds et une peau mate, portant un pantalon noir, sa veste noire également était bordée de lisérés rouge, et il portait au-dessus une large bande de tissu blanc qui lui servait de sac à dos, partant de son épaule gauche et faisant le tour sous son bras droit. Écoutant de la musique à travers son casque rouge, il se balançait d’avant en arrière sur sa chaise, visiblement ennuyé et dans l’expectation. Il fut interrompu dans sa « méditation » par un autre jeune garçon, sans doute plus vieux d’à peine deux ou trois ans. Les cheveux complètement ébouriffés qu’il possédait étaient noir. Côté vêtement, il portait un simple maillot blanc surmonté d’une veste en cuir noir, de la même couleur que son pantalon. Sur sa joue, on pouvait remarquer une cicatrice encore fraîche, comme une brûlure. Déposant une glace devant le premier garçon, il s’assit à ses côtés. Se remettant sur les quatre pieds de sa chaise, le jeune garçon blond regarda la glace quelques secondes avant de se tourner vers le jeune garçon à la veste en cuir.


- T’abuses Falcon, je t’avais demandé un parfait ! Pas un vieux sorbet !


Plaçant ses pieds sur la table devant lui en laissant son sac de course par terre près de lui. Le dénommé Falcon mit ses bras derrière la tête et bascula sur les pieds arrières de la chaise.


- T’as une idée du prix que ça coûte cette connerie ? J’avais plus rien pour t’acheter ta glace, j’allais pas prendre sur ma part.


- Mais ça a le goût de flotte… de flotte à la framboise…


- Allez résiste Shaporo, la semaine prochaine c’est toi qui est de corvée.


Finissant de jouer avec sa bouteille, la jeune fille la reposa à sa place sur le bar et, soufflant dedans, elle l’envoya à grande vitesse sur les pieds de la chaise de Falcon qui se retrouva bien vite à terre.


- J’espère que t’as une bonne raison Evan


- Une chaise, ça a quatre pieds, si tu la casses, on devra en refaire une…


Se mordant la lèvre, Falcon ramassa sa chaise et reprit sa position assise. La jeune fille quant à elle, sourit et interpella Shaporo qui attaquait finalement sa glace.


- Haze est à la porte, tu peux ouvrir s’il te plaît ?


Entre deux cuillères de glace, le jeune homme aux cheveux blond regarda la jeune femme.


- Il est pas manchot, il peut l’ouvrir tout seul.


- Il est chargé de courses lui aussi. Et il pleut.


- Mais pourquoi il est pas mouillé Falcon alors ?


Les réponses des deux jeunes gens furent synchrones, arborant des visages montrant bien que la question était idiote.


- A ton avis ?


Se levant de sa chaise en grommelant, Shaporo traîna des pieds jusqu’à la porte en bois de la guilde. L’ouvrant, il révéla une silhouette sombre encapuchonnée avec un sac de la taille d’un réfrigérateur.


Entrant dans la guilde, il traîna sans difficultés le grand sac derrière lui sans regarder Shaporo qui avait levé la main pour saluer le nouveau venu. Retirant violemment sa capuche, le jeune homme dévoila son visage et se cheveux noirs tirés vers l’arrière .


- Alors là Falcon, je te retiens, t’es vraiment un enfoiré hein, j’étais 5 mètres derrière, t’aurais pu attendre avant de refaire pleuvoir.


- Fallait courir…


Le sourire narquois du jeune homme au blouson de cuir eu raison de la patience éphémère du garçon à capuche. Lâchant son sac, il empoigna Falcon par le col, ce dernier lui retira la main de sa veste sans faire bouger son sourire méprisant. Ravalant sa colère, le nouvel arrivant fixa le garçon en face de lui, ce dernier demeurant impassible.


- Un jour je te jure que tu vas pas y échapper, si c’était pas pour le Maître, y’a longtemps que…


- Il y’a longtemps que quoi ? Haze ?


Par la porte toujours entrouverte était arrivé un homme d’un certain âge, sans doute une soixantaine d’année, peut-être plus. Ses cheveux gris s’étendaient jusqu’à ses épaules, et il avait sur le dos un vieux pardessus marron usagé, son pantalon en toile et sa veste se trouvaient dans le même état.

- Vous ne pouvez pas grandir un peu ? Ça m’éviterait bien des soucis… Evan, tu peux me servir un thé s’il te plaît ?


- Bien sûr !


Le vieil homme s’appelait Khela, de bonne taille et de corpulence moyenne, il s’avança vers une des chaises de bois afin de s’y asseoir. Les deux jeunes hommes qui allaient en venir aux poings le rejoignirent rapidement, suivis de Shaporo. Ce dernier prit la parole en s’adressant au vieux Maître.


- Ryuu est toujours pas là ?


- Elle s’entraîne… avec un vieil ami.


Le jeune Falcon se tourna vers le vieil homme, qui sirotait son thé.


- Elle reviendra quand ?


- Ca dépend d’elle maintenant. Beaucoup de choses vont changer bientôt… Shaporo sembla s’agacer.


- On est que 6. On pourra faire changer quoi à 6 ? Hein ?


Le vieil homme ne prêta pas attention à la saute d’humeur du jeune blond, il se contenta de finir son thé et se tourna vers lui.


- Ne t’inquiète pas, on est déjà 6, Shaporo, et je sais que nous ne sommes plus les seuls à agir.


Falcon ne rata pas cette occasion de se moquer du blond.


- Mais oui, t’inquiète pas Shapo’, je surveillerai bien tes fesses pour que tu fasses pas de bêtises.


Avant que le susnommé n’ait pu réagir, c’est le Maître qui lui donna une réponse.


- L’orage empire Falcon, tu ferais mieux de sortir pour pratiquer un peu, c’est un ordre.


Affichant son habituel sourire, l’homme à la veste de cuir se leva et quitta la Guilde en marchant. Claquant la porte, il fit trembler toute la salle.


- Evan, tu peux aller le surveiller s’il te plaît ?


Sans un mot, la jeune fille se leva, enfila un manteau et alla ouvrir avec difficulté la lourde porte de bois afin de rejoindre dans les hauts monts le jeune garçon agacé. L’orage était en effet de plus en plus violent, et il était extrêmement difficile pour la jeune femme de grimper sous cette pluie et ce vent. Mais arrivée au sommet, elle vit Falcon, entouré d’éclairs qui tournaient autour de lui. Ces derniers se rapprochèrent et finalement fusionnèrent sur le jeune garçon avant de cesser. Levant la main vers le ciel, il fit apparaître 3 cercles magiques autour. Ces derniers s’illuminèrent subitement avant de cracher des éclairs vers les nuages noirs qui crépitèrent de plus belle, les éclairs redoublèrent d’intensité aux alentours. Faisant fusionner les cercles, il plaça sa deuxième main vers le haut et agrandi encore le cercle magique duquel jaillit une torrent de nuages entourés d’éclairs. C’est alors qu’un éclair gigantesque s’abattit sur Falcon, illuminant toute la scène comme en plein jour l’espace d’une seconde et déchirant une partie des vêtements du jeune garçon. Petit à petit, la pluie cessa et les nuages se dispersèrent.


Regardant le spectacle, la jeune fille eut tout le mal du monde à éviter de basculer par la corniche. Exténué, le jeune garçon baissa les bras et poussa un grand soupir, des éclairs se faisaient voir autour de lui.


Evan s’approcha du jeune garçon en sueur, chancelant sur ses jambes, elle accéléra le pas, de peur qu’il ne s’effondre. Elle baissa cependant la cadence en le voyant tourner la tête vers elle. Se redressant pour reprendre une posture digne, il se mit à marcher doucement vers la jeune fille.


- C’est le Maître qui t’a demandé de me surveiller ?


- Juste pour voir s’il t’arrivait rien.


- Je suis grand, je peux me débrouiller tout seul.


- Je sais… mais le Maître s’inquiète pour toi, t’es le premier qu’il a trouvé après avoir passé des années seul avec Ryuu depuis que ses parents sont mort…


- Mais pourquoi il m’en demande autant à moi ?!? Pourquoi pas à Shaporo ou toi ?


- Parce que je ne suis pas une guerrière, et Shaporo a encore trop de mal avec sa magie pour vraiment être efficace, mais toi tu as un talent et c’est pour ça qu’il t’attend au tournant… Poussant un long soupir, le garçon baissa les yeux.


- Je suis mort, je rentre.


D’un bond, il quitta les lieux, vite rejoint par Evan. De retour à la guilde, ils trouvèrent Haze en train de jouer aux fléchettes, le vieux maître en train de boire son thé et le jeune Shaporo écoutant toujours sa musique en regardant Haze effectuer ses lancers d’un côté à l’autre de la salle.


Quelques instants plus tard, quelqu’un toqua fortement à la porte de la Guilde, tous furent surpris car personne à part les mages ici présent n’était censé connaître l’emplacement de Fairy Tail.

Chapitre 6 : Proposition

- Tu ne l’as pas senti arriver Evan ? demanda le vieux maître.


- Non, pas du tout


- Ca veut dire quoi ? s’inquiéta le jeune Haze


Ce fut la jeune femme brune qui répondit.


- Que c’est un mage qui sait se faire discret, et pas un nul.


Un second bruit à la porte indiquait l’insistance du nouveau visiteur, tous se turent avant que le Maître ne reprenne la parole.


- Ne le laissons pas dehors, Shaporo, Haze, allez ouvrir s’il vous plaît.


S’exécutant, les deux jeunes garçons dévoilèrent un homme assez grand et fin, aux cheveux bruns et aux yeux rouges sang. Rentrant doucement dans la guilde, suivi des deux membres de Fairy Tail, le nouvel arrivant retira son pardessus et le plaça sur une chaise proche de lui.


Le Maître se leva et entrepris de questionner l’étranger sur ses motivations.


- Bonjour mon garçon, je pense que tu comprends que nous soyons un peu intrigués par ta présence ici. Qu’est ce qui peut bien t’amener ici ?


- Mes excuses Maître.


S’asseyant face à lui, il laissa ses mains en évidence sur la table. D’un geste de tête, le vieux Maître appela Haze afin qu’il s’assied à côté de lui, face au visiteur.


- Je me nomme Eleyon Fukitsu, je suis le second en charge de Tempesta, mon Maître m’a envoyé vous chercher afin de vous inviter dans nos bâtiments pour une rencontre.


- Quelle est la guilde dont tu te réclame ?


- C’est plus une école qu’une guilde, Tempesta est une très ancienne école militaire en apparence. Mais officieusement, nous formons aussi des mages à l’abri de tout regard indiscret. Nous vous avons découvert il y a quelques jours, ce n'est donc qu'une question de temps avant que le Dark Chess n’en fasse de même et ne débarque ici. C’est pourquoi nous voudrions que vous nous rejoigniez afin de nous prêter main forte contre cette Guilde Noire et l’Empereur.


- Vous êtes sûr que l’Empereur ne se doute de rien ?


- La zone de l’école des mages n’est accessible que par un ensemble de souterrain à partir d’une salle secrète dans l’école militaire, avec le maître, nous ne sommes que 3 à savoir comment se rendre là-bas, le labyrinthe des souterrains est en perpétuelle évolution et il est rempli de runes en tout genre. Sans l’un de nous trois, aucune entrée et aucune sortie n’est permise. Aucun risque donc d’être découvert.


- Et pourquoi devrions-nous vous faire confiance ?


- Je sais bien que vous ne nous connaissez pas, mais je vous prie de croire à nos bons sentiments, si nos intentions vous étaient hostiles, nous n’aurions pas pris la peine de prendre contact avec vous. Vous êtes la dernière véritable guilde de mage, vous nous seriez extrêmement précieux, et de même, je pense que vous gagneriez à vous associer avec nous.


Entendant cette dernière phrase, Falcon se leva d’un bond de sa chaise, frappant la table des deux mains.


- Tu nous prends pour qui toi ? On a pas besoin d’aide !


- Assied-toi Falcon - Répondit calmement le vieil homme- Je pense cependant en effet que de l’aide nous serait bénéfique à tout deux. Cependant comprenez qu’il m’est difficile de vous faire confiance.


- Vous n’avez pas à vous décider tout de suite. A la fin de la semaine, une jeune femme et un homme arriveront et repartiront d’ici avec ou sans vous suivant votre réponse. Maître, messieurs, madame.


Se levant doucement, le jeune homme salua tout le monde d’un mouvement de tête et tourna les talons, disparaissant vite derrière la lourde porte de bois qu’il referma avec facilité.


- Haze ?


Sans bouger de sa chaise, le vieux maître interrogea le jeune garçon aux cheveux bruns, un de ses talents était d’être un interrogateur excellent, percevant le moindre mouvement d’œil, la moindre hausse du rythme cardiaque et donc, d’être un détecteur de mensonge ambulant.


- Rien, absolument rien, il n’a dit que la vérité…


- Bah alors c’est juste un super menteur ! On peut pas accepter ça hein ?


Se levant doucement, le Maître se tourna vers Falcon, déjà debout. Un peu plus grand que son élève, le maître était également plus trapu, contrastant réellement avec le physique longiligne du jeune homme.


- Et pourquoi ça ? Falcon ?


Le regard du vieil homme n’était ni dur, ni doux pour autant, réellement curieux de la réponse du jeune homme, le maître attendait sa réponse.


- On est assez fort pour se débrouiller seul… sans eux…


Fondant comme neige au soleil, la confiance et la hardiesse de Falcon lui firent défaut au moment de soutenir le regard de son Maître. Ce dernier posa la main sur son épaule et afficha un léger sourire.


- Tu n’as aucune idée de ce qui nous attend dehors, vous êtes tous bien trop jeune pour affronter le pouvoir en place. L’Empereur ne se montrera pas plus clément parce que vous êtes des enfants, il vous tuera, dès qu’il le pourra, je ne veux pas lui en donner l’occasion. Vous êtes les derniers mages de Fairy Tail, et en tant que tel, il vous incombe la tâche de faire briller à nouveau ce nom. Et c’est pour cela que ma tâche à moi, c’est de vous protéger pour que vous puissiez y parvenir. Comprends-tu ?


Faisant oui de la tête, le jeune garçon baissa les yeux, ravalant son orgueil et sa fierté. Se tournant vers les autres, il alla chercher son manteau en se dirigeant vers la porte de la guilde.


- Je retourne prévenir Ryuu, faites vos bagages et préparez-vous à partir.


Partant à grande vitesse, le vieux maître laissa les jeunes seuls à eux-mêmes dans le bâtiment de bois. Tous s’activèrent, à contrecœur d’abord, puis s’y mettant finalement. L’un des avantages lorsqu’on ne possède rien, c’est que les déménagements sont effectués en peu de temps. Ainsi, en quelques heures, tout fut empaqueté, et les mages prêts à partir.


Après quelques heures au pas de course, le vieil homme arriva dans un col de montagne, un chemin de terre montant vers le sommet.


Grimpant le flanc de montagne, il arriva bien vite dans une sorte de grotte aménagé, non naturelle et taillée dans la montagne, de nombreux bas-reliefs en agrémentaient l’entrée. Générant une sphère lumineuse blanche dans sa main droite, il la projeta dans la caverne afin de s’éclairer et signaler sa présence.


Se révélant à la lumière de la sphère, une jeune femme aux cheveux roses ondulés et aux yeux d’un bleu éclatant.


- Ryuu ? Où est Bajadra ?


- Il est parti, il a dit que j’avais ce qu’il fallait pour continuer, que je devrais découvrir le reste seule.


- Je lui avais demandé de t’entraîner, pas de te donner les bases !! Peu importe maintenant, fait ton paquetage, on doit partir.


- Pour aller où ? On rentre à la Guilde ?


- Pour le moment oui, on doit partir.


- Comment ça « pour le moment » ?


- Plus tard Ryuu, plus tard.


La fin de semaine arriva bien vite, et la guilde était plus vide qu’elle ne l’avait jamais été, mais tous étaient prêts et attendaient sur les chaises qui restaient. L’attente était certes longue, mais l’invité arriva assez tôt dans la matinée.

Chapitre 7 : Voilà Tempesta !

Toquant à la porte, on alla rapidement lui ouvrir, laissant la place à une toute jeune femme, d’à peine vingt ans, aux cheveux noir, elle arborait des yeux d’un vert éclatant. Entrant dans la guilde suivie d’un homme en blanc de grande taille. Se présentant timidement en tant que Nephilim Eliade, mage de Tempesta, elle demanda ensuite si les mages de Fairy Tail avaient fait leur choix. Après avoir entendu la réponse positive de ces rescapés, ils prirent la route en direction de Tempesta.


Après plusieurs heures de route, le groupe arriva au pied d’une large colline, au sommet de laquelle siégeait une grande citadelle de pierres blanche, de plusieurs dizaines de mètres de haut, elle se composait de plusieurs tours, disposées autour d’une aiguille centrale surplombant toutes les autres d’au moins dix à vingt mètres. Empruntant un large viaduc de pierre, les mages entendirent des cris rythmés ; tournant les yeux, ils virent plusieurs bataillons de soldats, faisant leurs exercices habituels. A la fin du viaduc, de grands escaliers de pierres grises menaient directement à une grande porte de bois, orné de grandes armatures de métal, dès que la jeune Nephilim fut en vue, les portes s’ouvrirent de leur propre chef, dévoilant l’intérieur du bâtiment de Tempesta. Un hall immense, rempli de grandes tables rectangle tout aussi grandes, avec entre elles, des tables rondes de taille plus modérée.


Accueillie chaleureusement, Nephilim abandonna malgré elle les invités de Fairy Tail afin d’aller saluer les jeunes élèves et soldats qui l’avait aperçu. Sentant qu’elle manquait quelque peu à son devoir, elle rejoignit, légèrement honteuse et le rouge aux joues les mages de Fairy Tail. En effet, bien qu’étant arrivé à Tempesta, les mages n’étaient pourtant pas vraiment les bienvenus ici, en tout cas pas avant d’avoir accédé aux sous-sols de la guilde, et pour ce faire, il fallait rejoindre l’un de ceux qui connaissaient le chemin. C’est donc ainsi que tous se retrouvèrent dans le bureau du directeur de l’école, qui se trouvait être également le Maître de la guilde secrète.


Toquant à la porte du bureau du Directeur, la jeune fille n’entendit qu’un faible « Entrez » provenant de l’autre côté. Poussant doucement la porte, ils arrivèrent dans une salle ovale, aux murs remplis d’étagères de bibliothèque, le bureau du Directeur se trouvait au fond de la salle et était lui-même rempli de livres en vrac. Alors qu’il était visiblement en train d’écrire, le vieil homme retira ses lunettes, puis se leva de sa chaise pour venir saluer les mages de Fairy Tail. Assez corpulent, il arborait une barbe blanche de bonne taille qui rejoignait ses moustaches sur les côtés de sa bouche, de même qu’une longue robe bleutée aux reflets argentés.


Après les présentations d’usage, le Directeur, dénommé Laudriz, conduisit tout ce monde dans la zone secrète, réservée aux mages. La Guilde souterraine s’avéra être une réplique exacte du hall de l’école au-dessus, des couloirs étaient visibles au fond du hall, et une mezzanine surplombait la grande pièce, l’éclairage de la salle étant assuré par des lacrimas lumineuse en forme de fenêtre. Tournant la tête en marchant devant le petit groupe, Laudriz s’adressa en premier lieu au maître de Fairy Tail.


- Vous serez ici comme chez vous, nous avons prévu une zone d’accueil ainsi que des bras pour la modeler à votre convenance. Nephilim ? Où sont Eleyon et Yasha ?


Se triturant les doigts pour essayer d’éviter la question, la jeune fille répondit d’une toute petite voix.


- Aucune idée…


Poussant un long soupir, le vieil homme enchaîna.


- Yasha est-il au moins ici ?


- Je crois que non


- Bien… Eleyon doit être dans le Māntrika. Allons le chercher, ensuite, nous pourrons commencer les travaux de vos locaux.


Le Māntrika était une sorte de grande arène ovale, entourée d’eau, sur l’arène se faisaient voir des ouvertures, desquelles sortaient des lacrimas rondes projetant au hasard foudre, feu ou encore glace et parfois bourrasque de vent. Le but étant d’éviter les tirs et de toucher les lacrimas avec n’importe quel sort, ces dernières ne restant en l’air que quelques instants avant de retourner dans le sol.


Au milieu de cette arène, Eleyon lançait des sphères de feu de ses mains, repoussant celles que les lacrimas lui envoyaient d'un revers de la main et évitant le reste des offensives magiques avec brio. Cependant, déconcentré par l’appel du Directeur, il fut touché par une rafale d’attaques et projeté dans le bassin entourant l’arène, mettant fin à l’entraînement.


- Vous êtes sérieux là ? Ca fait hyper mal !


- Change-toi et viens ici ! Tu as du travail.


Grommelant en s’exécutant, le jeune homme les rejoignit, et la troupe arriva bien vite dans la zone réservée à Fairy Tail. Une annexe totalement allouée à la guilde, dans une aile de Tempesta, ils avaient aménagé une grotte, avec au plafond des cristaux brillant donnant l’impression d’une pièce éclairée. Le futur bâtiment de la guilde n’était encore qu’un ramassis de bois et d’échafaudages, mais avec la main d’œuvre dont ils disposaient, les mages avancèrent vite. Ainsi, en quelques semaines, le bâtiment fût debout, ne laissant plus que des finitions.


Pendant les pauses, les mages de Fairy Tail ne restaient pas sans rien faire, Tempesta étant une école, ils trouvaient toujours moyen de parfaire leurs talents. Eleyon se proposa pour entraîner Shaporo dans le Māntrika, qui pouvait devenir une arène de jeu pour deux personnes. Le but était alors de toucher les lacrimas situées derrière l’adversaire ou de faire sortir ce dernier de l’arène. Autant dire tout de suite que les premier combat était expéditifs, et que Shaporo se retrouva bien souvent à l’eau. Mais au fil des jours, puis des semaines, le jeune garçon s’améliora de façon exponentielle, parvenant à tenir tête de plus en plus longtemps au mage de Tempesta, qui finissait toujours cependant par enlever la victoire. Evan s’entraîna avec d’autres mages de vent, dont Tsura, un jeune garçon qui montrait bien peu d’entrain à former la jeune femme et ne s’y résolut finalement que sous insistance d’Eleyon, et ordre du Directeur. Ce dernier restant souvent enfermé avec le Maître de Fairy Tail à discuter de logistique, de projets futurs, et surtout de leurs jeunes jours, partageant les souvenirs de jeunesses qui les avaient mené jusqu’ici. Enfin Haze et Falcon, ce dernier s’entraînait seul lorsque le Māntrika était libre et avait refusé toute assistance, Haze lui s’amusait aux fléchettes dans la salle commune, faisant preuve d’une force et d’une précision impressionnante, réussissant à toucher le mille de n’importe quel endroit dans la salle, ce qui avait le don d’impressionner, ou d’agacer suivant la distance les séparant de la trajectoire de la fléchette, ceux qui étaient présents. Puis enfin, la dernière planche fût posée sur la bâtiment de la guilde, la dernière couche de peinture passé, et le sigle de la guilde taillé dans le bois. Fairy Tail avait maintenant une succursale à Tempesta.


Libérés de la charge des travaux, les mages de Fairy Tail redoublèrent d’ardeur dans leur entraînement. Ils firent tous des progrès non négligeable, en particulier Shaporo, Evan étant plus encline à parler chiffon avec Nephilim que de s’entraîner, et les autres ayant refusé l’aide qu’on leur avait offerte.


Leur apparente tranquillité fut cependant mise à mal par une lettre du dénommé Yasha.

Chapitre 8 : En marche !

Nephilim ramena la lettre à toute jambe et arriva exténuée dans le bureau du Directeur. Chancelante, elle toqua à la porte et attendit la permission avant d’entrer, la tenant des deux mains, elle posa la lettre sur le bureau de Laudriz. Ce dernier continua de lire quelques instants avant de lever les yeux vers le jeune fille, puis sur la lettre qu’elle venait de poser.


- Elle vient de Yasha, je crois… je n’ai pas voulu l’ouvrir, mais j’ai pas pu résister.


- Merci Nephilim, je comprends, ça fait presque deux mois qu’on n’a pas eu de nouvelles. Tu l’as lu en entier ?


- Non, j’ai vu qu’elle était pour vous alors je l’ai rangée. Je suis désolée…


- Tu peux disposer Nephilim. Merci.


Quittant les lieux gênée, Nephilim trouva Evan derrière la porte.


- Pardon, je passais dans le couloir et je t’ai vu entrer. C’est qui ce Yasha ?


Prenant la main d’Evan, Nephilim commença à marcher en direction de la salle commune avant de lâcher son interlocutrice.


- Yasha… C’est lui qui m’a appris à me battre et la première fois que je l’ai rencontré, il m’a sauvé la vie. Il fait peut-être un peu peur au début, mais je ne connais personne de plus sûr que lui. Il parle pas beaucoup et il peut paraître froid, mais il est pas méchant.


- Et il ressemble à quoi ?


- Il est un peu plus petit qu’Eleyon, brun, les yeux verts, avec une natte qu’il attache avec une ficelle ou un élastique ou tout ce qu’il trouve. Il est plutôt costaud aussi.


- Oh, je vois… Et il utilise quoi comme magie ?


- En général, il préfère ne pas…


- Nephilim ! Va vite me chercher Eleyon !!


Interrompues par le Directeur qui venait de faire irruption dans la salle commune de la guilde, Nephilim et Evan sursautèrent en l’entendant hurler. Heureusement, Eleyon avait entendu le raffut et avait accouru.


- Eleyon, j’ai un travail pour toi. A la frontière entre Fiore et Seven, Dark Chess a fait construire une immense prison.


- Et alors ?


- Détruit-la, c’est une prison politique, elle garde les opposants en attendant leur exécution.


- J’y vais tout seul ?


- Allez-y à trois, toi, Falcon et Shaporo. J’enverrai Tsura en renfort au cas-où.


- Ca va prendre des jours d’aller là-bas…


- Prend le Griffon.


Timidement, la jeune Nephilim tenta de se faire entendre.


- Mais monsieur, Yasha ne veut pas qu’on y touche.


- Yasha n’est pas là, Eleyon, prend-le.


Récupérant au passage les deux mages de Fairy Tail, Eleyon se rendit dans le hangar. Ce qui était appelé le Griffon était en fait une grande salle en cercle, au milieu de laquelle se tenait une sorte de plaque en verre concave d’environ 1 mètre de rayon entourée de main-courantes. Au premier pas des 3 garçons dans la pièce, elle s’illumina entièrement, en particulier la plaque de verre qui projeta à quelques centimètres au-dessus du sol une grande sphère représentant Earthland.


- Bon, cette feignasse a au moins écrit les coordonnées sur sa lettre, alors… 19° 54‘ 8.2‘‘ Nord et 75° 6’ 5.0’’ Ouest


Regardant la lettre, il fit tourner la mappemonde afin de trouver l’emplacement correspondant, puis il pointa finalement longuement la zone désignée par Yasha. La mappemonde s’effaça alors, et la lumière provenant de la plaque de verre s’intensifia avant d’avaler les 3 mages, puis de s’éteindre entièrement.


A plusieurs centaines de kilomètres de là, la lumière apparut de nulle part et déposa les 3 mages avant de s’estomper de nouveau. Chancelant et titubant, Eleyon suait à grosses gouttes et tenait sa main devant sa bouche, comme écœuré, les deux autres mages quant à eux, regardaient les alentours.


Il n’était pas bien difficile de remarquer la prison, ce grand bâtiment noir qui s’étendait au pied des montagnes du nord de Fiore, les 3 mages se mirent alors en route vers la bâtisse.


- Comment vous avez trouvé cette machine ? demanda Shaporo, d’un air curieux.


- Tempesta travaillait dessus depuis bien avant ma naissance, mais on ne trouvait pas encore de moyen de régler l’endroit pour la téléportation, et la portée restait assez limitée. C’est Yasha qui a trouvé un lacrima lors d’une de ses missions, et en l’observant, on s’est rendu compte qu’on pouvait s’en servir comme moniteur, et en ajoutant sa propre magie, on est capable d’augmenter la portée d’autant.


- C’est hyper pratique !


- Y’a que Tsura, Yasha, le Directeur et moi qui pouvons-nous en servir sans risque, ce truc aspire ta magie comme pas permis…


- C’est vachement moins pratique…


- Au moins, il a pointé un coin où on peut pas être vu. On va pouvoir s’infiltrer tranquillement.


- Ça reste une infiltration, c’est pas facile. Répliqua Falcon.


- Je t’assure que c’est pas ma première sortie, le temps que je m’occupe des gardes, restez en retrait. Ensuite on se séparera à l’intérieur, le temps de libérer le plus de prisonnier, après on quittera les lieux vite-fait.


- Et pourquoi ce serait toi le chef ?


- C’est quand la dernière fois que tu as affronté un mage ?


-… Ok, fais ce que tu veux…


Le mage de Tempesta s’avança alors, slalomant entre les arbres, puis les buissons. Pendant ce temps, Shaporo l’observait de loin, rongeant son frein en attendant le signal. Falcon, quant à lui, s’était assis en tailleur et avait croisé les bras. Les yeux clos, il semblait se concentrer sur quelque chose si on en jugeait par son froncement de sourcil, Shaporo se tourna vers lui et lui toucha l’épaule, se prenant une décharge en passant.


- Fout-moi la paix 30 secondes.


- T’fais quoi ?


- Je me prépare…


En effet, au loin, des nuages menaçant se faisaient voir et arriveraient sans doute sur les lieux dans une vingtaine de minutes. Pendant ce temps, sans se faire remarquer, Eleyon passa au-dessus des gardes et les écrasait au sol dans un déluge de flammes. Les deux mages de Fairy Tail se ruèrent alors vers l’entrée, libérée de toute surveillance. Ouvrant la porte, ils rentrèrent ensemble et se séparèrent vite, leur but étant de libérer les prisonniers avant d’abattre la bâtisse.

Chapitre 9 : Le Geôlier

L’intérieur du bâtiment était ce qu’on pouvait attendre d’une prison, très sombre, froid et humide. Même dans ce bureau éclairé, on ne pouvait pas voir très loin. Un homme dans un uniforme blanc assez long, s’arrêtant en dessous du genou et bordé de noir entra dans la pièce. A son oreille, on pouvait voir une boucle en forme de pièce d’échec, un pion pour être précis. Il interpella un homme encapuchonné par une grande veste de cuir rouge, allongé dans son fauteuil les pieds sur la table.


- Lieutenant Kane, on a repéré trois intrus à la porte principale. On en fait quoi ?


- Laisse-les, je vais me bouger, ça me dérouillera.


Se levant de son siège, il avait d’accroché à sa capuche une pièce d’échec lui aussi, une tour. Sans dire un mot, il ouvrit la porte et arriva rapidement dans les couloirs de la prison.


Du côté de Shaporo, ce dernier se hâtait en cherchant les cellules, ne sachant pas encore qu’ils avaient été repérés. Il avançait donc, une sphère de feu à la main afin de s’éclairer. De temps en temps, il la lançait dans un couloir afin de voir s’il n’était pas plus judicieux de changer de direction. Commençant à avoir le souffle court et sans avoir trouvé la zone des cellules, il ralentit grandement le pas, ne faisant guère plus que de marcher vite. Après plusieurs minutes de marche, agacé, il frappa contre le mur et ferma les yeux. Du côté d’Eleyon et de Falcon, on avait plus de chance, car les deux avaient trouvé les cellules et libérés les prisonniers qu’ils escortaient maintenant vers la sortie. La plupart étaient de simples civils, ou des politiciens qui s’étaient opposés au pouvoir en place à Fiore. Certains en revanche étaient bien des mages de guildes dissoutes depuis des années à cause de Dark Chess. Tous par contre avaient accepté de suivre les mages venus les libérer, trop heureux d’avoir l’occasion de s’enfuir.


Quelques gardes avaient bien tenté de s’opposer aux deux mages, mais ils ne firent pas long feu face à leurs attaques rapides et finirent bien vite sur le sol, assommés.


Une silhouette en capuche se fit alors voir en face de Falcon, marchant doucement vers le mage et les prisonniers qu’il venait de libérer. Tous s’arrêtèrent à la vue de Kane et celui-ci s’adressa au mage de Fairy Tail.


- Je te prierai de les remettre dans les cellules où tu les as trouvés.


- Et si je refuse ?


Poussant un long soupir, l’homme en capuche posa sa main contre le mur, y faisant apparaître un cercle magique gris métallique. Des barreaux surgirent derrière Falcon, emprisonnant de nouveaux les personnes qui se trouvaient derrière lui.


- Vous êtes tous les mêmes à vouloir jouer les héros, ça en devient chiant…


Se ruant sur le mage de Fairy Tail à une vitesse folle, il fit sortir une lame de métal de son tibia. Falcon, surpris, n’eut le temps que de se baisser légèrement, ne perdant cette fois-ci que quelques cheveux. Réagissant rapidement, il leva la main vers le mage noir au-dessus de lui et le propulsa au plafond d’une rafale de vent, il se rattrapa cependant en plantant des chaines d’acier qu’il venait de créer dans le sol. S’en servant pour se propulser vers Falcon, il le frappa des deux pieds de plein fouet, ce dernier n’ayant pas encore repris son équilibre, et le projeta quelques mètres plus loin. Continuant l’assaut, Kane généra deux cercles magiques sur ses mains, qui se transformèrent immédiatement en épée, armes dont il se servit pour attaquer le mage de Fairy Tail dans une succession rapide d’attaque que le mage de Fairy Tail eut grand mal à esquiver. Il sortit ainsi de l’échange avec plusieurs coupures au niveau des bras et du torse, le Geôlier pointa alors ses deux bras tranchants qui s’élancèrent comme des flèches vers le mage aux cheveux noirs, il évita les deux assauts d’un saut périlleux vers l’avant, mais fut reçut par un poing de métal qui émit un bruit sourd en frappant le crâne du mage de Fairy Tail et le repoussa au loin.


Chutant lourdement sur le sol, Falcon mit plusieurs secondes à simplement réussir à respirer.


- Ça peut paraître sadique, mais j’adore le bruit que ça fait. On sait direct que tu as pris super cher.


Alors qu’il voyait encore des étoiles, le mage aux tempêtes tâtonnait le sol afin de se relever, le front sanglant du coup qu’il venait de se prendre. Alors que Kane avançait doucement vers l’homme à terre, il ramassa une des épées qu’il avait plantées dans le sol et la leva au-dessus de sa tête, prêt à l’abattre sur le mage blanc. Ce dernier eut cependant le temps de lever son bras en opposition et l’entoura de courant d’air extrêmement puissants en criant.


- Garde Tornade !


Ainsi, la lame fut stoppée net à quelques centimètres du bras de Falcon, devenu flou à cause de la minuscule bourrasque qui l’entourait. L’épée se mit ensuite à trembler dans les bras du mage noir, pour finalement se faire éjecter par l’armure de vent de Falcon.


Ayant cette fois pu se redresser, le mage de Fairy Tail créa un cercle magique devant lui duquel sorti une grande tornade noire horizontale, repoussant le mage noir contre les barreaux qu’il avait créé un peu plus tôt. En tombant sur le sol, il y plaça ses deux mains, un grand nombre de cercles magiques apparu alors entre les deux mages, en jaillirent des armes de toutes sortes, créant une véritable forêt de métal où était empêtré le Mage de Fairy Tail qui, bien qu’ayant esquivé le plus gros des attaques, souffrait de nombreuses coupures plus ou moins profondes. Peu après être apparu, les armes regagnèrent le sol, ne laissant comme trace de leur passage les blessures du Falcon et le sourire de Kane qui se releva doucement.


- Déjà Game Over ? C’était bien la peine que je me lève. M’enfin, il en reste deux, j’espère qu’ils sont plus doués que toi.


Voyant rouge, Falcon se redressa brusquement, provoquant une bourrasque qui fit se rabattre la capuche de Kane, ce dernier dut se protéger les yeux pour éviter de se faire aveugler par des débris, et se créer des crampons de métal pour ne pas être repoussé par ce vent violent. Lançant ses deux mains vers son adversaire, Falcon créa un cercle magique entre ses paumes.


- Éclair Sauvage !


Une myriade d’éclairs bleus surgirent alors du cercle, zébrant et slalomant dans tout le couloir, rendant une esquive tout bonnement impossible, chaque mur était complètement parcouru par les éclairs, et des arcs électriques sautaient de chaque pierre, le tout fondant à grande vitesse sur le mage noir qui n’eut le temps que d’écarter les yeux avant de se faire toucher par la masse aveuglante.


Les murs avaient été complètement détruit par l’attaque du jeune garçon, des pierres brisées jonchaient le sol, et on pouvait voir le trajet des éclairs sur les murs, le sol et le plafond, avec un cratère bien visible à l’endroit où se tenait le mage noir, maintenant étendu un peu plus loin.


Commençant à afficher un léger sourire, Falcon fut surpris par un pieu métallique qui lui transperça les avant-bras, qu’il n’avait pas encore baissé de son attaque précédente, et le cloua littéralement au mur. Hurlant de douleur, le jeune garçon chercha ensuite du regard, incrédule, le mage noir qui avait résisté à cette attaque.


Ce dernier s’avança doucement vers le mage de Fairy Tail, complètement intact, avec un grand sourire aux lèvres.


- Comment j’ai fait ?... Oh, je peux bien te le dire maintenant. Pour pas être trop chiant, je vais simplifier, j’ai juste fait une cage de métal autour de moi, du coup, ton éclair m’a littéralement contourné sans me toucher. Te blâme pas, t’as juste pas eu de chance avec moi. Avec ton vent et tes éclairs, tu peux vraiment pas faire grand-chose contre mon métal. Sur ce, adieu.


Kane fit alors sortir de son bras une épée en métal toute simple, et l’abattit sur Falcon. Il fut cependant stoppé dans son élan par un coup de genou en pleine tête qui l’envoya voler au loin. Shaporo, dans un déluge de flammes, venait de faire son entrée. Repoussant un peu plus loin le mage noir avec des attaques à distance, Shaporo enflamma ses bras et se mit en position de combat.


- Contre le métal, rien de mieux que le feu.


- Si tu en es si sûr, alors viens essayer…

Chapitre 10 : L'Épée du Dieu du Soleil

Le visage anormalement sérieux, Shaporo retira la lance du mur, libérant Falcon. Le mage noir l’attaqua alors, faisant apparaître des lames de scie circulaire entre ses doigts, il les lança en rafale vers le mage de feu. Suivant une trajectoire relativement courbe, Shaporo et Falcon eurent toutes les peines du monde à les éviter, d’autant que les bras inutilisables du brun le handicapaient fortement. Répliquant, Shaporo lança ses deux bras enflammés vers son adversaire, des multitudes de plumes de feu s’envolèrent alors des bras du jeune garçon. Elles explosèrent au contact de ce qu’elles heurtaient, fut-ce Kane où les murs meurtris de la prison, soulevant un nuage de fumée en plus de cacher la vue du mage noir et d’enflammer les murs de la prison.


- Ca devrait le tenir quelques secondes.


En profitant, Shaporo se retourna et plaça ses mains sur les avant-bras de Falcon, ses flammes changèrent alors de couleur, passant du rougeoyant au blanc à reflets bleutés. Le répit fut cependant de courte durée, Kane, ayant créé un pont de métal au-dessus des flammes, se retrouvait de nouveau en face des deux mages de Fairy Tail. Créant des chaînes du sol, il tira Shaporo vers lui, puis fit sortir un pieu du sol pointant vers le mage qui arrivait à toute vitesse. Shaporo sauta alors et posa les deux pieds légèrement au-dessus de la pointe du pieu, faisant un salto avant en s’aidant du pic métallique, il enflamma ses jambes et abattit ses talons sur le sol, générant deux langues de feu qui avancèrent vers le mage de métal et le forcèrent à reculer avant de parvenir à les éviter, laissant le temps libre à Shaporo pour se libérer des chaînes.


Revenant à la charge, Kane généra deux lances en acier dans ses mains, allongeant celle de sa main droite, il embrocha l’épaule de Shaporo, surpris par le changement de format de l’arme. Le mage noir lança alors son autre lance en pleine poitrine de Shaporo, ce dernier ne dut son salut qu’à l’intervention de Falcon, qui, venant de derrière Shaporo, repoussa la lance d’une rafale de vent de la main gauche avant d’enchaîner avec un éclair lancé de la main droite en direction du mage noir. Kane érigea cependant un mur métallique, arrêtant net la foudre de Falcon avant de s’évanouir dans le sol.


Retirant la lance de son épaule, la blessure de Shaporo s’enflamma en blanc et se referma a vue d’œil. Ecarquillant les yeux, Kane plaça ses deux mains au sol, créant un cercle magique l’englobant entièrement.


- Armes Illusoires d’Ilmarinen !


L’ensemble du couloir se mit à trembler et, comme précédemment, des armes de tous types jaillirent d’entre chaque pierres, Falcon en esquiva la plupart mais Shaporo n’eut pas autant de chance, se faisant toucher par plusieurs armes, et surtout une bâtarde qui lui transperça la cuisse et l’empêcha de bouger, le laissant à la merci d’un trident et d’un cimeterre qui lui tranchaient le dos et le bas-ventre. Littéralement maintenu en place par les armes qui lui lacéraient les chairs, Shaporo s’effondra lorsqu’elles retournèrent dans le sol.


Alors que Kane commençait déjà à savourer sa victoire, le jeune garçon s’enflamma entièrement de flammes blanches et bleues et commença à se relever avec difficultés, sous le regard incrédule du mage de métal.


Exténué, les blessures de Shaporo n’étaient déjà plus qu’un mauvais souvenir, mais il avait tout de même payé un lourd tribut, ses réserves magiques étant déjà bien entamés.


- Encore un bon vieux phénomène de foire… Je vais vite en finir sinon tu risques de devenir gênant.


Avant qu’il n’ait eu le temps de faire le moindre geste, la partie du mur entre Kane et Shaporo explosa, inondant le couloir de fumée de débris et de flammes. Une fois le nuage dispersé, la silhouette d’Eleyon se détacha du fond, encore arc-bouté d’avoir défoncé le mur. S’époussetant, il regarda longuement Kane qui se tenait sur ses gardes.


- Enfin je vous ai trouvé… Emmenez les prisonniers, je m’occupe de lui.


- Tu crois vraiment que je vais vous laisser partir ?


Eleyon leva alors la main vers Kane.


- Tu crois vraiment que ce que tu vas faire m’intéresse ?


Faisant quelques gestes de l’index et du majeur joint, il fit apparaître un cercle magique, à peu près aussi grand que lui.


- Magie Avancée…


Le cercle magique s’illumina fortement, un fort vent se faisant alors sentir autour du mage de feu, provoqué par la charge de magie qu’il mobilisait.


- L' Épée du Dieu du Soleil!!


Un déluge de flammes jaillit alors du cercle magique, prenant la forme d’une lame d’épée rougeoyante, surpris par la vitesse de l’attaque, Kane tenta d’ériger des barrières qui furent immédiatement avalée par l’attaque d’Eleyon, finalement, une grande partie du couloir fut détruite, les pierres le constituant étant fondues sur le passage du sort laissant apparaître l’extérieur. Kane était introuvable. Baissant le bras, Eleyon poussa un long soupir et se retourna vers les deux mages de Fairy Tail.


- Vous en avez trouvé des prisonniers vous ?


- Euh… O-Oui, ils sont un peu plus loin dans le couloir.


- C’aurait été intelligent de le dire avant que j’attaque. Bref. On a plus rien à faire ici.


- Et on devait pas la détruire la prison.


- Justement, c’est pour ça que je dis qu’on a plus rien à faire ici, ça va sauter.


Allant libérer les prisonniers secourus par Falcon, les trois mages purent alors quitter les lieux, sortant par le trou crée par Eleyon. Ils laissèrent donc derrière eux cet endroit malfaisant dont le destin était déjà scellé.


Sur le pic de la prison, une silhouette entièrement noire était visible, aux longs cheveux gris, elle arborait un large sourire, ses yeux étant cachés par ses cheveux.


- Très très intéressant… Je ne pensais pas qu’il restait des mages blancs de ce niveau aussi jeune. Ça m’embête quand même d’avoir perdu tous ces cobayes. Oui… ça m’embête…


Son sourire avait disparu à l’idée de toutes les expériences qu’il ne pourrait pas faire, mais revint encore plus vite lorsqu’il sentit un signe de vie dans la bâtisse.


Disparaissant dans un rond de fumée, il réapparu quelques instants plus tard légèrement à l’écart de la prison alors que cette dernière explosa de l’intérieur, s’écroulant sur elle-même lentement, ne laissant finalement que quelques murs intacts dans un tas de cailloux noirs charbon.


- Ca ne va vraiment pas faire plaisir à l’Empereur ça… Non, vraiment pas. Mais au moins j’ai pu te récupérer toi.


Sous le bras de cet homme, se trouvait Kane, une grande partie du corps brûlée, mais entier, la partie du corps qui était intacte avait été recouverte d’une large couche de métal, ce qui rendait Kane bien plus lourd que d’habitude, cela ne semblait cependant pas affecter Kurasa le moins du monde, et ce dernier disparut de nouveau dans un rond de fumée, le mage noir inconscient sous le bras.


Un filet de sueur froide coula le long du dos d’Eleyon, provoquant un frisson chez ce dernier qui se retourna rapidement, en proie à une peur panique, il ne vit cependant que les décombres fumants de la prison. Pas vraiment rassuré, il reprit à reculons, les yeux vers la prison, la route en direction du téléporteur, avec les mages de Fairy Tail et les anciens prisonniers.

Chapitre 11 : Le Conseil

Après s’être occupé des prisonniers, les trois mages étaient de retour à la guilde. Eleyon avait été convoqué sans délai pour rendre son rapport sur la mission, laissant les deux mages de Fairy Tail dans l’attente. La réunion avec Laudriz dura de longues minutes durant lesquelles Falcon fulminait alors que Shaporo se tordait en deux, mort de faim. Après qu’Eleyon en eut fini, ils se rendirent tous dans la salle commune afin d’avaler quelque chose, la nuit étant tombé peu après leur arrivée à la guilde.


Alors qu’il savourait enfin un vrai parfait, Shaporo paraissait comme un enfant, ce qui était loin d’être le cas de Falcon.


- Il était super fort ce mec, j’ai jamais réussi à le toucher…


- C’est vrai qu’il était fort… Mais je pense que dans un petit espace, t’était pas au mieux.


- Ouais, je suis même pas sûr que je l’aurais battu en extérieur, au moins, on en recroisera pas de sitôt des monstres pareil.


Eleyon, sans détourner le regard de l’assiette de viande qu’il était en train d’avaler s’immisça dans la conversation.


- En fait, c’était loin d’être un as.


La réponse des deux mages de Fairy Tail se fit en cœur.


- Comment ça ?


- Vous avez remarqué ce qu’il avait d’accroché à sa capuche ?


Falcon répondit :


- Ouais, une pièce d’échec, une tour. Et alors ?


- C’est le rang le plus bas du Dark Chess, après les Pions, on passe de Pion à Tour, puis Fou, Cavalier, et enfin, le Roi et la Reine.


- T’en sais beaucoup sur eux ?


- On a passé presque un an à les espionner avec Yasha, c’est la moindre des choses de savoir qui on affronte.


- Vas-y raconte.


La discussion qui se tenait près de lui semblait être le cadet des soucis de Shaporo, ce dernier étant bien trop intéressé par le goût de sa glace.


- On a trouvé deux Tours, Le mec que vous avez affronté s’appelle Kane, ça fait des années qu’il est dans le Dark Chess, il est peut-être proche du niveau d’un Fou, l’autre, c’est Masaaki. On en a pas trouvé d’autre. Les Fous sont à peu près aussi fort que moi, un s’appelle Sierra, et Yasha avait affronté Hakuhyô, la dernière d’entre eux.


- et ?


- Il est revenu à la guilde couvert de bandages, il a rien voulu dire de plus, je sais juste qu’il a perdu.


- Tu l’aurais battu toi ?


- Si Yasha est revenu dans cet état, je sais pas si j’aurais fait mieux que lui… et dire qu’il en reste au moins 4 qui sont plus puissants, les quatre Cavaliers, la Reine et le Roi… Je sais même pas qui est qui, je connais juste leur nom, on a Hoyaporo, Maasaki, Hakuhyô, Ilan, Sekiko et Kagami. Ils sont tous sous les ordres de L’Empereur, au même titre que le Conseil Magique, donc basiquement, ils sont tous nos adversaires pour le moment, mais si on attire l’attention du Conseil, on est mort…


- A ce point ?


- Avec Tsura et Nephilim, on a affronté Kurasa, un des Conseillers, j’ai jamais eu aussi peur de ma vie, on a tout essayé, on est arrivé à rien, Tsura et moi on a dû faire exploser le bâtiment pour réussir à s’enfuir. S’ils sont tous aussi fort que lui, je sais pas comment on va faire. Et je suis sûr qu’il était là, à la prison…


- Comment tu le sais ?


- J’en sais rien, je l’ai senti…


Ayant fini de manger, ils allèrent tous se coucher, laissant la place à une nouvelle journée.


Pendant ce temps, Kurasa était rentré à Era, qui était encore la ville abritant le Conseil, le seul changement était que le bâtiment se trouvait maintenant sur une énorme île flottante, de l’extérieur, personne ne pouvait deviner qu’il s’agissait ni plus ni moins du repaire du mal dans ce monde, là où se prennent toutes les grandes décisions, aussi atroces soient-elles.


Ayant déposé Kane au QG du Dark Chess, Kurasa avait demandé une réunion du Conseil immédiate. Peu enclin à une réunion aussi tardive, les autres Conseillers traînaient des pieds pour venir, le premier arrivé fut un grand homme blond aux yeux bleus s'appelant Alister, habillé avec élégance, s’asseyant à la place qui lui était désigné, il ne croisa pas une seule fois le regard de Kurasa. Il fut ensuite rapidement rejoint par deux personnes, une jeune femme blonde d’à peine quinze ans, habillé avec une robe près du corps, comme il est de bon goût de le faire à cette époque et coiffée de couettes, nommée Asakie. Elle était suivie d’Alexander, un grand homme aux cheveux rouges, au corps fin, mais à la musculature dessinée et habillé de manière légère et ample, le laissant bien libre de ses mouvements. Portant une énorme épée dentelée rouge, il la posa sur sa chaise, et s’assit près de la jeune fille, en face du mage blond. Deux autres conseillers arrivèrent, tous deux d’environ la trentaine, aux cheveux noir et à la barbiche du même coloris, le seul signe réellement distinctif entre les deux était leur taille ainsi que la couleur de leur peau, et la longueur de leurs cheveux. Stragger, d'une taille au dessus de la moyenne et aux cheveux mi-longs, était habillé d’un simple uniforme blanc, Ichidageki, de l’autre côté, était plus mate de peau et d'une taille légèrement plus modeste, mais culminait tout de même à un mètre quatre-vingt du sol, les cheveux bien plus long, il portait quant à lui une robe luxueuse et élaborée, parée de noir, aux coutures dorées, ses boutons étant fait de ce métal précieux.


L’avant-dernier à arriver était Jaeger, un homme de petite taille, aux cheveux lui arrivant aux genoux, portant pour l’occasion un masque en forme de renard, il en arborait toujours un, si bien que personne à part l’Empereur n’avait vu son visage depuis qu’il faisait partie du Conseil. Enfin, le Président, accusant les ravages du temps, arborait une barbe lui arrivant certainement au bassin contrairement à ses cheveux qui brillaient par leur absence. Il honora la réunion de sa présence en arrivant près de 25 minutes après le premier arrivant. Sur sa grande chaise du bout de table, il déclara la réunion ouverte. Le premier à prendre la parole fut bien évidemment le Conseiller Noir, Kurasa.


- Mes très chers collègues, J’ai le regret de vous annoncer que la nouvelle prison que le Dark Chess avait fait construire à la frontière avec Seven a été détruite aujourd’hui même par des mages inconnus. Je n’ai malheureusement pas pu les intercepter, et les trois mages se sont enfuis avec la totalité des prisonniers de la geôle.


Le vieil homme, les mains posées sur les accoudoirs de son fauteuil, interpella Kurasa.


- Conseiller Gakuryoku, si vous avez été témoins de la scène, pourquoi n’avez-vous pas tenté de stopper ces renégats dans leur action ? D’autant que l’Empereur vous a expressément demandé de surveiller tous les agissements du Dark Chess, incluant donc cette prison.


- Président, sauf votre respect, il m’est impossible de gérer seul la totalité de cette mission, d’autant que Kane Basmuth était posté en tant que Gardien de la prison et a été battu aujourd’hui, il était censé être mon relais et me transmettre ses rapports dans le courant de la semaine.


Ce fut au tour de Stragger de s’exprimer.


- Le Dark Chess ne restera pas silencieux, et nous non plus, nous devons faire de la capture de ces hommes une priorité.


Ichidageki prit la parole, les autres se sentant au mieux peu concernés, au pire, franchement ennuyés par le sujet de cette réunion.


- Le souci, c’est de pouvoir identifier ces hommes, c’est bien de savoir que quelqu’un nous en veut, mais si on ne peut ni les identifier, ni les trouver, c’est inutile. Cependant on peut penser qu’ils continueront, et qu’il faudra donc surveiller leurs faits et gestes futur.


Kurasa reprit ensuite de son ton mielleux.


- Ne vous inquiétez pas, ils ne représentent pas une réelle menace pour le moment, j’ai néanmoins prévenu le Roi du Dark Chess, et il m’a assuré toute les précautions nécessaires seront prises.


Ezequiel, le Président du Conseil interrompit le discours du mage aux yeux verts.


- C’est la seule raison pour laquelle vous nous avez fait venir à une heure si tardive ?


- Evidemment que non, je souhaite également vous informer que l’Empereur à découvert un nouveau fragment du Purgatoire, il n’en reste donc plus qu’un ou deux et il sera enfin assemblé.


Le mage blond, n’ayant pipé mot depuis son arrivée, sembla regagner toute son attention, avant de faire comme si de rien n’était, ce qui fut le cas également de la jeune femme.


- L’Enfer étant également presque assemblé, vous comprendrez bien qu’on ne peut pas se permettre d’écart maintenant, alors que nos plans sont sur le point de porter leurs fruits. Pour en finir, j’aimerai vous faire part d’attaques du Royaume de Pergrande envers Iceberg, il serait donc bon de veiller sur leurs actions futures et de songer à frapper nous aussi.


Le Président du Conseil prit alors la parole.


- Nous ne pouvons pas nous permettre d’affronter Pergrande dans l’état actuel des choses, surtout si nos forces sont divisées afin de rechercher les fragments restants. Le mieux serait de réunir une unité modeste et de frapper à des points stratégiques. Stragger !


- Oui monsieur ?


- Réunit une équipe de cinq hommes en qui tu as le plus confiance et fait en sorte qu’ils soient prêts à agir dès la fin de semaine, des informations te seront transmises via ta lacrima visuelle.


- Ce sera fait monsieur.


- Dans ce cas, si personne n’a plus rien à ajouter, je déclare la fin de cette réunion et vous souhaite à tous une bonne fin de nuit.


Tous regagnèrent leur chambre rapidement, et dans les couloirs du bâtiment, Alister croisa le Président, tous deux chuchotaient pour ne pas se faire suprendre.


- Je ne pourrai plus gagner beaucoup de temps Alister… Avez-vous trouvé le fragment restant de l’Enfer ?


- Toujours pas monsieur, je doute même qu’il soit à Fiore, mais nous devons tenter, gagner le plus de temps possible, peut-être ces mages le trouveront ils eux-mêmes.


- Nous ne devons pas non plus nous faire repérer mon garçon, nous devons suivre le flot pour le moment, et les retarder à des moments clés.


- Bien monsieur, bonne nuit.


- Bonne nuit à toi aussi, sois prudent mon garçon.

Chapitre 12 : Début de l'entraînement

Réveillé en pleine nuit par des bruits étranges, Eleyon se leva, l’air bougon à la recherche de ces sons suspect. Il en trouva bien vite la cause en arrivant dans le Māntrika et vit Falcon, se demenant dans l’arène au plus haut niveau de difficulté, recevant au centuple le moindre coup qu’il infligeait aux lacrimas. Eleyon resta ainsi plusieurs minutes à regarder le jeune homme se faire malmener dans toute l’arène, ne réussissant à toucher que rarement les lacrimas tant les coups qu’il recevait étaient puissants et nombreux. Se faisant finalement éjecter de l’arène, Falcon tenta d’y grimper de nouveau, mais chuta dans l’eau, exténué.


Sautant dans l’arène, Eleyon tira Falcon hors de l’eau et attendit près de lui le temps qu’il reprenne son souffle.


- T’as vu l’heure sérieux ? Tu veux réveiller tout le monde ? Je te préviens que Nephilim au réveil, en plus d’être mal coiffée, elle est très méchante.


- Il faut… que… je m’entraine…


- Ouais, bah pas à cette heure-ci putain.


- Shaporo est devenu plus fort que moi… En un mois à peine, il m’a dépassé…


- Il était plus fort que toi en arrivant ici…


- C’est impossible, j’ai toujours…

- Si tu veux encore te permettre de prendre les gens de haut, je pense que tu devrais au moins être plus fort que tes compagnons de guilde, et ce n’est pas le cas. Alors soit tu retournes te coucher et tu t’entraînes sérieusement à partir de demain soit je te jure que le retard que tu as, je te le montrerai moi-même.


- Oui… Je vais aller me coucher, désolé…


- Je demanderais à Tsura de s’entraîner avec toi, Evan s’entraînera avec Nephilim, quand elles parleront pas chiffons.


Après que Falcon reprit le chemin de sa chambre, Eleyon en fit de même mais tomba sur Nephilim qui s’était cachée de Falcon en se plaçant dans un couloir annexe, caché par l’angle du mur, et attendait le retour d’Eleyon. Avant qu’il n’arrive à son niveau, il s’assit contre un mur et soupira longuement.


- Je t’emmerde…


- Ça fait longtemps que tu es là Nephilim ?


- Assez pour te dire que ça te ressemble pas de l’aider… D’habitude, tu l’aurais laissé se débrouiller, surtout à cette heure-ci, et assez pour te dire que je t’emmerde !


- Je préfère qu’il se remette en question maintenant plutôt que quand il perdra l’un de ses amis, parce qu’il sera trop tard à ce moment-là…


Le rejoignant, Nephilim s’assit près de lui, prenant ses genoux entre ses bras, regardant droit devant elle.


- Elle te manque ?


Eleyon se leva alors et partit en direction de sa chambre les mains dans les poches et la tête basse.


- Tous les jours…


Restant seule quelques instants, Nephilim regarda l’arène, encore faiblement éclairée par des veilleuses pour finalement rejoindre sa chambre.


Le lendemain, tous se retrouvèrent dans la salle commune des mages pour le petit déjeuner, Falcon et Shaporo prirent une glace, comme à leur habitude, Evan et Ryuu buvaient un thé alors que Nephilim dévorait des fruits, accompagnée cette fois d’une étrange créature violet foncé, à forme presque humaine, à la tête disproportionnée et aux yeux formés de grands joyaux bleutés. C’est après que tous ou presque eurent fini que Tsura arriva dans la salle, se mettant bien en face de Falcon, il posa une main sur la table et interpella le jeune garçon.


- Eleyon m’a demandé de t’entraîner, mais avant, je préférerais voir ce que tu vaux. Prépare-toi et ramène-toi dans le Māntrika.


- Mais j’y ai jamais joué…


- J’ai jamais dit qu’on allait faire une partie… T’as cinq minutes.


Tous se donnèrent alors rendez-vous aux alentours de l’arène afin de voir ce que préparais Tsura et ce qu’il réservait à Falcon. La petite créature noire échappa à la vigilance de Nephilim et grimpa au plafond, pensant avoir une meilleure vue de là-haut.


- Améthy ! Descend !


Evan s’approcha alors de la jeune fille qui tentait désespérément de faire descendre la petite créature.


- Je te l’ai jamais demandé, mais c’est quoi ça ?


- C’est Yasha qui l’avait créé pour qu’on puisse se retrouver au cours d’une mission, mais il m’a échappé, il a avalé tout cru une lacrima, et impossible pour Yasha de la rappeler depuis. Du coup je l’ai gardé, et vu que Yasha peut voir à travers, c’est comme s’il était tout le temps là en fait.


- Il arrive à la contrôler depuis là où il est ?


- Je sais pas où il est, mais oui, il arrive toujours à avoir des nouvelles de la guilde.


- Tu sais où il est en ce moment ?


- Il m’a dit qu’il était parti récupérer quelque chose, mais il ne m’as pas dit quoi… Oh chut, ça va commencer !!


Assis dans l’arène les bras croisés, Tsura attendait Falcon qui fit enfin son entrée et se plaça face à lui. Se mettant en position, Tsura toisa Falcon du regard.


- Attaque !


- Hein ?


- Attaque, et je te conseillerai d’y aller à fond.


- O.K, tu vas pas être déçu !


- Ca j’en doute fort…


Se propulsant sur le mage aux cheveux blanc à l’aide de rafales de vent qu’il généra au creux de ses mains, Falcon se retrouva vite devant Tsura et tenta de le frapper au visage d’un coup de pied circulaire, Tsura l’évita en pliant simplement les genoux et se penchant en arrière, le dos parallèle au sol, s’empêchant de tomber grâce à une minuscule tornade, ce en gardant les mains dans les poches de son manteau. Se redressant, le mage aux cheveux blancs évita le second coup de pied de Falcon, maintenant derrière lui en sautant simplement au-dessus tout en se retournant. Falcon fit alors un bond et lança son poing vers le visage du mage de Tempesta qui l’esquiva d’un pas de côté, laissant Falcon passer derrière lui, ce dernier déclencha alors une tornade noire qui força le mage blanc qui était en train de se retourner à plusieurs saltos arrière pour se prémunir de l’attaque. Une fois stable, Tsura vit que l’air autour de lui commença à devenir flou, l’ensemble de l’arène se couvrant d’une brume causée par l’homme aux cheveux noirs, coupant l’arène du reste visuellement. Chargeant un éclair entre ses mains, Falcon le lança vers son adversaire, sa foudre se divisant en une multitude de branches qui avancèrent toutes vers Tsura, lui empêchant toute esquive par les côtés. Frappant durement le sol du pied, Tsura généra une rafale de vent qui repoussa la brume, l’éclair et même Falcon qui fit un pas en arrière pour se stabiliser. Tsura lui, avait toujours les mains dans les poches et regardait Falcon d’un air ennuyé, ce dernier fit alors un énorme saut, le corps complètement recouvert d’éclair. Alors qu’il amorça sa chute, il se transforma subitement en éclair bleu et zébra en direction de Tsura, il glissa alors sur le sol comme monté sur des patins afin de se mettre hors de danger, cependant, Falcon prit un virage en angle droit avant de s’écraser au sol, poursuivant Tsura où il allait. Alors que Tsura tenta de passer au-dessus, l’éclair se désagrégea et Falcon en sortit, frappant violemment Tsura du pied, l’envoyant à l’autre bout de l’arène, où il se rattrapa d’une rafale de vent, l’empêchant de tomber dans l’eau.


- Alors ? Tu m’attaques pas ?


- Te monte pas trop la tête… Si tu veux vraiment que j’attaque, je vais le faire…

Chapitre 13 : Le Hurlement de l'Entraîneur

Les deux mages continuaient d’échanger des coups dans l’arène, Tsura ayant finalement décidé de retirer les mains de ses poches et de se battre à peu près sérieusement. Bien qu’ayant toujours l’avantage net, plusieurs des coups de Falcon parvenaient à toucher Tsura qui, n’étant plus totalement sur la défensive, laissait quelques ouvertures au mage de Fairy Tail. Pendant ce temps, dans les gradins, les discussions allaient bon train.


- Chuis chûr que Falcon va che faire défoncher…


- Shaporo, t’est encore en train de manger une glace ??


- Vous êtes partis comme des furies j’ai pas eu le temps de la finir…


Soupirant longuement, Evan se retourna vers l’arène où, en effet, Falcon semblait en grande difficulté, une grande partie de ses attaques ne touchait plus sa cible alors que du côté de Tsura il n’y avait nulle trace de fatigue, mais un léger scintillement se voyait sur le visage du mage de Tempesta.


- Mais c’est vrai qu’il est fort Tsura, ça fait 10 minutes qu’ils se battent et il bat même pas un sourcil.


- Moi je dirais que Falcon se débrouille plutôt bien en fait.


- Ah ouais ?


- Bah il a obligé Tsura à se régénérer, c’est sûr que Tsura est plus fort, mais Falcon l’a surpris.


- Comment ça « se régénérer » ?


- Bah quand Tsura brille comme là, ça veut dire qu’il utilise sa magie pour supprimer de la fatigue.


- Et il utilise quoi comme magie ?


- Tsura ? Bah c’est …


Dans l’arène, Falcon avait réussi à mettre Tsura au sol et s’était envolé pour l’attaquer de là-haut, générant des nuages noirs autour de lui, il les envoya sur Tsura au sol. Ce dernier commença à se relever, gardant sa main gauche au sol, sa main droite lui servant de balancier pour ne pas tomber. Faisant face à l’attaque de Falcon, Tsura ouvrant grand la bouche, faisait apparaître un cercle magique devant sa gueule ouverte.


- Hurlement…


- Le Chasseur de Dragon Céleste.


- Du Dragon Céleste !!


Un immense tornade jaillit alors du cercle magique, emportant tout sur son passage, y compris Falcon et son attaque. La petite créature violette s’échappa aussi vite qu’elle pouvait, Falcon étant projeté vers elle à grande vitesse en tournoyant à cause du souffle, il s’écrasa finalement sur le plafond, faisant chuter Améthy qui fut rattrapé par Nephilim en plein vol. S’écrasant au plafond, Falcon y laissa l’empreinte de sa silhouette avant de finalement chuter vers le sol. Avant de s’écraser, Tsura limita grandement sa chute et Falcon se posa sur le sol comme une feuille qui tombe. S’approchant doucement du jeune garçon, Tsura s’accroupit près de lui et posa ses mains sur son torse.


- Restoration…


Les mains et la zone du torse de Falcon que touchait Tsura s’illumina alors doucement et, après quelques secondes, il fut de nouveau sur pied. Dès qu’il fut debout, Falcon empoigna Tsura par le col et le tira vers lui.


- C’est quoi ton problème ? C’était un entraînement !!


Frappant le sol du pied, Tsura repoussa Falcon d’une rafale sur le mur d’enceinte de l’arène et le fit chuter dans l’eau.

- Si tu comptes y aller doucement pendant ton entraînement, c’est pas mon cas, et c’est pas comme ça que tu feras des progrès.


L’ensemble du bassin entourant l’arène sembla alors exploser et se vider complètement, camouflant la vue de tous et toutes, y compris Tsura qui ne vit alors pas Falcon revenir sur l’arène et se charger d’éclairs bleus.


- Charge Orageuse !


Se propulsant à l’aide de ses rafales, Falcon, recouvert entièrement de larges éclairs, chargea le Chasseur de Dragon et le frappa au ventre, le projetant au loin et l’électrocutant. Une fois Tsura sorti de la douve qui accueillait l’eau, la pluie provoquée par Falcon commençant de nouveau à remplir l’arène, détrempant Tsura, Falcon s’en préservant par sa magie. Le mage de Tempesta fixa Falcon du regard.


- Ok, je vois que t’as compris, je te retrouve demain pour commencer, tu m’attendras dans la salle commune, on sera à l’étroit toi et moi ici.


Falcon ne prêtait cependant aucune attention à ce que disait Tsura, le corps encore parcouru d’éclairs, une tornade pleine d'éclairs se forma alors petit à petit autour de sa main droite, une fois cette dernière formée, il s’élança dans les airs et écrasa son poing sur le sol.


- Onde de la Tempête !!


Une grande onde de choc de vent et de foudre s’étendit alors depuis le point d’impact, obligeant les spectateurs à se cacher la vue pour se protéger de la poussière. Tsura lui se contenta de frapper violemment le sol du pied.


- Piétinement du Dragon Céleste.


L’onde de Falcon fut alors interrompue par celle de Tsura, déroutant les éclairs qui en faisaient partie.


- Alors toi, t’es mort.


Le dragon du ciel s’accroupit alors, sa jambe gauche derrière lui, il chargea le mage de Fairy Tail à grande vitesse, cependant, la totalité de l’arène les séparant donna le temps à Falcon de se préparer à le recevoir.


- Course du Dragon Céleste.


Tsura se retrouva alors juste devant Falcon qui, surprit par cette accélération soudaine, ne put rien faire pour parer et fut frappé en plein visage, la violence de l’impact fit basculer Falcon qui se retrouva la tête en bas et les jambes en l’air, tournoyant sur lui-même, Tsura lui frappa le dos d’un coup de pied circulaire, renvoyant Falcon dans les douves se remplissant peu à peu, si bien qu’il n’avait de l’eau que jusqu’aux genoux.


- Si tu veux pas que je m’énerve, je te conseille d’en rester là…


Dans les gradins, Nephilim fit un rond entre son index et son pouce sur les deux mains et les superposa en visant successivement les deux garçons, sur chacun d’eux, elle écarta petit à petit les cercles de ses mains, tout en les gardant alignés sur les jeunes garçons, puis serra les doigts, rétrécissant puis fermant le cercle, deux bulles rouge sang se formèrent alors devant la jeune fille, une pour chacun des garçon. Les regardant flotter quelques instants, elle les fit finalement éclater en souriant.


- Il était déjà énervé.


- Tu m’as parlé Nephi ?


- Non rien, laisse.


Libérés maintenant de toute colère, Falcon remonta sur l’arène et quitta les lieux, suivi de près par Tsura. Nephilim demanda à Evan de l’attendre un peu plus loin afin de se retrouver seule avec Tsura. Quelques instants plus tard, le Chasseur de Dragon aborda la jeune femme.


- C’est toi qui a fait ça ?


- Pourquoi tu poses la question, tu le sais très bien…


- T’aurais dû me laisser faire…


- Pour que tu te blesses encore ? Non merci.


- Je peux me soigner tout seul moi au moins…


- Connard !


- Attend non, c’est pas ce que je voulais dire…


Tapant dans ses mains, Nephilim forma une énorme bulle en les écartant et l’envoya vers Tsura qui fut englobé dans la sphère. Elle s’approcha avec un grand sourire de la sphère et posa sa main dessus.


- Je t'ai eu.


Nephilim donna une pichenette sur la bulle qui partit alors en arrière comme un ballon de baudruche avant que Tsura ne la fasse éclater, cherchant à rattraper Nephilim, il n’y parvint cependant pas, cette dernière étant partie avec Evan.

Chapitre 14 : Autre type d'adversaire

Plusieurs semaines plus tard, Tempesta et les mages de Fairy Tail eurent vent de la formation de guildes de mages clandestine suite à l’évasion de masse du au mages de Tempesta et de Fairy Tail. Au cours de ces semaines, chacun continua de s’entraîner avec son professeur particulier, Haze continuant de jouer aux fléchettes et de réaliser des exercices classiques, Ryuu quant à elle s’entraînait seule, dans le plus grand secret dans une salle réservée à elle seule par le Maître de Tempesta.


Dans le bureau de Laudriz, Khela fit irruption pour une réunion à deux sur la marche à suivre pour les deux guildes. Le Maître de Fairy Tail fut le premier à prendre la parole autour d’un grand verre de vin.


- Et maintenant ? Que faisons-nous ?


- Cela fait des années que l’Empereur est à la recherche de morceaux de lacrima, mon prédécesseur à la tête de cette guilde, Akuryu, a pensé qu’il serait préférable de la détruire et ainsi empêcher l’Empereur de l’utiliser plutôt que de tente d’utiliser le pouvoir de la lacrima contre lui. Ce que nous ne savions pas, c’est qu’en réunissant l’ensemble des parties de cette lacrima et en appliquant une énorme pression magique, nous pouvons la reformer.


- Donc, Akuryu nous a au mieux fait gagner du temps ?


- Il ignorait le processus de réparation de lacrima, il pensait éliminer la menace qu’elle représentait. Mais maintenant, elle est de nouveau dans la nature, et l’Empereur en a certainement trouvé plusieurs morceaux, peut-être même en a-t-il la moitié, on doit se préparer au pire.


-Vous avez des pistes pour retrouver ces morceaux ?


- Pas réellement… C’est pour cela que nous allons devoir nous exposer pour les rechercher.


- Qu’avez-vous en tête ?


- Ces morceaux de lacrima émettent une signature magique très particulière, ces dernières années nous avons mis au point une machine portable capable de tracer cette marque énergétique, L’Empereur peut compter sur le nombre de ses minions, mais nous serons plus efficaces. J’ai déjà envoyés quelques mages dignes de confiance aux quatres coins de Fiore, mais aucun signe de ces fragments. J’aimerai donc beaucoup que vous et moi coopérions afin de mener des recherches plus effectives, sachant que Yasha en a déjà un sur lui et, où qu’il soit, mène des recherches et nous fera signe si le besoin s’en fait sentir.


- Bien.


- On ne peut cependant pas se lancer tête baissée comme des chercheurs de champignons, ils nous faudra continuer nos activités habituelles et glaner çà et là des informations sur le possible emplacement de ces fragments.


- Et comment des gens pourraient savoir où se trouve ce que nous cherchons ?


- La proximité de ces fragments a certains effets, en particuliers sur tout ce qui utilise la magie, fut-ce mage ou lacrima, en sachant ce qu’on cherche, on trouvera forcément des informations valables. A partir de maintenant, nous allons agir comme une guilde classique et accepter des requêtes du marché noir.


- Vous n’avez pas peur que cela nous fasse repérer ?


- C’est un risque à prendre, mais il y a aussi des chances qu’une mission nous mène directement à ce que nous cherchons. Et on ne peut se permettre de perdre davantage de temps. Notre relais pour les missions est en ville sous le couvert du nom de Fairy Tail, étant donné que personne ne soupçonne notre association, cela nous permettra de faire savoir que les choses sont en mouvement et nous mettra vous et nous à l’abri sous le nom et le couvert de Tempesta. Tout cela si vous êtes d’accord bien entendu ?


- J’ai promis que je vous aiderai, et je le ferai.


- Alors soit, à partir de maintenant, nous agirons comme une guilde classiques et rempliront des quêtes en

tout genre.


Levant leur verre à ce nouveau départ, les deux vieux Maîtres trinquèrent et continuèrent à discuter de sujets bien plus légers.


Du côté des jeunes mages, tous s’étaient retrouvés autour de l’arène pour discuter autour de plusieurs bouteilles.


- Et là, Shaporo s’est levé pour ouvrir la porte mais y’a eu un coup de vent, et comme il s’était penché, sa tête est passé à travers, sauf qu’il est resté coincé dedans et on a dû venir le décoincer.


Tous étaient hilares des mésaventures du jeune garçon, sauf Eleyon qui n’affichait qu’un léger sourire


- T’es vraiment un menteur, je me suis décoincé tout seul…


- Non, non, non, c’est Haze qui est venu te sortir la tête de la porte.


- Enfoiré…


S’essuyant les larmes des yeux, Nephilim s’adressa alors à Haze, qui commençait à être ronchon.


- Au fait, je me demandais, tu peux utiliser quelle magie toi Haze ? Un long silence de gêne s’installa alors dans les rangs des mages de Fairy Tail, tandis que ceux de Tempesta se regardaient, comme s’ils cherchaient des réponses dans les yeux de leurs collègues.


- Excusez-moi si j’ai dit quelque chose de mal…


C’est finalement Haze lui-même qui répondit.


- Non, t’inquiète pas, c’est pas toi Nephilim, c’est juste que… J’ai pas ce qu’il faut pour être comme vous.


- Comment ça ?


- je ne peux pas me servir de la magie. Les mages de Tempesta en restèrent bouche-bée, non pas que c’était peu courant, mais qu’un membre d’une guilde de mage n’en soit pas un l’était déjà beaucoup moins.


- Mais comment ça ? T’as essayé vraiment ? Comment ça se fait ? Tsura posa sa main sur l’épaule de la jeune femme.


- Nephilim, s’ils te disent qu’il ne peut pas, c’est qu’il peut pas.


- Je sais bien, mais pourquoi ?


Haze répondit à son tour.


- C’est comme ça, je ne peux pas. Pourtant c’est pas faute d’avoir essayé, mais j’y arrive pas, c’est tout.


- Désolée…


- Bah t’excuse pas, c’est pas grave !


- Mais du coup comment tu fais pour te battre ?


- Ah bah si tu veux, je peux te montrer ça.


Tsura se leva alors, fit tourner son bras en tenant son épaule et s’adressa à Haze.


- Bonne idée tiens, ça nous fera de l’exercice pour aujourd’hui.


Se jetant tous deux dans l’arène, le combat commença rapidement, le Chasseur de Dragon s’étant élancé sur le garçon aux cheveux noirs, lançant son poing droit vers lui. Haze se jeta sur Tsura, enserrant son bras avec le siens comme un serpent, de son autre main, il tenta de frapper Tsura du bout des doigts, attrapant son poing au vol, Tsura se dégagea de l’emprise du jeune homme et le fit passer au-dessus de lui pour l’envoyer au loin. Roulant sur le sol à l’atterrissage, Haze retourna rapidement à l’assaut.


- Piétinement du Dragon Céleste.


Haze fut repoussé de quelques mètres et se rattrapa d’un salto avant de retourner attaquer le Chasseur de Dragon, Tsura sauta en avant, son pied droit derrière lui et , pivotant sur lui-même, frappa Haze d’un coup de pied. Glissant sur ses genoux les bras en l’air, Haze attrapa la jambe de Tsura et s’en servit comme pivot pour se relever et se retrouva en l’air derrière le mage de Tempesta qu’il frappa d’un léger coup de pied suffisant pour le déstabiliser. Avant de s’écraser face contre terre, Tsura roula en avant et se retourna rapidement vers Haze, encore en l’air.


- Hurlement du Dragon Céleste !


Haze se fit alors emporté par une grande tornade, se servant de cette poussée, il tourna sur lui-même à grande vitesse, parallèle au sol. Tsura fit alors, par réflexe, un pas de côté afin d’éviter une forme rouge très floue qui avait foncé directement sur sa joue, il entendit ensuite un léger bruit de quelque chose qui se plante dans de la pierre, en se retournant, il vit une fléchette en métal, décorée de sigles rouges. Armant son poing, il le lança vers Haze, qui venait de toucher terre.


- Poing Perceur du Dragon Céleste.


Cependant, rien ne se passa, Tsura regarda sa main, légèrement effrayé mais n’y vit rien d’inhabituelle, regardant Haze, ce dernier arborant un léger sourire, il s’essuya le front avant de hausser les épaules.


- On se bat avec ce qu’on a hein ?


- Des points de pression ?


- Précisément.


- C’est pas commun ça tiens… Souriant, les deux retournèrent auprès du groupe de jeunes et continuèrent

leurs discussions.


- J’ai appris ça quand j’étais tout petit dans un temple, normalement c’était censé servir pour l’acuponcture pour aider à la méditation, mais avec un peu d’entraînement, ça se révèle drôlement pratique.


- Bah ouais, j’ai vu ça ouais, mais tu peux faire autre chose avec ça ?


- bah je peux m’en servir pour te détendre, je peux te paralyser aussi, t’empêcher de ressentir la douleur, et d’autres trucs si je m’applique.


- Ouais, c’est cool comme truc !


Ils poursuivirent tous ainsi pendant plusieurs heures, parlant de tout et de rien, complètement inconscient des complots qui se tramaient déjà contre eux.

Chapitre 15 : Départ en mission

Seul dans son bureau, Laudriz n’avait exceptionnellement rien à faire et se reposait sur son siège, sa barbe se levant doucement au rythme de ses respirations. Retirant ses lunettes, il les posa sur son bureau et se frotta les yeux qui lui faisait mal tant il était fatigué. Quittant sa chaise, il se déplaça vers une bibliothèque et écarta les livres un à un, comme s’il cherchait quelque-chose. Retirant finalement un ouvrage entièrement noir de l’étagère, il retourna s’assoir à son bureau et feuilleta le livre qui se révéla être un album de photographies. Les premières pages représentaient Laudriz dans son jeune âge, alors qu’il n’était visiblement pas devant le bâtiment actuel de Tempesta, mais dans une simple caserne de grande taille. Habillé en soldat, tout en armure, Laudriz avait alors les cheveux très court, discipline militaire oblige, et légèrement roux, presque blond, il posait avec ses camarades de promotion, tous portaient leur grande lance et arborait sur leur poitrail l’insigne qu’il venait de remporter, celui de Soldat de Seconde Classe, un simple chevron couleur bronze avec des lisérés noirs. Les autres photographies représentaient les baraquements, les dortoirs, la cantine et le déballage des paquetages dans le dortoir. Au bas de la page était collé un morceau de papier noté « X939 : Caserne de la 501ème Armée Royale : Les "Cœurs de Feu" ».


Tournant quelques pages, il fit un bond de plusieurs années en avant, et arriva au moment de sa promotion et de celle de ses cinq amis, dont deux femmes et un homme de grande taille, dans un style bien plus décontracté et en uniforme, pas en armure, le style capillaire était lui aussi beaucoup plus libre, Laudriz s’était laissé légèrement pousser les cheveux et les avait tiré en arrière. La plupart ayant d’accroché le rang de Sergent Première Classe, qui prenait la forme d’une étoile stylisée, Laudriz avait le grade de Capitaine Première Classe, l’insigne ressemblant à un oiseau stylisé, un chevron dessous pour signaler la Première Classe. Le plus grand, au centre de la photo, était le plus haut gradé avec un rang de Major Première Classe, prenant la forme d’une flèche vers le bas, un joyau ovale faisant la jonction entre le corps et la pointe et de ce joyaux partaient deux ailettes. Tous souriaient allégrement et étaient bras-dessus bras-dessous. Laudriz ayant son supérieur sous le bras droit et une femme blonde aux yeux verts sous le bras gauche. Cette dernière se retrouva sur de nombreuses photos de la page, toujours très proche de Laudriz pendant que tous célébraient la promotion. En bas de page, on trouvait l’indication « X945 : Montée en grade des "Cœurs de Feu" ».


Tournant encore quelques pages, il arriva sur une page ou on voyait toutes les personnes vues précédemment s’atteler à la construction d’une maison, sauf le plus jeune de la bande, qui avait visiblement un bras dans le plâtre, mais qui tentait tout de même de rattraper une truelle que Laudriz venait de faire tomber alors qu’il était en haut de l’échafaudage, sous le rire du supérieur qui continuait à poser des planches comme armature pour la bâtisse. Le reste des photographies montraient l’avancement des travaux et enfin, la maison terminée. La dernière photographie montrait l’homme au plâtre mettre le dernier coup de pinceau sur l’extérieur de la maison, terminant ainsi officiellement les travaux. La note de page de page disait cela : « X949 : Fin de travaux de la maison de Yov ».


Le sourire maintenant aux lèvres, il continua de feuilleter l’album et fit cette fois un bond de plus de dix ans en avant, les photographies de cette page restaient très joyeuses, c’était cette fois-ci la maison de Laudriz qui était en construction, ce dernier s’installant enfin avec sa future femme, qui étaient sa camarade de promotion vue un peu plus tôt dans les photos précédentes, elle arborait également un petit ventre, peu commun pour quelqu’un d’aussi entraînée qu’elle. Yov et le Supérieur aidant Laudriz à travailler pendant que la jeune femme semblait préparer un barbecue, aidé en cela de la compagne du supérieur et de leur jeune fils. Leurs traits à tous étaient maintenant assez creusés, bien que relativement jeune, leur métier n’était pas des plus faciles et tous payaient un lourd tribut, malgré tout, ils ne se quittaient pas et coulaient des jours heureux, comme l’indiquait la note de bas de page : « X951 : Installation avec Maïa ».


Les photographies suivantes étaient cependant bien moins gaies, les quatre amis étaient positionnés devant une ville en ruine, encore fumante de ce qu’elle venait de subir, ils semblaient eux-mêmes dans un bien sale état, Yov offrant son épaule à Laudriz, qui lui avait perdu une jambe et avait maintenant un nœud sur son pantalon légèrement en dessous du genou, haussant la main vers Maïa, cette dernière arriva en courant vers son mari, effaré de voir l’état dans lequel il était. Le dernier ami lui, se tenait fermement à sa lance alors que ses jambes ne semblaient plus souhaiter le supporter. Ils étaient cependant tous sauf après le combat, seul un manquait à l’appel. La photo suivante montrait les quatre camarades, côtes à côtes et entièrement vêtus de noir, regardant une grande stèle où était inscrite en lettres dorées : « Legan Doppleben : Né le 16 Septembre X917 ; Disparu le 28 Novembre X956 ; Mort au Champ d’Honneur pour défendre son pays face à Pergrande ». Devant le contenu très explicite des photographies, la note de bas de page était restée vide.


Prenant cette fois une page assez proche de la fin de l’album, l’ambiance était de nouveau aux sourires alors que Laudriz, ayant maintenant les cheveux et la barbe de trois jours grisonnants, jouait avec une toute jeune fille aux cheveux couleur de feu, dans un endroit ressemblant étrangement au bureau dans lequel il se trouvait en ce moment, mis à part que l’endroit était alors bien moins rangé que maintenant, et que celui qui était assis derrière le bureau était un homme aux cheveux noirs corbeau et au bouc du même coloris, le coude sur la table et la tête dans le creux de la main, il regardait Laudriz et sa fille d’un air distrait alors qu’il avait des papiers à remplir sur son bureau. La photographie suivante montrait ce même homme, amenant à la guide un tout jeune Eleyon bien mal en point, entièrement recouvert de sang après apparemment une altercation avec des bandits. La photo suivante montrait Eleyon et la fille de Laudriz en venir aux mains sous le regard amusé d’Akuryu, et celui un peu plus inquiet de Laudriz qui tentait d les séparer, se faisant mordre par les deux côtés. Un large sourire se dessina alors sur le visage du vieux maître à mesure qu’il parcourait les pages, voyant Eleyon et sa fille grandir côte à côte et s’entraîner ensemble.


Il fut cependant sorti de ses rêveries par le bruit de quelqu’un toquant à la porte, rangeant en vitesse l’album dans une case sous son bureau, il dit au nouveau venu d’entrer. Un homme aux cheveux poivre et sel, d’environ une quarantaine d’année, très fin et au visage presque rectangle, affichant un bouc relativement long. Passant la tête par l’ouverture de la porte avant d’entrer dans le bureau, il tenait un fichier blanc qu’il transmit au vieil homme.


- Ils se sont mis en route.


- Bien, bien bien… Merci Lioran.


- Le Dark Chess ne fait pas la loi là où ils vont.


- Je sais, ce que je ne sais pas, c’est qui contrôle les Monts du Silence.


- C’est un simple travail de livraison, ils devraient s’en sortir.


- Je l’espère…


- Si vous me le permettez monsieur le Directeur.


- Oui, tu peux disposer.


Alors que Lioran quittait les lieux, Laudriz posa sa main sur l’album photo, le cœur serré, des larmes perlaient au coin de ses yeux, retirant ses lunettes, il s’essuya rapidement avant de les remettre en place.


- Je t’en prie Eleyon, fait attention…


Du côté des six envoyés en mission, tous se tenaient sur une haute colline, à l’entrée d’une vallée aride où le vent soufflait fortement dans leur direction, ils s’étaient donc tous munis de vêtement en conséquence et avançait la tête emmitouflé dans un tissu usé n’ayant que pour but de les protéger de la poussière leur fouettant le visage. Se cachant à l’abri d’un large rocher, ils retirèrent un instant leur capuche, révélant ainsi Eleyon, Nephilim, Haze, Shaporo, Falcon et Tsura, pendant que Falcon tentait d’apaiser la véritable tempête, Nephilim massait ses jambes déjà douloureuses pendant que Tsura s’étirait et que Shaporo sirotait un verre à l’aide d’une paille qui, d’après son bruit, contenait quelque chose d’un peu plus consistant que de l’eau, sans doute une glace qui était sûrement en partie fondue. Eleyon quant à lui, n’avait retiré que partiellement sa capuche qui laissait voir l’ensemble de son visage tout en cachant son cou et ses cheveux. Haze enfin, était du côté de Falcon, le visage encore complètement sous ses bandes de tissus.


- Tu vas mettre longtemps ?


- J’en sais rien, j’ai jamais essayé, mais si c’est juste une question de vent, ça devrait prendre que quelques secondes.


- Ok, courage.


Quelques minutes plus tard, Falcon parvint à arrêter totalement le vent qui sévissait dans la zone, l’ensemble de l’équipe put alors se remettre en marche, alors que Nephilim grognait de devoir repartir aussi vite. Remettant en place leur capuche, ils se levèrent, Eleyon à leur tête.


- On est parti !


Après un nouveau grognement de Nephilim, la troupe se remit en route, bien plus facilement sans le vent leur fouettant le visage.

Chapitre 16 : Le Village aux Lézards

Après plusieurs heures de marche, tout le groupe arriva à destination, une petite ville rustique à flanc de montagne constituée de maison en pierre couleur sable, contrastant assez avec la roche grise qui faisait l’entièreté du paysage. Tous, à l’exception d’Eleyon se ruèrent vers un bâtiment qui arborait fièrement un écriteau de bois avec l’inscription « Auberge » dessus en hurlant « DE L’EAAAAUUU !!! ».


Se bousculant au moment d’entrer, ils ne purent passer l’entrée, se gênant tous mutuellement et se bloquant entre les montants de la porte. C’est Eleyon, arrivant quelque secondes plus tard, qui les débloqua en bottant la fesse la plus proche et les envoyant tous s’écraser à l’intérieur. Rampant à l’unisson vers le comptoir, ils s’appuyèrent sur ce dernier pour se hisser debout. Regardant le barman dans les yeux, ils ne virent que deux grandes pupilles fendues entourées d’un iris jaune. Ayant tous un cri et un geste de recul, ils se retrouvèrent sur les fesses alors que le barman les regardait d’un air désabusé.


- Qu’est ce qui se passe ? Vous avez jamais vu de Lindormien ?


- Vous êtes un énorme lézard !!


- Je suis un Lindormien gamin…


Le barman agita ensuite sa langue fourchue devant Shaporo qui était toujours aussi étonné de la peau verte et du visage singulier de l’individu derrière le comptoir. Ce dernier entreprit finalement de leur servir à boire, étant donné que c’était visiblement pour cela qu’ils étaient venus jusqu’ici. Prenant les verres de la main gauche, il les remplissait et les pressant contre le robinet d’un des tonneaux de la main droite avant de les poser sur le comptoir en les tenant avec sa queue, en quelques secondes, les six personnes furent servies et engloutirent leur grand verre d’une traite, le claquant de concert sur le comptoir, ils s’écroulèrent, ivres.


- Ouais, j’aurai peut-être dû les prévenir que c’était pas de l’eau…


Poussant un long soupir, Eleyon s’avança vers l’homme-lézard et prit un tabouret pour s’asseoir et demander un verre d’eau cette fois-ci.


- Ce que j’ai de moins fort, c’est du jus de Sakeyashi.


- Ok, je vais vous prendre ça.


- Et vous en faites quoi d’eux là ?


- Ils se relèveront à un moment. Tant pis pour eux…


Buvant lentement son verre, Eleyon en demanda un autre avant que le barman ne commence à discuter.


- C’est quoi qui vous amène ici tous ? Vous avez pas l’air de vous être perdu, et pourtant je suis sûr que vous n’êtes pas de cette région.


- On a un travail à faire, on doit récupérer un colis ici et le livrer à Agaves.


- AAAAHHH c’est vous !! Mais fallait le dire tout de suite !! Attendez ici.


Alors qu’il disparut à la vue d’Eleyon, le barman courut sur ses quatre pattes jusqu’à atteindre une porte qui pouvait sembler inutile étant donné son emplacement, à plusieurs mètres du sol, sans escalier. Le lézard grimpa alors le mur ouvrit la porte et rampa dans la pièce, il en ressortit avec un baril assez grand dans lequel pouvait facilement tenir deux personnes. Le tenant avec sa queue, il le posa près d’Eleyon et retourna ramper derrière son comptoir, reprenant son poste de barman.


- Vous allez traverser les Monts du Silence alors ?


- C’est sur notre route ouais…


- Bah bon courage hein ?


- Merci…


Eleyon sentit alors le sang lui monter à la tête, et eu le temps de s’asseoir sur le sol avant de tomber du tabouret, en tailleur sur le sol, il ne se sentait pas mieux et s’allongea alors avant de se mettre sur le côté.


- Ouais, j’aurai peut-être dû le prévenir que dans Sakeyashi y’a Sake…


Tout le groupe dormi alors près de deux heures dans la taverne, et lorsqu’ils se réveillèrent, ils n’étaient plus seuls dans la taverne, certains des habitants de la ville étant revenu de leur travail, ils s’étaient laissé convaincre par le barman d’ignorer les humains couchés sur le sol.


Tsura fut le premier à se lever, prenant appui pour se redresser, il posa la main sur quelque chose de rond et assez mou sous la paume de sa main. Écarquillant les yeux de peur, il baissa très lentement la tête, de peur d’avoir réveillé la fille sur qui il s’appuyait. Sous sa main se trouvait en réalité la fesse de Falcon qui, couché en travers sur Shaporo, avait le derrière en l’air. Tsura poussa alors un long soupir de soulagement en fermant les yeux, avant de les rouvrir subitement avec un sursaut en arrière et s’essuyant la main sur ce qu’il pouvait, c’est-à-dire les bandes qu’il avait autour de la tête pour se protéger du vent, ce qui fit bien rire les hommes-lézard aux alentours, ce qui se traduisait chez eux par un frémissement sonore de leur langue, faisant un bruit de crécelle pendant quelques instants.


Se tenant la tête douloureuse, Tsura se releva finalement, le rouge encore au nez et titubant grandement, il s’appuya sur une table pour s’équilibrer, les autres clients ayant déjà repris leur biture. Eleyon fut le prochain debout, assez vite suivi des autres, absolument rien n’avait bougé mis à part les clients qui avaient fait leur entrée. Le mage de Tempesta se retourna alors vers le barman, inamovible derrière son comptoir, en train d’essuyer les verres.


- Ca arrache votre truc…


- C’est un fruit très spécial le Sakeyashi, très sucré, très juteux… mais beaucoup d’alcool aussi, ça nous fait gagner du temps pour la maturation et la mise en bouteille.


Essayant tant bien que mal de décuver avec l’aide d’une mixture préparée par le barman, Tsura et Eleyon attendaient patiemment que les autres se réveillent, ce qui se passa plusieurs dizaines de minutes plus tard. La fin d’après-midi se faisant sentir, le soleil commençait déjà à chuter dans le ciel. L’ensemble du groupe pris alors la route en tout début de soirée vers la ville d’Agaves. Attachant la barrique au dos d’Eleyon, ils purent enfin se mettre en route. Bercé pendant leurs longues minutes de marche par le bruit des criquets se faisant de plus en plus insistant à mesure que la nuit avançait, le groupe arpentait des routes à flanc de montagne, tellement escarpée que parfois, ils était obligés de passer en file indienne. En traversant un col de la montagne, une forte bourrasque se fit sentir pendant quelques secondes, puis plus rien, plus de vent, plus le bruit de fond des criquets, même pas l’écho que l’on peut attendre dans des montagnes lorsque Falcon prit la parole.


- C’est quoi ça ??


- Les Monts du Silence…


Devant les mages s’étendaient de hautes montagnes grises entourant une très grande vallée, comme hors du temps, les arbres du paysage ne bougeant pas une feuille, aucun oiseau ne parcourait le ciel. Une large route serpentait tout le long passant entre les montagnes et traversant la vallée, les mages commencèrent alors à descendre doucement dans la vallée, la nuit peu avancée donnant l’impression qu’ils s’enfonçaient dans une grande masse sombre, les rayons du soleil couchant et la lumière de la lune étant tout deux bloqués par les monts entourant la vallée. Bien à l’abri des regards, deux personnes observaient la troupe traverser la vallée à l’aide de jumelles.


- C’est ça qu’on cherche ?


- Fait voir… hum, ouais je crois que c’est ça, le tonneau que porte le grand brun là… Appelle les Renards, dit leur que la cible est en route vers le lieu de rendez-vous.


Continuant de marcher pendant quelques minutes, la troupe fit une pause lorsque la place et la pente le permettait. Entamant les quelques réserves qu’ils avaient pris pour le voyage, les mages furent surpris par une embuscade, douze hommes armés de lance se terminant par un cristal duquel partait deux dents, se terminant de manière arrondie vers l’avant. Le but de cette arme n’était apparemment pas de blesser.


Lorsque le premier des agresseurs arriva au niveau d’Eleyon, il tenta d’embrocher le mage de Tempesta qui arrêta la lance à main nue en attrapant le cristal. C’est alors que les broches devinrent molles et entourèrent le poignet d’Eleyon, le bord de sa main sembla alors de venir flou, ce qui fit également s’illuminer le cristal. Les autres agresseurs eurent plus de réussite, parvenant à immobiliser totalement les autres mages, Nephilim étant presque étranglée par les hommes aux lances, un d’eux, flottant dans une bulle, tombait dans la vallée et tentait de percer sa prison. Shaporo, Falcon et Haze était en deux contre un, alors que Tsura avait à faire avec trois individus, et leurs adversaires étant loin d’être minable. Alors qu’Eleyon se fit déposséder de son chargement par un autre guérillero, Shaporo et Falcon s’écrasèrent sur le sol, transpirant à grosses gouttes. Dès que la lance avait attrapé n’importe quelle partie du corps des mages, l’utilisation de la magie leur devenait impossible. Tirant vers lui la lance de son agresseur, Eleyon le fit basculer comme un jouet vers un dernier homme qui arrivait tout juste sur lui, envoyant les deux au loin dévaler la pente en roulant sur plusieurs mètres. Haletant anormalement fort, Eleyon regarda l’homme s’enfuir avec le tonneau quelques instants avant de se retourner pour porter secours à ses compagnons.


Pendant ce temps, Haze, attrapé au niveau du pied gauche et de la main droite, parvint à faire lâcher leur arme aux inconnus en sautant et pivotant sur lui-même en l’air, parallèle au sol, le libérant des lances et lui permettant de contre-attaquer.


- Comment il a … ?!?


- Surprise enfoiré !!


Haze se rua sur le guerrier le plus proche et le frappa à la base du bras d’un coup de coude, avant de lui frapper le côté droit, juste en dessous de ses côtes du dos de sa main gauche puis il heurta l’homme au menton du plat de la main droite, le couchant sur le dos. Exécutant un salto, il se retrouva dans le dos de son autre adversaire, et lui frappa alors le bas du dos et le haut de de la nuque, le mettant hors d’état de nuire. Eleyon et Haze forcèrent le reste des agresseurs à s’enfuir, laissant les quatre autres mages au sol.

Chapitre 17 : D'autres soucis

Récupérant un peu de l’attaque surprise. Haze et Eleyon s’occupaient des mages mal en point, Eleyon essuya le front de ses compagnons avant d’en mettre deux sur son dos et de refaire le chemin inverse, vite imité par Haze, Tsura, tout juste réveillé, déchargea Eleyon de Nephilim, tous retournèrent donc vers le village des Lindormiens pour se remettre de l’attaque.


- C’était quoi ces mecs ?


- Aucune idée… mais qui ils sont, je m’en fiche, ce qui me dérange, c’est les armes qu’ils portaient, je l’avait jamais vu en vrai, mais j’en suis presque sûr, c’est des armes interdites sur le territoire…


- Comment ça ?


- C’est les anciens armements de l’Inquisition, mais elle a été démantelée lorsque le Dark Chess a pris le pouvoir, et tout a été détruit. Normalement.


- Et comment ils ont pu les avoir ?


- Qu’est-ce que j’en sais…


Tsura s’immisça alors dans la discussion.


- Eleyon, je crois que leur lance est bien plus dangereuse qu’elle en a l’air.


- Elle aspire la magie c’est ça ?


- Elle l’aspire pas, elle te l’arrache, tu l’a peut-être pas bien senti, mais c’est très violent, et je pense que Shaporo et Falcon sont en danger, pour Nephilim, ça devrait aller.

-

Alors on accélère ?


- Ok, go… Zonis !


Les trois mages encore debout furent alors entouré d’une rafale de vent, créant comme une cascade qui s’élevait autour d’eux. Laissant littéralement des trainées blanches en se déplaçant, les trois mages foncèrent à toute allure, et ainsi, en quelques minutes, ils furent arrivés. Entrant dans l’auberge, ils déposèrent leurs compagnons encore inconscients dans des lits à l’étage et retournèrent en bas, au bar, décidé à terminer la mission seuls.


- Ouais j’aurai peut-être dû vous dire que des brigands rodaient par là-bas…


Le sang de Tsura ne fit qu’un tour, et ce dernier se rua vers le barman, sauta par-dessus le bar et, sous le regard ébahit des clients, le cloua littéralement au mur en l’attrapant par le col, ses yeux rouges en amande rencontrant les yeux jaunes pleins de peur du barman.


- On s’est fait allumer parce que t’as OUBLIE de nous dire ça ? On a trois amis dans le coma parce que t’as OUBLIE de nous prévenir qu’on risquait de se faire sauter à la gorge !! On sait même pas si et quand ils vont se réveiller parce que tu as OUBLIE de nous dire qu’on prenait un risque en allant là-bas !!!


Frappant le barman sur le mur à chaque fois qu’il haussait la voix, Tsura avait presque les larmes aux yeux, ses canines proéminentes ne demandant apparemment qu’à s’abattre sur l’homme-lézard.


- Et toi ? Que faisais tu pendant ce temps-là ? Qu’as-tu fait pour eux ?


Le regard du lézard avait apparemment perdu tout signe de frayeur et fixait le jeune garçon dans le blanc des yeux. Tsura lâcha alors le barman de sa main droite, qu’il projeta en arrière, prête à frapper.


Eleyon attrapa alors la main du jeune garçon, qui lâcha prise lorsqu’il vit le mage de feu faire « non » de la tête. Se frottant les yeux de sa manche, il avança vers la sortie et claqua la porte en quittant les lieux. Haze lui emboita rapidement le pas, suivi quelques secondes plus tard d’Eleyon. Au moment d’ouvrir la porte, il posa sa main sur la poignée, s’arrêta un instant et, sans se tourner, s’adressa au barman.


- On va finir le travail que vous nous avez confié comme prévu, pendant ce temps, je vous demanderai de surveiller les trois personnes à l’étage… Si jamais il arrive quelque chose à Nephilim ou à Falcon et Shaporo


Eleyon tourna alors la tête, foudroyant le barman du regard par-dessus son épaule, ce qui eut pour effet de glacer le sang de l’ensemble de la clientèle tellement les pupilles d’Eleyon semblait les avoir transpercés.


- … Je reviendrai m’occuper de vous…


Tirant finalement la poignée à lui, tous virent lorsqu’il la lâcha qu’elle ne ressemblait plus du tout à la poignée originelle, mais plus à une pâte à modeler qu’on aurait serré entre ses doigts. Eleyon rejoignit alors Tsura et Haze à la sortie du village.

- Perdons pas de temps, Tsura, on fonce à l’endroit où on s’est fait attaquer et on retrouvera leur piste de

là-bas.


- Compris !


Utilisant Zonis, les trois garçons se retrouvèrent donc vite de retour au point de départ, les traces de pas de l’assaut encore bien présente sur le sol. Tsura s’avança alors là où les empreintes semblaient disparaître.


- Sans un brin de vent, les odeurs ont plus de mal à se dissiper, ça devrait pas prendre longtemps de les retrouver…


Humant l’air, puis le sol, Tsura trouva rapidement en effet la trace des brigands et partit bille en tête dans la direction où le menait son odorat. Suivant le Dragon du Ciel, Haze et Eleyon semblait un peu largué par le train assez élevé du garçon aux cheveux d’argent, néanmoins, ils parvinrent à clore l’écart lorsque le jeune garçon fut forcé de s’arrêter par une paroi rocheuse. Faisant plusieurs allers-retours devant le mur de pierre, Tsura perdit vite patience, aucune trace d’odeur ne lui laissait la moindre indication, se collant sur les roches, il essaya de retrouver la trace, mais rien, tout avait disparu ici-même. Il frappa alors la roche du poing, les dents serrées.


- T’énerve pas, ils ont pas pu disparaître comme ça, il doit sûrement y avoir un passage secret pas loin.


Haze s’approcha alors du mur et colla alors son oreille non loin de l’endroit où était Tsura et glissa le long du pan rocheux en gardant son oreille collée à la pierre, il s’arrêta finalement à quelques pas du Chasseur et toqua sur la pierre, qui fit le même bruit que n’importe quelle pierre lorsqu’on la frappe, mais pas pour Haze.


- Ça sonne creux ici... C’est là l’entrée, après comment passer je sais pas…


Tsura prit alors ses distances du mur de pierre et se plaça à quelques mètres de l’endroit où se trouvait Haze, avant de se tourner vers lui.


- Moi je sais comment faire, écarte toi des rochers…


Tsura se plaça alors en travers par rapport au mur, les jambes bien écartés et le bras droit en arrière.


- Poing Perceur du Dragon Céleste !!


Le vent se leva alors autour du Chasseur Céleste, et une petite tornade se créa autour de lui avant de se concentrer autour de son bras, prenant petit à petit la forme d’une perceuse sur le poing droit de ce dernier. S’agrandissant de secondes en secondes, la rotation fut enclenchée lorsque Tsura balança son poing, et finalement, c’est une grande perceuse de vent qui alla s’écraser sur le mur. Cependant, l’attaque sembla s’écraser contre quelques chose de bien plus dur que la pierre et fut dévié largement vers la droite, ne devenant alors qu’une grande bourrasque soulevant de la poussière.


Une fois le nuage dissipé, une grande silhouette se tenait devant l’emplacement du passage secret, le bras gauche tendu vers l’extérieur parallèlement au sol. Eleyon avait arrêté l’attaque à main nue, mais saignait tout de même de la main gauche. Fixant Tsura, il entoura sa main des bandages qu’il utilisait auparavant pour se protéger du soleil.


- Tu fais quoi là Eleyon ?


- On va se faire repérer direct si on entre comme ça…


- T’as une meilleure idée peut-être ? Et qu’est-ce que t’en sais qu’on n’a pas déjà été repéré ?


- Ils nous attendaient pour récupérer ce qu’on avait, maintenant qu’ils l’ont, ils ont plus à surveiller une route où des gens passent seulement une fois par semaine pour ravitailler un village.


- Et comment on entre alors M. Le Génie ?


- Si je peux me permettre, je crois que j’ai une idée pour vous.


Tous se retournèrent, surpris par la voix qui s’était immiscée dans leur conversation. Les trois mages découvrirent alors le Barman, droit comme un I dans le paysage.


- Je pense que je peux vous faire entrer, vous faire traverser ça.


- Ah ouais ? Et comment ?


Tsura semblait agressif, n’ayant visiblement toujours pas digéré l’oubli du Barman. Ce dernier s’approcha alors d’Eleyon et passa à côté de lui pour se retrouver collé à la roche, plaçant sa main griffue à quatre doigts dessus, il y fit apparaître un cercle magique, qui une fois disparu avait laissé la place à un large trou, un liquide de la même couleur que la roche semblait couler de l’ouverture.


- Voilà… Par contre je n’irai pas plus loin. Bonne chance…


Rampant à toute vitesse sur le sol, l’homme lézard fut vite hors de vue des mages, et ces derniers purent enfin entrer.

Chapitre 18 : Dans le Bastion

L’intérieur était étonnamment fait de bois et de roches entremêlés et éclairé par des torches, si bien qu’on aurait pu jamais se douter que l’on se trouvait dans une montagne. Avançant de quelques pas, Eleyon et les autres furent surpris par un homme armé d’une lance, qui fit un pas en arrière en voyant les trois jeunes garçons.


- Aler..


Il fut alors interrompu par une fléchette d’Haze se plantant dans son coup, le plongeant directement dans une torpeur profonde. Poussant un soupir collectif, les trois mages purent se remettre en route et, à leur grande surprise et alors qu’aucun chemin alternatif ne s’était présenté à eux, ils se retrouvèrent tous à l’air libre, dans un paysage de plaine qui n’avait rien à voir avec ceux de cette région, l’herbe verte ondulait sous le vent, totalement absent des Monts du Silence et des arbres parsemaient le paysage çà et là. Au beau milieu de cette prairie se tenait un grand château de pierre blanchâtre dont on pouvait voir les gardes patrouiller, rendant impossible le passage par la grande plaine devant le château, aucune cachette n’étant disponible à proximité du tunnel.


- Y’a combien là ? Soixante ? Soixante-dix mètres ? demanda Tsura


- Ouais ça doit être ça. Répondit Haze


- Tu peux les toucher d’ici ?


- Les toucher oui. Les endormir, c’est moins sûr, va falloir que tu m’aides Tsura…


Haze se frappa alors le cœur en trois endroit, puis le bras droit en de nombreux points, ce dernier prit alors une teinte légèrement plus rosé et les veines et les artères se firent bien plus visible sous la peau du jeune garçon, qui commençait à respirer fortement pour garder le rythme de son cœur qui s’emballait, il prit alors trois fléchettes entre ses doigts et quelques pas d’élan, s’enfonçant dans le tunnel, son bras droit en arrière.


- Prêt quand tu l’es Tsura…


Le Chasseur de Dragon pointa alors Haze de son majeur et annulaire puis écarta vivement le bras vers l’extérieur.


- Dioga !


Haze fut alors entouré d’un halo rougeoyant et était enfin prêt à l’action, attendant quelques secondes que les gardes soient à peu près immobile, il s’élança et projeta ses trois flèchette vers le ciel à une vitesse folle. Perdant peu à peu de l’allure, elle piquèrent du nez et tombèrent vers leur cible. Deux silhouettes s’effondrèrent subitement, et une dernière sembla perdre son casque, elle le ramassa alors et sembla se baisser pour observer après avoir vu ses deux compagnons tomber dans les pommes.


- Merde…


Haze prépara alors une quatrième fléchette et l’envoya en l’air, bien trop haut apparemment, mais, au moment de sa chute, elle sembla être comme téléguidé et se ficha dans le cou du garde restant, terminant le travail et permettant aux trois garçons d’avancer enfin. Tsura menant le groupe devant Eleyon et Haze. Entendant peu à peu les clameurs d’un bar rempli, ils arrivèrent à un grand hall rempli de bandits en plus de ceux qui les avaient attaqués. Se cachant de chaque côté de la porte, les trois hommes cherchèrent une marche à suivre. Rien n’indiquait qu’il pouvait venir à bout des bandits présents dans cette salle, et rien n’indiquait non plus que personne ne viendrait les chercher une fois qu’ils auraient quitté les lieux.


- On entre et on s’en occupe ? demanda Tsura


- C’est vrai que je vois pas leurs lances bizarres… enchaîna Haze.


Eleyon réfléchit quelques instants, pas certains qu’il était très judicieux d’entrer et d’attaquer par surprise.


- Tu es au moins sûr que le colis est là-dedans Tsura ?


- Il est dans une salle au fond.


- Ok, alors on entre, on le récupère le plus vite possible et on s’en va. Tsura, à toi l’honneur.


Le chasseur de Dragon du Ciel s’avança alors dans la salle, restant prêt de la porte et hurla.


- Hurlement du Dragon Céleste !


Une tornade sembla alors s’engouffrer dans la grande salle et se répercuta sur les murs jusqu’à renverser tout ce qui se trouvait dans la pièce, que cela soit des hommes ou du mobilier. Après l’attaque, il ne restait que des débris de bois jonchant le sol et le corps de divers brigands qui gémissait, autant de surprise que de réelle douleur. Se ruant vers la prochaine salle, Les trois mages s’emparèrent du baquet et quittèrent la pièce. Alors qu’ils approchaient grandement de la sortie, ils durent stoppés dans leur élan par la présence d’un seul homme.


Non vêtu du cuir, il arborait une grande armure métallique gris-blanc et portait également un casque cachant son visage, ses jambières ne commençant qu’à mi-cuisse, une cotte de maille noire comblait l’espace entre ses hanches et le début de ses jambières. Portant la même lance que tous les autres jusqu’à présent, il la tenait bien droite, comme une statue de pierre.


- Vous n’irez nulle part… Rendez-nous ce que vous venez de prendre.


- Héé, mais c’est vous qui nous l’avez pris en premier !! Répliqua Tsura.


- Nous en avions besoin… Laisser cela ici !


- Nous avons été engagés pour amener ces vivres à Agaves, alors laisse nous passer.


Faisant non de la tête, l’homme en armure s’attira les foudres de Tsura qui se jeta sur lui, des tornades autour des bras, tappant dans ses mains, les tornades prirent une autre ampleur et s’écrasèrent sur l’homme en armure. Un trou se forma alors dans les torrents de poussières et l’homme à l’armure en jaillit, la lance en avant vers Tsura. Ce dernier, sachant à quoi s’attendre, se jeta sur le côté et, pivotant sur le sol grâce à ses mains, frappa l’armure d’un coup de talon.


- Serres du Dragon Céleste.


Les jambes de Tsura s’enrobèrent alors de bourrasques qui s’écrasèrent sur l’homme armé. Cependant, les rafales de vent semblèrent se dissiper sitôt qu’elles eurent heurté l’armure blanche du chef des brigands. Pendant que Tsura cherchait encore ce qui venait de se passer, l’homme en armure balança sa lance vers le Dragon du Ciel qui fut projeté le long du mur du couloir, venant à sa rescousse, Haze et Eleyon se heurtèrent à la défense du guerrier de métal qui maniait sa lance d’une main de maître. Repoussant Haze au loin, il se retrouva face à Eleyon qu’il attaqua de la partie aspirante de sa lance, l’attrapant à pleines mains, Eleyon passa sous l’arme et se retrouva collé à l’armure qu’il fit trébucher en la balayant. Une fois la lance hors de portée, Eleyon plaqua l’homme en armure au sol de manière à ce qu’il ne puisse se relever.


- Laissez-nous partir maintenant…


- Et après ? On a besoin de ces vivres, vous ne savez pas ce qu’il y a dans ce tonneau, il y a assez pour nourrir des centaines de personnes ! On en a besoin !


Faisant passer Eleyon par-dessus lui, l’homme à l’armure se jeta sur sa lance et la balança vers Tsura, la broche se décrocha alors et fonça sur le Chasseur de Dragon, la voyant venir, Tsura l’évita et fonça sur le guerrier qui l’intercepta en le frappant du poing. La grande force de l’homme en armure ajoutée au poids de sa défense heurtèrent Tsura de plein fouet, lui ouvrant largement l’arcade jusqu’à la pommette, faisant couler un liquide chaud et rouge à flot. L’œil noyé de sang, Tsura s’occupa de faire cesser le saignement tandis qu’Eleyon chargeait de nouveau l’armure. Haze, de son côté, avait eu une côte cassé par l’impact de la lance et se tordait de douleur sur le sol alors qu’il entendait, au loin, des bruits de pas de toute une troupe venant à la rescousse.


- Tsura ! Eleyon !


Haze était déjà à bout de souffle alors qu’il venait de crier pour prévenir ses amis, sans doute que la côte cassée avait perforé le poumon et l’empêchait de respirer. Malgré tout alertés, Tsura se retourna un instant, Eleyon étant trop occupé à affronter l’homme en armure pour se soucier des hommes qui arrivaient en renfort, Tsura s’élança alors vers les renforts et, les bras entourés de tornade, il balaya l’espace devant lui de ses deux bras.


- Battement d'Aile du Dragon Céleste.


L’ensemble des renforts fut donc repoussé alors que, du côté d’Eleyon, l’homme à l’armure semblait toujours intact, sa lance ayant retrouvé sa broche aspirante de magie. L’armure était d’ailleurs la seule chose restante d’intacte dans le couloir qui avait été littéralement carbonisé par une attaque d’Eleyon, une forte chaleur se répandit alors dans l’ensemble de la zone, les images se brouillant à cause de l’air chaud, seul Eleyon semblait parfaitement supporter la chaleur. Posant ses mains sur le sol, Eleyon y créa un cercle magique.


- Mur de Flammes !


Décollant ses mains du sol, Eleyon généra un véritable mur de flammes rougeoyante qui occupait la totalité de l’espace disponible devant lui, rendant l’esquive impossible, poussant le mur de flammes, Eleyon le transforma en une vague qui fonça s’écraser sur le guerrier en armure, ne laissant sur son passage que des pierres noircies et brûlantes, les poutres s’étant enflammées sous l’effet des flammes. Dès qu’Eleyon vit le mur de flamme vaciller en son centre, il s’élança le poing serré et le lança vers ce qui était maintenant un trou dans la vague de flamme, duquel jaillit, lance en avant, l’homme à l’armure. Etant précisément ce qu’avait anticipé Eleyon, le mage de feu frappa le casque du guerrier, ce qui le cloua au sol, son casque étant maintenant orné d’un creux épousant parfaitement la forme d’un poing fermé. Ainsi, pendant un instant, il ne resta plus que le bruit des poutres en train de brûler, les flammes léchaient le plafond et se rependaient ainsi en suivant les poutres de bois qui servaient autant d’ornement que de soutien, ce qui avait pour effet d’augmenter un peu plus la température et de rendre le couloir instable. Ce qui devait arriver arriva, et tous s’arrêtèrent dès lors que le premier craquement se fit entendre, comme suspendus dans le temps, aucun ne fit un geste avant que la première pierre ne tombe, entraînant ses voisines avec elle avant que finalement, la totalité du couloir ne s’écroule peu à peu, projetant des braises de tous les côtés, propageant l’incendie aux étages supérieurs et dans d’autres pièces proches. Alors que Tsura porta Haze pour qu’ils puissent se mettre à l’abri, Eleyon en fit autant avant de remarquer que l’homme en armure était toujours au sol, immobile.


- Et merde…

Chapitre 19 : Malentendu

Rebroussant chemin, Eleyon arriva près de l’homme en armure et le prit par l’épaule pour essayer de le mettre debout, ce qu’il parvint à faire après quelques tentatives alors que des pierres incandescentes chutaient partout autour d’eux. La chaleur faisait littéralement cuire l’homme en armure et Eleyon ne pouvait rien faire pendant qu’il le portait, étant donné qu’il ne tenait pas debout tout seul. Après quelques pas qui étaient loin d’être suffisant pour ne plus être menacés, Eleyon et l’homme en armure furent surpris par une poutre qui s’effondra sur eux, soulevant un nuage de poussières qui leur bloqua entièrement la vue, leur interdisant toute retraite. Lâchant son protégé, Eleyon attrapa la poutre enflammée à pleines mains pour ne pas qu’ils se retrouvent tous deux écrasés, et la lança derrière eux afin de se libérer le passage. Pendant qu’il se faisait porter, l’homme en armure regarda les mains d’Eleyon, rien, elle n’avait rien alors qu’il venait de porter une poutrelle enflammé de plusieurs dizaines de kilos à bout de bras. Mage de feu ou pas, il devrait au moins avoir des brûlures sur les doigts, mais rien, disparaissant bien vite dans le flot de ses pensées, cette question restera sans réponse pour lui, trop occupé à tenter de marcher pour s’interroger.


Alors qu’ils se trouvaient enfin tous temporairement hors de danger, le guerrier à la lacrima s’effondra et retira vite son casque, étouffant à cause de la chaleur de l’incendie. Un vieil homme passa à côté d’eux, avec à la main non pas un trident, mais un sceptre, avec à son extrémité la même lacrima que les tridents, en plus grande. Le brandissant en l’air, les flammes commencèrent à « ralentir » avant de finalement s’envoler pour rejoindre la lacrima, laissant les structures de bois complètement libérée de leur incandescence. La chaleur se dissipa alors rapidement, comme si la lacrima l’avait absorbée elle aussi. Tous étaient visiblement soulagés, et le vieil homme se retourna vers Eleyon et l’homme à l’armure, le mage de feu put enfin voir de plus près le visage des deux personnes alors que du côté de Tsura, tous les combats avaient cessé, ce dernier put alors s’approcher d’Haze pour l’examiner.


L’homme qu’il venait d’affronter était bien plus jeune qu’il ne le pensait, peut-être même plus que lui. Les cheveux assez long, il était coiffé d’une sorte de ruban de cuir qui lui enserrait la tête. Ses yeux verts semblaient encore éprouver de la colère pour Eleyon, qui après tout, venait de brûler une partie de leur foyer. Le vieil homme lui était grisonnant, le visage pas tellement marqué par les années, qui ne se voyaient en fait qu’à la taille de sa moustache.


- Lève-toi Danir, allons !


Comme si le dénommé Danir était à terre par pure fainéantise, il se fit violence et se redressa, le tremblement de ses jambes à peine caché par l’armure qui le contenait encore. Se retournant ensuite vers Eleyon, il prit un ton bien plus sérieux, de plus en plus fort à chaque fois.


- Vous entrez ici par effraction, vous amenez deux de mes gardes au portes de la mort, vous volez nos provisions, vous commencer un incendie qui aurait pu nous coûter notre bâtiment ! Et vous risquez enfin la vie de mon fils. Qui êtes-vous donc ?


Sans se démonter, Eleyon fit face à l’homme qui vociférait.


- Nous avons été engagé par les Lindormiens pour amener ce tonneau à Agaves, et c’est ce que nous allons faire. Mais vous, qui êtes-vous ?


- Nous sommes des anciens membres de l’Inquisition, nous nous cachons du Dark Chess ici, et pour ce qui est de la nourriture, ces maudits lézard produisent bien plus qu’ils ne peuvent vendre et manger, et pourtant, lorsque nous avons essayé de les contacter, nous avons essuyé un refus.


- Ahhh, mais ça c’est parce que j’ai complètement oublié d’en parler aux autre. Tous se retournèrent subitement, surpris par l’irruption de l’homme-lézard dans le bâtiment. Ce dernier semblait n’avoir absolument pas conscience de l’état du bâtiment.


- Maintenant que vous le dites, c’est vrai que ça fait presque un an que vous êtes là et à l’époque, vous nous aviez demandé de donner une partie de nos récoltes, mais j’ai oublié de le dire aux fermiers, alors forcément…


Etrangement, tous restèrent d’un calme olympien plutôt que d’étrangler ce lézard alzheimerique sur le champ. Alors qu’Eleyon s’était mis d’accord pour aider à la reconstruction, Tsura intervint violemment, disant que c’était le prix à payer pour l’attaque sur Nephilim et les autres. Danir faillit lui sauter dessus, mais Eleyon et le vieil homme interrompirent les deux garçons. En gage de bonne volonté, Danir fut envoyé avec ce qu’il fallait pour remettre d’état les blessés accompagnés d’Eleyon, alors que Tsura resta sur place, empêchant Haze de se vider de son sang, parvenant une opération lui était néanmoins nécessaire.


Rapidement arrivé à destination, Danir avait suivi Eleyon sans mal, ce qui impressionnait fortement le mage de feu, non pas qu’il était arrogant, mais plutôt qu’il est parfaitement conscient que ses capacités physiques sont exceptionnellement hautes, et qu’il est très rare qu’il trouve quelqu’un à qui parler sur ce terrain. Les deux hommes furent donc rapidement arrivés à destination, Eleyon montra la voie à Danir et les deux se rendirent dans l’auberge où se trouvaient Nephilim, Falcon et Shaporo. Après avoir fait avaler une mixture à l’odeur atroce aux deux garçons, il se pencha sur la jeune femme qui, dès qu’elle eut la bouillie dans la bouche, se releva violemment, heurtant son front contre celui du jeune garçon qui était venu à son aide, ce qui la cloua de nouveau au sol, alors qu’elle se tortillait de douleur en se frottant le front.


Se sentant étrangement faible, Nephilim cessa de bouger pendant quelques secondes, ce qui permit à Danir de lui faire avaler sa mixture. Patientant quelques instants, Nephilim émergea de nouveau et put cette fois ci se lever. Se trouvant à l’étage, elle descendit rejoindre l’endroit où se trouvaient Eleyon et Danir. Voyant la jeune femme arriver, Eleyon afficha un léger sourire alors que Danir se leva pour se présenter à la jeune femme.


- Je suis vraiment désolé de ce qui vous est arrivé…


- Vous êtes ?


- Ceux qui vous ont attaqués au col des Monts du Silence.


- Oh…


- C’était pas lui, mais des hommes sous ses ordres. Interrompit Eleyon.


Danir resta un instant silencieux avant que ce soit Nephilim qui reprenne la discussion.


- Et pourquoi avoir été si violent ?


Le silence gêné de Danir suffit en tant que réponse à Nephilim, c’est cependant Eleyon qui répondit à sa place.


- Ils avaient besoin de la nourriture qu’on transportait.


- Ah… Bah fallait demander, pas la peine de faire tout ce bazar !


L’homme à l’armure était étonné par l’état d’esprit de la jeune femme et ne s’attendait certainement pas à être pardonné aussi facilement, si bien qu’il n’avait qu’une mine étonné à opposer au sourire de la jeune femme.


- Tu peux bouger Nephilim, on va avoir besoin de toi.


- Hein ? euh, je sais pas, pourquoi ?


- Haze a une côte cassée, et pour le déplacer, on aura besoin de toi.


- Ouais, ok !


Se mettant en route, Nephilim érigea une façade pour paraître à son mieux, bien qu'elle peinait à marcher et était encore faible de son réveil récent.


- Eleyon ?


- Oui ?


- Porte-moi !


- Non…


- S’t’euplaît !!


- Non !


Nephilim se força un peu et continua de suivre les deux garçons, le vent commençant à se relever peu à peu, Falcon n’étant plus là pour l’empêcher, les trois jeunes gens n’ayant rien prévu pour la tempête, ils se mirent à accélérer, Eleyon tirant Nephilim par le bras lorsque la tempête reprit sa violence habituelle. En quelques minutes, les trois arrivèrent à la base, rejoignant ainsi Tsura et le pauvre Haze qui était encore allongé sur le sol.


Créant une large bulle rose autour d’Haze, Nephilim la fit flotter dans les airs avec le jeune homme à l’intérieur, ce dernier semblant assez effrayé de tenir en l’air.


- Voilà on va pouvoir y …


S’effondrant purement et simplement, Nephilim se fit rattraper au dernier moment par Danir, visiblement épuisé d’avoir utilisé sa magie si tôt après s’être levée. La posant délicatement sur le sol, Danir la laissa aux soins de Tsura.


- Bon, maintenant que c’est réglé, on va emmener le paquet à Agaves…


Devant la mine dubitative de ses collègues, Eleyon se résolut à faire le voyage seul et à revenir ensuite, ce qui était bien plus rapide comme ça que d’attendre que Tsura ne traîne Haze et Nephilim avec lui. Après avoir passé la vallée, Eleyon se retrouva vite à Agaves et, après avoir délivré la marchandise, rebroussa chemin en prenant soin de compter la récompense. Ce n’est qu’une fois de retour à la base des guerriers qu’ils purent se mettre enfin sur le chemin du retour, souhaitant bonne chance aux membres de l’Inquisition, tous repartirent suivant leur propre chemin. Simplement, une fois arrivé au col des Monts du Silence, la tempête de sable faisant de nouveau rage, rendant le passage de la bulle impossible sous peine d’éclater. C’est pendant que tous se préparait à tout de même tenter le coup d’une manière ou d’une autre que leurs sauveurs firent leur apparition. Shaporo et Falcon, isolé de la tempête de sable grâce à la magie du jeune garçon brun se rapprochaient peu à peu d’Eleyon et des autres.


- Vous auriez pu attendre qu’on se réveille avant de partir quand même, ça pressait pas à ce point… En plus, ils ont même pas de glaces…


Shaporo, les bras derrière la tête, suivait Falcon de près et avait visiblement faim d’avoir dormi tout ce temps. La mine réjouie de Falcon s’estompa bien vite lorsqu’il comprit que tous étaient sur la route du retour et qu’il allait devoir tourner les talons et traverser de nouveau la tempête. Le groupe étant trop grand pour que Falcon ne crée une petite sphère à l’abri du vent, il dut donc de nouveau se concentrer afin de faire cesser le vent et rentrer chez eux.


Pendant que calmement, le groupe traversait la calme plaine grâce à Falcon, une jeune femme les observait de loin grâce à des jumelles. La peau légèrement foncée, les longs cheveux violets flottants au vent, on pouvait voir à son oreille une boucle en forme de Fou. Retirant les jumelles de ses grands yeux orange, elle alla chercher un lacrima dans son sac, à quelques mètres d’elle. Le tenant dans sa main, un petit hologramme se forma au-dessus, un homme très musclé se détachant de la masse lumineuse.


- Le Roi avait raison. Ils étaient bien ici.


- Bien, tu peux rentrer maintenant Lia, on te signalera de nouveau quand on aura besoin de toi. Reste attentive aux consignes du Roi et tiens-toi prête.


- Oui monsieur.


- J’ai une dernière mission à te confier, sur ton chemin vers le Q.G., tu t’arrêteras à Hortens, on a reçu des signalements d’un mage étrange, je t’envoie son portrait. N’agit pas sans m’en avoir informé. Je te recontacterai plus tard.


Avant que la jeune femme n’ait pu saluer l’homme, le lacrima cessa d’émettre, la silhouette se dissipa alors subitement dans sa paume de main. Tournant elle aussi les talons, elle sauta de la corniche où elle se trouvait, des tentacules sortant de son dos s’occupèrent de ralentir et de faire cesser sa chute, finissant de descendre comme une araignée sur sa toile, avant que les tentacules ne retournent dans son manteau, la jeune femme disparaissant dans la tempête de l’autre côté des montagnes.

Chapitre 20 : Retour en force

De retour à la guilde, les jeunes mages étaient bien heureux d’enfin retrouver un peu de fraîcheur, tous les garçons, à l’exception d’Eleyon se ruèrent sous les douche communes, ne prenant même pas la peine de se déshabiller tellement ils étaient emplis de sueur. Dans la ruade, Shaporo se retrouva expulsé de l’escalier et tomba d’un étage entier. Furieux, il utilisa sa magie afin de remonter le plus vite possible et de rattraper les deux mages devant lui. Alors qu’ils se battaient pour se rendre dans le couloir précédent les douches, ils furent tout deux projetés au loin par l’arrivée en véritable fusée de Shaporo. Ce dernier s’écrasa sur le sol quelques mètres devant Tsura et Falcon. Vite rattrapé par les deux mages, les trois s’élancèrent à l’unisson dans les douches ouvertes, c’est alors qu’une bulle se forma dans l’embrasure de la porte, repoussant à l’autre bout du couloir les trois mages. Pendant leur envol, ils passèrent tous devant Nephilim, qui avançait doucement vers les douches et referma la porte derrière elle. Tandis que Shaporo et Tsura rebroussaient chemin, résignés à attendre leur tour, Falcon restait près de la porte, fomentant un mauvais coup. S’accroupissant, il jeta un œil par la serrure de la porte et réussi à faire tomber la clef sans qu’elle ne fasse de bruit en amortissant sa chute par une minuscule tornade. Il eut alors tout le loisir d’observer l’intérieur déjà grandement envahi par la brume et la vapeur. Falcon dut donc s’y employer afin de dissiper cette brume, ce qu’il fit petit à petit afin de ne pas se faire remarquer par la jeune femme. Ce qui arriva tout de même. Nephilim se pencha alors vers la porte, la brume ne laissant paraître qu’une partie du décolleté de la jeune femme tout en révélant, bien que très sommairement, les courbes de son corps. Le moins que l’on pouvait dire, c’est que Nephilim était très agréable à regarder. Des hanches rondes et une taille modeste en contraste, des jambes assez longue pour sa taille modeste, des joues rondelettes à croquer, et des long cheveux couleur chocolat qui, mouillés, lui collaient à la peau, très claire. Qui aurait pu blâmer Falcon de vouloir en voir plus ? Eh bien, Nephilim elle-même.


Créant une bulle vert clair entre ses doigts, elle l’envoya vers la porte. S’immisçant par la serrure, elle força Falcon à reculer et s’écrasa sur son nez dans un petit « plop ». Le jeune garçon se retrouva alors sur les fesses à haleter, des perles de sueur se faisant voir sur son front. Reculant autant qu’il pouvait en rampant sur le sol, il vit alors une large bulle sortir du trou de la serrure et se vit alors envahir d’une terreur sourde. Sa peur fut confirmée lorsque la bulle commença à gonfler, puis mitrailla le jeune garçon de torrents d’écumes , le repoussant tout le long du couloir, puis le faisant chuter dans les escaliers avant que, finalement, elle n’explose. La fin de l’assaut ne signifiait pourtant pas la fin du calvaire pour Falcon, alors que des membres de la Guilde s’approchaient du jeune garçon pour prendre des nouvelles et l’aider, ce dernier paniqua et chercha par tous les moyens à fuir l’endroit et ces gens bien trop hospitaliers pour être sincères. Bifurquant à chaque fois qu’il croisa quelqu’un, il se retrouva vite à l’extérieur, et là encore, il ne trouva pas le repos. Haletant et hurlant à chaque moment, il avait littéralement peur d’un brin d’herbe et ainsi, son arrivée dans le jardin fut un enfer, ces oiseaux, trop véhéments, ne lui inspiraient rien de bon, et il préféra continuer sa fuite.


Du côté de la jeune femme, les cris, bien qu’attendus, étaient inquiétant de par leur durée. Personne n’avait donc réussi à intercepter Falcon et le mettre dans un coin le temps que le sort se dissipe. Nephilim se cherchait donc déjà une excuse, car, elle en était sûre, elle allait se faire reprendre.


*Nan mais attendez, il me regardait dans les douches.* se disait-elle déjà.


Et là encore, personne n’aurait pu en vouloir à la jeune femme d’avoir perdu son calme après s’être faite voir dans le plus simple appareil.


- T’aurais très bien pu aller à ton appartement pour prendre ta douche.


Eleyon se tenait maintenant adossé au mur, de l’autre côté de la porte, ayant fait peu de cas du boucan que faisait le jeune mage de Fairy Tail. Il avait terminé son rapport au Maître, et attendait maintenant son tour pour prendre sa douche.


- Toi aussi hein ? Répliqua la jeune femme.


- Ca fait des mois que j’y ai pas mis les pieds, je compte pas le faire tout de suite.


S’approchant doucement de la porte, Nephilim l’entrebâilla en prenant bien soin de ne pas montrer plus que nécessaire, c’est-à-dire son visage et un bout d’épaule qui dépassait. Affichant un regard malicieux, elle souriait tellement qu’on voyait bien qu’elle était sur le point de rire, ce qui ne se fit pas entendre dans sa voix.


- Tu veux venir ?


Ne tournant même pas le visage, Eleyon n’afficha aucune réaction, trop habitué à ce genre de blagues de la jeune fille.


- Dépêche-toi de finir s’il te plaît.


- Rooh, t’es pas drôle.


Et la porte claqua.


Falcon, dans ses errances, s’était égaré relativement loin du cœur de la Guilde et était arrivé dans un endroit en ville, à l’écart d’à peu près tout. C’est cet endroit précis que choisissait son Maître Khela pour sa méditation. Evidemment dérangé par le jeune garçon, le vieil homme ne bougea cependant pas d’un pouce et plaqua Falcon au sol d’une main fantomatique. Le maintenant ainsi quelques instants, il attendit patiemment, les jambes encore croisées et les mains sur les genoux, que le désordre dans l’esprit de Falcon se calme.


La fin du sort se manifesta par une bulle verte quittant la tête du jeune garçon avant d’exploser en un léger plop. Libéré de l’entrave de son Maître, Falcon se releva rapidement, les dents serrées et retourna vers le bâtiment de la Guilde.


- Reste assis Falcon, le temps de te calmer.


- Je suis parfaitement calme Monsieur…


- Ça ne sert à rien de mentir mon garçon, tu sais parfaitement que je vois que tu es troublé. Alors assied-toi je te prie.


S’exécutant en grommelant, Falcon s’assit en tailleur à côté du vieil homme qui ressemblait à une véritable statue si ses mèches ne flottaient pas au vent. Plusieurs minutes durant, ils se plongèrent dans le silence, la distance relativement importante les séparant du cœur de la Guilde les préservait du bruit que faisaient les bataillons en entraînement, même si on pouvait entendre au loin les bruits diffus de la ville.


- Ta colère ne doit pas devenir un problème Falcon, sinon j’ai bien peur d’être obligé d’agir… Et tu sais très bien que je préférerai me passer de toi plutôt que de risquer notre survie.


Les mots de Khela pouvaient sembler durs, mais il fallait le comprendre, pendant des années, il avait été le dernier rempart de Fairy Tail contre l’oubli, et il préférait des milliers de fois mettre Falcon à l’écart plutôt que de laisser cette guilde disparaître. Ce n’était certainement pas comme cela que les mots du vieil homme résonnaient dans l’esprit du jeune garçon, sans doute que ce dernier se voyait simplement comme une pièce d’échec bonne à sacrifier pour protéger le Roi.


- Comprend moi Falcon, J’ai hérité cette guilde des parents de Ryuu, qui l’ont eux-mêmes hérité de nos aïeux, cette Guilde est plus ancienne que tout ce que possède ce pays. Te rends-tu compte du nombre d’âme dont nous avons la charge ?


Le jeune garçon se serait largement passé de ce genre de reproche, il en avait plus qu’assez qu’on le bassine avec le glorieux passé qui était celui de Fairy Tail, et préférait largement se battre pour lui plutôt que pour une guilde qui n’en avait plus que le nom. Il aimait ses camarades, et savait parfaitement qu’il n’aurait pas fait long feu sans eux, mais il aurait préféré appartenir à une guilde avec un passé un peu moins encombrant que celui de Fairy Tail. Alors que ses pensées commençaient à s’emmêler dans sa tête, Falcon fut rapidement apaisé par la seule présence de Khela à ses côtés, il ne savait pas très bien comment fonctionnait ses pouvoirs, mais il se doutait que c’était l’un d’eux, d’affecter profondément les gens à ses côtés et de leur transmettre son état émotionnel, et, étant donné que Khela était toujours quelqu’un de parfaitement calme, il avait toujours cet effet sur ceux qui l’entouraient. Pendant ce temps, à l’intérieur de la Guilde, Evan avait eu vent du retour des envoyés en mission et s’était empressé d’aller chercher Nephilim pour discuter de ce qu’il leur était arrivé. Ne la trouvant pas dans le hall, elle prit la direction de la chambre de la jeune femme aux bulles, suivi d’une petite silhouette curieuse se demandant bien ce que pouvait avoir à faire cette jeune femme dans la chambre de Nephilim.


Toquant à la porte, Evan appela par deux fois la mage de Tempesta, sans succès. Elle entrouvrit alors la porte légèrement pour voir si quelqu’un se trouvait à l’intérieur, ne pouvait pas très bien voir à cause de la position de la porte dans la chambre, elle se décida à entrer, rapidement suivi de la petite créature noire qui se révéla être Améthy. A première vue, il n’y avait absolument personne dans cette chambre, les fenêtres étaient fermées, ne laissant aucune lumière entrer dans la pièce. Poussant l’interrupteur pour obtenir un peu de lumière, elle fut surprise lorsqu’enfin, la pièce s’illumina.


- GYAAAAHH !!


Eblouit par la lumière soudaine, Améthy chuta lourdement du plafond où il était déjà monté et se retrouva aux pieds de la jeune fille qui ne manqua pas de pousser un cri d’étonnement et de reculer d’un pas.


L’effet de surprise passé, elle s’immisça plus avant dans la chambre, dont on voyait tout de suite qu’elle appartenait à une jeune femme, le meuble le plus grand était la commode, et la décoration étant très coquette et soignée. L’attention d’Evan fut attirée par ladite commode, un des tiroirs semblant trembler fortement. Bien trop curieuse pour avoir peur, Evan ouvrit doucement le tiroir, comme si elle craignait que quelque chose de lui explose à la figure. Dès qu’elle eut ouvert suffisamment pour y passer sa main, trois formes bleu, rouge et blanche jaillirent du meuble à la suite, faisant tomber Evan à la renverse alors qu’elle entendait ces formes hurler.


- LIIIBBRREEEE !!!


- LIIIBBRREEEE !!!


- LIIIBBRREEEE !!!


Alors qu’elle les voyait virevolter dans les airs de la chambre, elle observa de plus près la cause de son mal de fesse et vit qu’il s’agissait de crânes. Trois crânes colorés flottant dans les airs en cercle, fêtant le fait d’être enfin libéré de leur prison de bois. Pendant ce temps, Améthy, qui s’était remis de sa chute, observait les crânes comme un chat observe une pelote de laine. L’ayant remarqué, le crâne rouge brisa le cercle et commençant à voler comme une mouche, dans des directions aléatoires.


- Alerte Rouge ! Alerte Rouge ! Dents Tranchantes en vue !!


Sitôt qu’il eut prononcé ces mots, la petite créature noire sourit, dévoilant en effet sa dentition de requin, s’élança et, d’un bond, arriva sur le plafond d’où il sauta de nouveau afin d’attraper, sans succès l’un des crânes. Les trois esprits frappeurs prirent alors la porte, rapidement suivi d’Améthy qui bondissait de mur en mur, alors qu’Evan, toujours sur les fesses, se demandait bien quel genre de créatures elle venait de libérer.

Chapitre 21 : Opération Éclair

Pendant qu’Evan libérait mille malheurs, Haze avait été amené d’urgence à l’infirmerie, son poumon perforé devenant gênant pour respirer, il avait été décidé de l’opérer d’urgence. Aucun mage à Tempesta, pas même Tsura, n’avait les capacités curatives pour remettre sa côte en place, il était alors compliqué de refermer sa plaie.


Ryuu, la camarade d’Haze, ayant des connaissances et un savoir-faire dans le domaine chirurgical, pris en charge le jeune garçon dans une salle spéciale, dépourvue de tout, si ce n’est un éclairage, un lit surélevé, et du matériel adéquat à la chirurgie.


- Tu t’es encore raté hein ?


- La ferme, j’étais hyper bien, ils m’ont pris en traître ces fourbes.


- Ouais, ouais, ouais. Bon, arrête de bouger.


Appliquant ses mains sur le côté douloureux du jeune garçon, une petite étincelle électrique jaune jaillit des mains de Ryuu, ce qui eut pour effet de court-circuiter les nerfs d’Haze et de l’empêcher de ressentir quoi que ce soit, au moins pour cette zone. Recouvrant les yeux afin que Haze ne la vois pas le charcuter, Ryuu put enfin se mettre au travail. Le jeune garçon ayant été endormi par une potion préparée au préalable par l’une des savantes de la guilde.


Mettant en place ses ustensiles, elle se recouvra la bouche d’un masque et attacha ses cheveux en un chignon très serré.


Incisant doucement la peau de Haze au niveau de sa côté brisée, elle commença à parler tout en ouvrant un peu plus le garçon, révélant sa côté largement brisée, ayant perforé légèrement son poumon.


- La côté cassé a perforé la plèvre pariétale, ce qui a provoqué un pneumothorax secondaire. Le poumon s’est collabé et la plèvre viscérale s’est totalement décollée. Je vais devoir obstruer la bronche, regonfler le poumon, poser un drain pour récupérer le bouchon de la bronche et le sang qui se trouve dans le poumon.


Après avoir terminé son protocole, Ryuu commença les choses sérieuses. Retirant la partie brisée de la côte, elle la plaça dans un bac métallique à ses côtés, et s’attela ensuite aux autres morceaux d’os, de taille plus modeste. Un à un, Ryuu les ôta tous du corps de Haze et les ajouta au gros fragment qu’elle avait retiré quelques minutes plus tôt. Ainsi, au bout de plusieurs dizaines de minutes, elle avait réuni tout ce qu’on pouvait voir à l’œil nu dans son bac en métal, et elle avait également assemblé ces pièces pour créer un os consistant et entier, bien que parsemé de failles.


Débarrassée de cet os, Ryuu put enfin se mettre à la partie la plus complexe. Plutôt que d’obstruer la bronche de l’intérieur, elle changea d’avis et préféra la clamper, la boucher de l’extérieur avec une sorte de pince à linge en métal. Après avoir suffisamment ouvert le jeune garçon pour avoir une vue sur la bronche, elle passa par la bouche de Haze afin d’y insérer un cathéter jusque dans le poumon et appliqua la pince par-dessus, au niveau de la bronche, réussissant à la placer correctement sans plus de dégâts.


- Etant donné la stabilité du patient, j’ai opté pour une approche externe de l’opération, ce qui diminuera les risques de complications et de problèmes post-opératoires. Je vais maintenant passer au regonflage du poumon, pour se faire, j’ai inséré un cathéter dans la bronche clampée, ainsi, je pourrai injecter l’air sans risquer une fuite lorsque je retirerai le cathéter. Se mettant à l’œuvre, Ryuu humidifia la zone à l’aide d’un coton humide, puis plaça un ballon au bout du cathéter, au-dessus de la bouche de Haze, pompant encore et encore, elle observait en même temps l’état du poumon, et, lorsqu’il fut à la bonne taille, elle pinça le tube en plastique, retira le ballon, et reboucha le tube, évitant ainsi une remontée d’air.


- Le poumon est maintenant regonflé, avant de refermer la plèvre, je vais aspirer le sang en passant par le cathéter.


Passant par le tube de la bouche de Haze, elle pinça de nouveau le tube, retira le bouchon et y visa une seringue avec un très long tube en place d’aiguille. Rehaussant les jambes de Haze, elle fit en sorte que son torse soit la partie la plus basse de son corps, de manière à ce que le sang s’écoule dans le poumon et devienne facilement accessible. En effet, lorsqu’elle tira sur la seringue, une petite quantité de liquide rouge remonta le long du tube et commença à remplir le contenant jusqu’au tiers environ.


Retirant la seringue du cathéter, elle le retira également, ne laissant plus que le clamp en place. Elle profita de ce moment pour humidifier la zone et éviter des lésions par dessiccation.


- Le poumon est en bon état, il ne reste plus qu’à étanchéiser la cavité pleurale en attendant la guérison.


Pour se faire, Ryuu avait préparé un carré. D’une matière à mi-chemin entre le papier et la gelée, elle l’appliqua sur la zone endommagée et commença à masser doucement, le carré auparavant blanchâtre se mêlant à la teinte rosé de la plaie d’Haze.


Tout était terminé, Ryuu finit par remettre la côté en place, qui tenait à l’os grâce à une matière proche de celle qu’elle utilisait pour remettre le poumon en état, une sorte de colle en somme.


Refermant finalement le patient, Ryuu retira son masque, essuya les gouttes de sueur perlant sur son front et défit son chignon.


- Opération réussie !


Semblant s’écrouler, Ryuu s’asseyait simplement brutalement en poussant un énorme soupir. Buvant une large gorgée d’un verre qu’elle s’était préparé en prévision, elle s’aspergea le visage avec le reste.


- Elle est trop chaude cette lumière…


Alors qu’elle tentait de récupérer, Ryuu regarda l’heure, 48 minutes d’opération, elle n’avait jamais fait mieux pour ce genre de blessure. C’est alors qu’elle entendit un fracas, comme si quelque chose se brisait à l’étage supérieur, suivi de nombreux cris et de rires étranges, cependant, elle l’ignora, préférant rester aux côtés de Haze.


Tentant de rattraper les quatre créatures magiques, Evan dut se rendre à l’évidence, il était impossible pour elle de rivaliser en vitesse et en agilité avec les crânes et la petite créature de Nephilim. Alors qu’elle se tenait les genoux pour respirer, elle aperçut du coin de l’œil la jeune femme aux cheveux chocolat. Une serviette autour de la tête et couverte d’habits propres, elle s’approcha d’Evan, visiblement pas consciente des raisons de la fatigue de la mage de Fairy Tail.


- Bah alors ? Si tu veux faire un footing, y’a un parc dehors.


Relevant la tête, Evan ne put que remarquer le large sourire de son interlocutrice. Elle prit alors une grande inspiration afin de pouvoir terminer sa phrase sans l’interrompre par un halètement.


- Je suis entré dans ta chambre alors que je te cherchais, y’avait ton armoire qui bougeait alors j’ai voulu regarder, mais y’a trois crânes qui sont sortis et le truc noir leur court après maintenant.


- Eh bah te gêne pas, vas-y, fais comme chez toi !


- Dé… désolé, mais pour les crânes, on fait quoi ?


- T’inquiète pas, ils feront rien de mal, au pire, ce sera une mauvaise blague, ça presse pas de les rattraper.


Se dirigeant de nouveau vers la chambre de la mage de Tempesta, mais cette fois en sa compagnie, Evan s’excusa de nouveau d’être entré dans la chambre de Nephilim.


- Je suis vraiment désolé, je croyais que tu étais dedans… Et après j’ai été curieuse.


- Hum… C’est pas grave, j’avais oublié de la fermer cette fois en partant, donc ça devrait plus se passer. Par contre un truc…


- … ?


- Je te conseille pas d’entrer dans la chambre de Yasha ou Eleyon de la même façon, ils risqueraient sûrement de pas le prendre aussi bien que moi.


- Euh... ouais, ok.


Elle se doutait qu’avec Eleyon, elle n’en aurait sans doute pas souffert tant que ça, mais ne connaissant pas Yasha, elle ne savait pas du tout ce qu’il aurait pu faire s’il était contrarié. Pendant qu’elle se demandait encore quel type d’homme était ce Yasha, elle fut sortie de ses pensées par Nephilim qui poussait la porte de sa chambre.


- Faudrait qu’on fasse une mission entre filles, tu penses que Ryuu serait d’accord ?


- J’en sais rien, depuis qu’on est arrivé, elle s’entraîne et je la vois plus beaucoup…


- Roh, je m’en fous ! Sort la de sa grotte et on ira en mission !


- C’est pas un jeu Nephilim…


Eleyon était sur le pas de la porte, étant venu à la rencontre de la jeune femme, il ne souhaitait pas entrer dans cette chambre, de peur de trouver Nephilim dans une tenue incorrecte.


- Evan, Ryuu te demande, elle a fini l’opération de Haze, il reste plus qu’à le soigner.


- Et pourquoi moi ?


- Tsura t’a appris non ? Parce que lui, c’est pas trop son truc les sorts de Soin.


- Ah ok…


Tournant les talons, Evan rejoignit Eleyon et s’en alla rejoindre Haze. Laissant Nephilim seule dans sa chambre finissant de se coiffer.


Alors qu’Evan suivait Eleyon jusqu’à la salle d’opération, ils furent rapidement rejoint par Shaporo en furie.


- Eleyon, faut vraiment qu’on s’entraîne !!


- Ouais, mais là non, tu t’es à peine remis de la raclée de l’Inquisition, je me retiens déjà autant que je peux, mais là, ce sera dangereux pour toi si je t’affronte.


Visiblement déçu, Shaporo ne lâcha cependant pas Eleyon d’une semelle et continua de le harceler pour qu’il l’entraîne. Cependant, on trouvait rarement plus tête de mule qu’Eleyon, surtout quand il n’avait pas envie, et c’était le cas ici. C’était alors peine perdue pour le jeune mage de Fairy Tail. Et il dut bien se rendre à l’évidence lorsque, en essayant de pénétrer dans la chambre du mage de Tempesta, ce dernier l’attaqua d’une boule de feu, le clouant au mur opposé.


- Maintenant tu arrête… j’ai dit non.


Le claquement de la porte marqua un point d’arrêt aux négociations de Shaporo. Une semaine passa ainsi, laissant le temps à tous de récupérer, ce genre d’absorption de magie mettant bien plus de temps à se guérir qu’une consommation classique de magie. Chacun des mages furent alors assignés à résidence et interdit de sortie le temps de se remettre. Après avoir guéri Haze avec ses sorts de soin, Evan tenta d’aborder Ryuu afin de la convaincre de partir en mission.


- Dit Ryuu, avec Nephilim on voulait prendre une mission toutes les trois et partir entre filles, ça te dirait ?


- Non merci Evan, ça me dit rien du tout.


- T’es sûre ? Ce serait bien pourtant…


- Merci Evan, mais je n’en ai franchement pas envie.


Prenant une autre route, Ryuu faussa compagnie à Evan qui se retrouva seule dans ce couloir, la tête basse.


Attendant patiemment la fille aux cheveux roses au coin du couloir, Nephilim prépara une bulle orange et l’envoya s’écraser dans le dos de Ryuu une fois que cette dernière fut passée devant elle. N’agissant pas pour le moment, le sentiment d’intérêt de la bulle se fraya peu à peu un chemin dans le subconscient de la fille aux cheveux roses, si bien que, lorsqu’elle arriva dans sa chambre, elle avait déjà changé d’avis. Elle fit alors demi-tour et retourna chercher Evan pour lui dire qu’elle était finalement d’accord.


Arpentant les couloirs à la recherche de la jeune fille brune, elle tomba cependant sur Nephilim, qui était, comme par hasard, là à attendre l’arrivée de Ryuu.


- Alors, Evan m’a dit que tu voulais pas venir avec nous ? dit-elle d’un air faussement déçu.


- En fait, je pense que ce serait bien de sortir un peu, ça me ferait un peu d’air. Nephilim afficha un grand sourire et feignit la suprise lorsqu’elle adressa la parole à la jeune mage de Tempesta.


- Ah génial !! Je vais demander à quelqu’un d’aller voir le tableau tout de suite, je vais chercher un truc qui te plaira!


En effet, dès le lendemain, Nephilim vint avec un papier à la main qu’elle tenait tout juste d’un des soldats habilités à se rendre au relais. Sur l’avis de mission était écrite la destination : Hortens.

~ Fin de l'Arc Tempesta ~

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.